Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Blog > Poésie > La versification > Lecture du billet

La versification

Ou l'art de la poésie…

Nous suivre : flux RSS du blog | Twitter | Facebook

Catégorie : Poésie

Écrit par christophetd, le 14/11/2009 à 08 h 49 | Commenter ce billet (15 commentaires)

Vous avez déjà eu envie d'écrire des poèmes, mais vous ne savez absolument pas comment vous y prendre ?
Les rares fois où vous avez essayé, votre poésie sonnait mal ou n'était pas très fluide à l'oreille ?
Ce billet a pour but de vous présenter les règles de la versification, ou des techniques servant à composer des vers. :)

Le poème



Avant de nous mettre à composer des vers, commençons par le commencement : qu'est-ce qu'un poème ?
Un poème est une forme d'écriture particulière qui obéit à des règles différentes de celles de la prose. Une prose est un texte écrit plus librement qu'une poésie mais invitant le lecteur à une réflexion particulière sur un sujet (le Code pénal est un texte en prose).

Le vers



Un vers commence par une majuscule, même s'il ne débute pas la phrase. Il a une mesure précise : son nombre de syllabes.
Il s'achève à la fin de la mesure.

Mesure d'un vers



La mesure est, je vous le rappelle, le nombre de syllabes à l'intérieur d'un vers. Il existe des désignations spéciales pour désigner des vers comportant un nombre différent de syllabes :
  • Un alexandrin est un vers de douze syllabes ;
  • Un décasyllabe est un vers de dix syllabes ;
  • Un octosyllabe est un vers de huit syllabes.


Mais comment fait-on pour compter des syllabes ?


Eh bien une syllabe correspond à un son. Par exemple, le mot « photo » contient deux syllabes : « pho » et « to ».
Mais vous devez vous douter qu'il y a aussi des exceptions. :D
Voyons-les…

  • le « e » muet à la fin d'un mot ne compte pas pour une syllabe si le mot suivant commence par une voyelle.

    Exemple : L'aile aérienne.
  • le « e » muet à la fin d'un mot compte pour une syllabe si le mot suivant commence par une consonne.

    Exemple : L'aile meurtrie.
  • le « e » muet à la fin d'un vers ne compte pas pour une syllabe.

    Exemple : La beau de l'île.


Rappel : un « e » est dit muet lorsqu'il est placé devant un mot commençant par une voyelle ou par un « h » muet.

La rime



La rime est la répétition d'un même son à la fin d'un vers. Elle est présente dans la quasi-totalité des poèmes et dans beaucoup de chansons, lyriques ou non, car elle donne une sensation d'harmonie interne au poème.
Il existe différentes dispositions de rimes :

  • les rimes suivies ou plates, de la forme AABB (pluie, nuit, roi, loi) ;
  • les rimes croisées ou alternées, de la forme ABAB (pluie, roi, nuit, loi) ;
  • les rimes embrassées, de la forme ABBA (pluie, roi, loi, nuit) ;
  • les rimes intérieures, des rimes situées à l'intérieur du vers (S'éteint la pluie au bout de la nuit).


Dans une rime, le nombre des mots rimant entre eux varie. On parle de la qualité de la rime.
On en distingue trois :

  • les rimes pauvres, qui sont des rimes à un seul son commun (pluie, cri) ;
  • les rimes suffisantes, qui sont des rimes à deux sont communs (pluie, nuit) ;
  • les rimes riches, qui sont des rimes contenant plus de deux sons communs (astre, désastre).


Le rythme d'un vers



Un vers peut avoir différents rythmes, différentes vitesses de récitation :

  • le rythme binaire : le vers est coupé en deux morceaux, soit par la ponctuation, soit par une pause de respiration.

    Citation : Victor Hugo - Demain dès l'aube
    Vois-tu, je sais que tu m'attends.


  • le rythme ternaire : le vers est coupé en trois morceaux, toujours par la ponctuation ou par une pause de respiration.

    Citation : Alfred De Vigny - La mort du loup
    Nous marchions, sans parler, dans l'humide gazon.

  • Le rythme accumulatif : le vers est coupé en quatre morceaux (ou plus), encore une fois par la ponctuation ou par une pause de respiration.

    Citation : Jean de la Fontaine - La Laitière et le Pot au lait
    Adieu, veau, vache, cochon, couvée !


La musique d'un vers



La "musique" produite par un vers est assurée par des répétitions sonores.

  • l'allitération est la répétition d'un même son consonne dans un ou deux vers.

    Citation : Racine - Andromaque
    Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?

  • l'assonance est la répétition d'un son voyelle dans un ou deux vers.

    Citation : Racine - Phèdre
    Tout m'afflige et me nuit et conspire à me nuire.


  • l'harmonie imitative est la répétition d'un son qui imite un bruit réel, généralement en rapport avec le vers dans lequel elle se trouve.

    Citation : Arthur Rimbaud - Roman
    Tout en faisant trotter ses petites bottines.


