Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Littérature > Poésie > De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne, Joachim du Bellay > Voir le sujet

De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne, Joachim du Bellay

Poésie de la semaine n° 24

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne Ziame # Posté le 06/10/2013 à 23 h 18
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar de Ziame
Messages : 11523
Groupe : Administrateurs
Bonsoir,

Quelques minutes avant que cette semaine n’aille s’endormir, et lentement s’enfoncer dans les tréfonds du souvenir que l’on nomme passé, nous vous proposons la poésie de la semaine. Il s’agit de vers de Joachim du Bellay, dont nous avions déjà parlé lors de la septième poésie de la semaine. Le poème choisi est De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne.

Joachim du Bellay



AzeTkN nous ayant rédigé une excellente description de Joachim du Bellay il y a quelques mois de cela, je vous propose de l’aller retrouver pour plus d’informations concernant cet auteur.

De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne



Ce très beau poème de Joachim du Bellay part de la vision d’une simple campagne, calme et indéterminée, pour revenir sur les épisodes violents de son passé. Le poète refuse d’attribuer cette fureur guerrière voire meurtrière à un peuple ou à une culture, il l’attribue à la folie des hommes, prompts à s’attaquer sans discernement à n’importe qui, lors-même qu’ils n’en ont pas besoin (« Afin qu’étant venue à son degré plus haut […] »), quitte à risquer leur chute par là même.

Citation : De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne
De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne
Où tout l’orgueil du monde on a vu quelquefois,
Tu n’en es pas coupable, ô quiconque tu sois
Que le Tigre et le Nil, Gange et Euphrate baigne :

Coupables n’en sont pas l’Afrique ni l’Espagne,
Ni ce peuple qui tient les rivages anglais,
Ni ce brave soldat qui boit le Rhin gaulois,
Ni cet autre guerrier, nourrisson d’Allemagne.

Tu en es seule cause, ô civile fureur,
Qui semant par les champs l’émathienne horreur,
Armas le propre gendre encontre son beau-père :

Afin qu’étant venue à son degré plus haut,
La Romaine grandeur, trop longuement prospère,
Se vît ruer à bas d’un plus horrible saut.


À la semaine prochaine pour une nouvelle poésie !

Si vous aimez écrire et que vous avez des choses à dire sur l'un des thèmes que couvre notre blog, n'hésitez pas ! ;)
 
Hors ligne micky # Posté le 07/10/2013 à 17 h 27
Avatar de micky
Messages : 2228
Groupe : Administrateurs
Responsable zCorrection
Merci de nous avoir expliqué cet excellent poème, Ziame !
 

Retour au forum Poésie ou à la liste des forums