Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Blog > Grammaire > Peut-on dire « malgré que » ? > Lecture du billet

Peut-on dire « malgré que » ?

Entre usage et règles officielles…

Nous suivre : flux RSS du blog | Twitter | Facebook

Catégorie : Grammaire

Écrit par Itello, le 12/10/2009 à 22 h 08 | Commenter ce billet (21 commentaires)

J'ouvre aujourd'hui une série de billets pour répondre à la célèbre question qu'on se pose souvent en français : « Peut-on dire … ? ».
Eh oui, peut-on dire « malgré que » ? Une question que chacun d'entre nous s'est déjà posée au moins une fois. Vous allez voir, la réponse est double.

Réponse de l'Académie française



La réponse de l'Académie française à ce propos est claire : non.

Citation : Questions de langue
Malgré que s’emploie bien dans la langue soutenue, mais seulement avec le verbe avoir conjugué au subjonctif.
Malgré que j’en aie, quelque mauvais gré, si mauvais gré que j’en aie ; en dépit de moi, de ma volonté : Je reconnais les mérites de mon rival, malgré que j’en aie ; Malgré qu’il en ait, nous savons son secret ; Elle ne put cacher son dépit, malgré qu’elle en eût.

En revanche, encore que de nombreux écrivains aient utilisé la locution conjonctive Malgré que dans le sens de Bien que, quoique, il est recommandé d’éviter cet emploi.


En résumé, la locution malgré que j'en aie, est équivalente à « bien que ça ne me fasse pas plaisir ».

Citation : André Gide
Car sa personnalité, malgré qu'il en ait [bien que ça ne lui fasse pas plaisir], transparaît dans son œuvre.

Cette locution relève d'un langage soutenu. Aucun autre usage, y compris avec le verbe avoir, n'est accepté par l'Académie française.


Votre professeur de français risque d'avoir la même opinion que l'Académie. Ce sont les règles officielles. À remplacer donc de préférence par « bien que » ou « quoique ».
Évitez cependant un horrible (mais correct) « malgré le fait que ».

Et sinon ?



La jeune bergère - William-Adolphe Bouguereau
La jeune bergère, 1885
William-Adolphe Bouguereau
La locution « malgré que » fait aujourd'hui partie du langage oral et écrit, même chez les plus grands auteurs :

Citation : Extraits
Justin, malgré qu'il fût peu physionomiste, demeura frappé par la ressemblance qu'accusait son visage avec celui de M. Rasselène (Aymé)
Même il faisait déjà presque chaud, malgré qu'à ces hauteurs les matinées ordinairement soient assez fraîches (Ramuz)
Malgré que le soir fût d'une tiédeur extrême (Mauriac)
Malgré que me le conseillât la prudence (Gide)
Malgré qu'il fût sévèrement jugé par les bourgeoises de la petite ville, ce constant souci de toilette n'alla jamais jusqu'à la faire suspecter de légèreté (Vidalie)
Malgré que je fusse mal satisfait de mon arrestation, il y mit de la courtoisie (Vigny)
Malgré qu'il n'entrât guère en ma chambre, j'entendais souvent, la nuit, un bruit furtif qui venait jusqu'à ma porte (Maupassant)
Malgré qu'on fût au déclin de la saison (A. Daudet)
Malgré qu'une partie de moi-même résistât (Barrés)
Malgré que je ne le puisse imaginer (A. France)
Malgré qu'il eût vingt ans de plus que moi (Gide)
Jamais Noé ne put si bien voir le monde que de l'arche, malgré qu'elle fût close et qu'il fît nuit sur la terre (Proust)
Malgré qu'il ait obtenu tous les prix de sa classe (Fr. Mauriac)
Elle vit Jacques d'un mauvais œil, malgré que de son côté elle trompât Lazare avec un peintre (Cocteau)
Malgré que le soir tombe (J. Romains)
La camionnette, malgré qu'on eût chaîné les pneus, ne se risque plus guère à franchir les rampes glacées (Gracq)


Que dit Le Bon Usage, figure de référence chez les grammairiens ?

Citation : Le Bon Usage
Malgré que a été formé sur la préposition malgré, d'après le modèle de nombreuses locutions conjonctives correspondant à des prépositions (avant que, après que, dès que, sans que, etc.).
Malgré que a peut-être appartenu d'abord à l'usage populaire. La locution n'a plus ce caractère, comme le montrent les exemples qui font fi de la résistance des puristes.


Je fais quoi alors ?



Évitez d'inclure un « malgré que » lors d'un concours officiel, voire lorsque vous écrivez une lettre de motivation.