    La répétition du son « t » donne ici l'impression d'entendre trotter les bottines dont il est question. :)


La strophe



Une strophe est un ensemble d'un nombre variable de vers, séparée des autres strophes par un saut de ligne.
Il existe des noms différents pour chaque nombre de vers que regroupe une strophe :

Nom de la stropheNombre de vers à l'intérieur
Distique
2
Tercet
3
Quatrain
4
Quintil
5
Sizain
6
Huitain
8
Dizain
10
Douzain
12


Voilà, ce billet s'arrête ici, j'espère qu'il vous aura appris beaucoup sur l'art qu'est la versification. ;)

Ressource à visiter en ligne : La versification sur Wikipédia



15 commentaires sur ce billet

Page : 1 
Auteur Message
Page : 1 
Hors ligne christophetd
# Ajouté le 14/11/2009 à 08 h 50
Give me Vicodin.
Avatar
Groupe : zAnciens
Je tiens à remercier toutes les personnes de l'équipe qui m'ont aider à rédiger et à traquer les fautes de ce billet. ;)
 
Hors ligne ptipilou
# Ajouté le 14/11/2009 à 10 h 24
Sus à la faute !
Avatar
Groupe : Administrateurs
Bon billet : cela m'a permis de revoir quelques notions que je connaissais déjà, mais cela m'a appris d'autres choses. Merci christophetd. ;)
 
Hors ligne minipipo1
# Ajouté le 14/11/2009 à 14 h 24

Membres
Vous auriez pu aussi penser à "l'hémistiche" qui est une coupure à la moitié du vers (enfin je crois).
C'est pas pluôt une coupure à 6 pieds d'un Alexandrin? Je sais plus ^^ .

P-S: un pied, c'est une syllabe ;)
 
Hors ligne Fihld
# Ajouté le 14/11/2009 à 14 h 33
tokiponized
Avatar
Groupe : zAnciens
Bon billet, merci. :)
Pour l'histoire qui concerne la distinction entre « pied » et « syllabe », il n'y a pas d'erreur. Appeler cet élément un « pied » est un abus de langage qui provient de l'amalgame entre poésie latine et française. Un alexandrin comporte donc bien douze « syllabes » et non douze « pieds » ! Je créerai un sujet sur le forum si j'ai le temps.
 
Hors ligne minipipo1
# Ajouté le 14/11/2009 à 15 h 16

Membres
Je croyais cela juste, merci de l'info :)
(même ma prof de français le dit, je vais la corriger! :D )
 
Hors ligne Fihld
# Ajouté le 14/11/2009 à 15 h 18
tokiponized
Avatar
Groupe : zAnciens
Elle te dit certainement qu'on ne met pas d'accent sur une majuscule, par la même occasion. ^^
 
Hors ligne minipipo1
# Ajouté le 14/11/2009 à 15 h 39

Membres
Enfin c'est le genre de prof qui est là depuis 30 ans, la fille qui veut toujours avoir raison et qui ne veut pas se faire corriger ^^
Modifié le 14/11/2009 à 15 h 40 par minipipo1
 
Hors ligne Itello
# Ajouté le 14/11/2009 à 16 h 24
Avatar
Groupe : zAnciens
Les professeurs t'enseignent ce qu'on leur a enseigné. Elle n'a pas sorti sa science d'une marmite, il est normal qu'elle ne sache pas tout. Tu peux débattre avec elle après le cours sur tous ces détails. Mais prépare des arguments et des sources si tu ne veux pas avoir l'air d'un vilain menteur. :p
J'ai eu personnellement beaucoup de mal à convaincre mon professeur que j'avais le droit de dire « second » même lorsqu'il y a plus de deux éléments dans une suite. Il faut bien dire que certaines idées reçues sont durement inscrites dans l'imaginaire collectif.

Merci christophetd pour ce très intéressant et très riche billet. :)
 
Hors ligne christophetd
# Ajouté le 14/11/2009 à 19 h 33
Give me Vicodin.
Avatar
Groupe : zAnciens
Citation : minipipo1
Enfin c'est le genre de prof qui est là depuis 30 ans, la fille qui veut toujours avoir raison et qui ne veut pas se faire corriger ^^


Oui je vois le genre, j'ai eu une discussion de plusieurs dizaines de minutes avec la mienne sur l'orthographe de "au temps pour moi". :D
Sinon, ravi que le billet vous plaise. ;)
 
Hors ligne Itello
# Ajouté le 14/11/2009 à 19 h 36
Avatar
Groupe : zAnciens
Oui, enfin, pour « Au temps pour moi », c'est plus compliqué qu'une simple réponse binaire. Les débats sur le forum le montrent.
 
Hors ligne Cyril Mizzi
# Ajouté le 14/11/2009 à 21 h 19
« Web-Python - Django »
Avatar
Membres
Vraiment pas mal, merci :)
 
Hors ligne LangueHippique
# Ajouté le 14/11/2009 à 21 h 50
D'oh !
Avatar
Membres
Merci pour cette petite piqûre de rappel :)
 
Hors ligne micky
# Ajouté le 14/11/2009 à 22 h 33
Avatar
Groupe : Administrateurs
Responsable zCorrection
En effet, ton billet est à la fois complet, varié, instructif et très intéressant : merci ! ;)

Les amateurs de poésie vont sûrement apprécier ! ^^
 
Hors ligne G14nt J4ck
# Ajouté le 18/11/2009 à 00 h 02
My common sense is tingling!
Avatar
Membres
Cet article est ma foi un fort bon résumé, j'y ai même appris quelques petites choses... En particulier, la notion d'harmonie imitative me plaît beaucoup !
 
Hors ligne eevee
# Ajouté le 04/12/2009 à 20 h 07

Membres
Bel article, j'y ai appris de nouvelles choses :).
Pour ce qui est de la richesse (qualité) des rimes, notre prof nous en faisait distinguer 4, les rimes riches contiennent 3 sons communs, les rimes léonines 4 ou plus.
Modifié le 04/12/2009 à 20 h 08 par eevee