Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Littérature > Poésie > Marie > Voir le sujet

Marie

Que faudrait-il corriger selon vous ?

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne The Toto1000 # Posté le 05/02/2014 à 21 h 45
Les gens ils sont méchants
Avatar de The Toto1000
Messages : 2
Membres
D'où est ce nom doux et sonnant ?
Si simple et souple et si plaisant.
D'où est ce chant doué de temps ?
Interminable et fascinant.

Si peu pensant du temps passant,
Puissé-je ici passer cent ans.
Ce son chantant et entraînant
M'est enchantant et apaisant.

Puissante voix — charmante amie,
Pense à des voies aimantes, et dit
Que vraie envie nous vient d'avis,
Voyant avant la vue la vie.

Elle se lève si ravie.
Elle s'élève sans soucis.
Et sur ses lèvres qui sourient,
Je souhaite me poser ; Marie.

Blah.
 
Hors ligne vladim # Posté le 14/02/2014 à 08 h 26
Avatar de vladim
Messages : 2
Membres
Vous possédez le sens musical, qui est un point essentiel en création poétique.
Si vous souhaitez composer selon la rigueur classique (les fameuses règles), plus que consulter les traités, il faut beaucoup lire les maîtres.

Exemples de corrections (puisque vous le demandez) :
"D'où-est" est strictement interdit en raison d'un hiatus ou-è. Il faudrait mettre "D'où vient".
"Ans" et "ant" ne riment pas, car on ne rime pas les singuliers et les pluriels,
ou simplement les mots qui se terminent par S ou X ne riment pas avec ceux terminés par d'autres consonnes "dit" et "avis")
ni les féminins et les masculins :
"ravie soucis sourient Marie"... De ces quatre mots seuls riment "ravie" et "Marie", sourient et soucis ne riment pas.

"Pense à des voi-ES-aimanteS-et dit" fait un décasyllabe, la poésie classique ne pratique pas l'élision.
"Pense à la voix aimante, et dit" serait un octosyllabe.

"Que vraie envi-e-nous vient d'avis" le "e" de vraie est bien épongé par le "e" de "envie" qui suit.
En revanche "envi-e-nous" non, votre vers compte 9.

"Voyant avant la vu-e-la vie." 9 encore.

Enfin la poésie classique pratique l'alternance rime féminine/masculine.

Mais les corrections ponctuelles d'un poème digne de ce nom entraînent des corrections de tout l'édifice !


Plus il y a résistance plus il y a conscience.
Observer les règles diffère la satisfaction de l'auteur, l'oblige à de multiples substitutions, jusqu'à lui faire trouver des formes si heureuses (s'il est poète) qu'il est le premier surpris de pouvoir les produire.
Puis un bon quatrain, un bon sonnet "selon les règles" contiennent une forme d'universalité. On aime et on admire un poème réussi comme une partie d'échecs jouée par de grands maîtres, comme un 100m couru par de grands champions.

Les connaisseurs admirent et mémorisent la performance, d'autant plus séduisante qu'il s'agit ni plus ni moins d'un jeu, mais joué avec tout le sérieux que mettent à jouer.. des enfants.

----------------------------------------------------------------------------------
PS. Une amie vient de lire votre poème et vous dit "Bravo, Marie, pour ces allitérations et ces assonances enchanteresses", elle a raison :)
Modifié le 14/02/2014 à 08 h 57 par vladim
 
Hors ligne The Toto1000 # Posté le 16/02/2014 à 19 h 37
Les gens ils sont méchants
Avatar de The Toto1000
Messages : 2
Membres
Pouarf, la rigueur classique c'est pas ce dont je raffole le plus, par exemple le truc avec les rimes en « it » et « ie » incorrecte, ou avec le e non muet après des voyelles... Je trouve pas que ce soit très justifié de suivre ça rigoureusement.

En revanche, je me suis effectivement rendu compte de mon erreur avec « aimant-ES et dit ». Je corrigerai ça dans une futur version. C'est d'ailleurs la seule erreur dont je tiendrais compte, considérant les autres comme des règles plus inutiles qu'autre chose.

Blah.
 

Retour au forum Poésie ou à la liste des forums