Par contre, dans la vie de tous les jours, sur le forum ou encore dans vos tutoriels, ne vous prenez pas la tête avec ce débat un peu dépassé !

Mais, et là-dessus il n'y a pas à discuter, que vous utilisiez « bien que » ou « malgré que », il faut un subjonctif ensuite ! :p

À bientôt pour un prochain billet. :)

Ressource à visiter en ligne : Explication de Bernard Cerquiglini (Merci Professeur !)



21 commentaires sur ce billet

Page : Précédente 1 2 
Auteur Message
Page : Précédente 1 2 
Hors ligne Ety
# Ajouté le 14/07/2010 à 01 h 46

Membres
Bonjour!
Désolée de remonter ce topic, qui est une très bonne initiative puisque cette origine est, je pense, peu connue du grand public, et qui m'a appris quelque chose.
Par contre, j'ai le souvenir d'une locution ayant le même sens que "bien que" (je pensais que c'était "malgré que" mais la dernière phrase de l'article réfute) mais suivie de l'indicatif. Seulement je ne me souviens pas de laquelle c'était :-°
 
Hors ligne Itello
# Ajouté le 14/07/2010 à 01 h 53
Avatar
Groupe : zAnciens
Ne t’inquiète pas pour cela, un ancien billet n’est pas remonté à chaque nouveau commentaire. ^^

Concernant l’équivalent de « bien que » suivi d’un indicatif, je vais donner ma langue au chat. La concession est exprimée par le subjonctif. Mais il peut exister une exception. Si tu la trouves, n’hésite pas à nous en faire part, cela m’intéresse également.

« Alors que » implique un indicatif. Mais il n’exprime plus la concession, comme « bien que » ou « quoique », mais l’opposition.
 
Hors ligne Ety
# Ajouté le 14/07/2010 à 22 h 45

Membres
D'accord, dans ce cas j'ai dû confondre concession et opposition.
Merci de ta réponse :)
 
Hors ligne Mammouth
# Ajouté le 05/01/2011 à 01 h 28

Membres
Bonjour à tous.

René la Taupe vient de sortir une nouelle débilité avec une énorme dose de "Malgré que" qui, comme certains l'ont écrit sur les commentaires, m'a fait hérisser tous les poils, et les cheveux qui me restent.
Si vous n'avez pas peur, regardez-le sur le lien suivant:
http://www.youtube.com/watch?v=GOe_H9TIazE ... euh, en fait, j'ai le droit de poster des liens, modérateurs?

Google étant mon ami, j'ai voulu faire des recherches pour voir si l'Académie française avait fait de nouveaux changements débiles (comme les "zaricots", je crois que c'est autorisé maintenant, à vérifier), et je suis tombé sur ce forum très instructif.
Je me suis donc inscrit et me voici, petit nouveau!

Pour me part, j'en reste à la première ligne de réponse du billet. L'Académie a dit!
Et je suis donc outré qu'on jette ça aux gosses qui écoutent de la merde, sans le "censurer". Pas vous?

Pour ce qui est de l'indicatif après les "que", cela provient sûrement de la confusion avec l'expresssion "après que", qui n'exprime ni opposition, ni concession, mais qui est bel et bien suivi de l'indicatif. Comme pour "malgré que", les fautes concernant "après que" sont malheureusement monnaie courante dans nos médias.
Voilà! J'espère avoir aidé un peu à faire avancer le débat.
Bravo pour ce forum, c'est très sympa.
Bonne année 2011
 
Hors ligne Surt-Fafnir
# Ajouté le 09/01/2011 à 12 h 08
Rien n'est impossible

Membres
Bonjour, j'ai fait le questionnaire sur les pièges de la langue française et j'ai bien compris l'explication concernant l'expression « malgré que », en revanche je ne vois pas pourquoi la phrase « Malgré ça, je reste pauvre. » est fausse étant donné qu'elle ne contient pas l'expression « malgré que » mais uniquement le mot « malgré ». Merci d'avance pour vos réponses.
 
Hors ligne Itello
# Ajouté le 09/01/2011 à 20 h 07
Avatar
Groupe : zAnciens
Bonjour Surt-Fafnir,

Tu as parfaitement raison. Il y a un problème avec cette question. Nous sommes actuellement en train de relire les différents quiz du site à la recherche de ce genre d’étourderies. Je te remercie d’avoir signalé cette erreur et te prie de croire qu’elle sera rapidement corrigée.

Une nouvelle fois, merci. :)

Cordialement, Itello.