Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Blog > Rhétorique > Les figures de style > Lecture du billet

Les figures de style

Comparaison, métaphore, allégorie...

Nous suivre : flux RSS du blog | Twitter | Facebook

Catégorie : Rhétorique

Écrit par christophetd, le 20/05/2009 à 20 h 07 | Commenter ce billet (21 commentaires)

Vous avez sûrement déjà entendu parler des figures de style. Comment ça non ? C'est grâce à elles qu'il est possible d'écrire des romans, poésies, et toutes autres œuvres littéraires. Vous les utilisez en outre dans la vie de tous les jours, et souvent sans même vous en rendre compte !
Dans ce billet, je vais vous parler des principales d'entre elles, car elles sont si nombreuses qu'on ne peut pas toutes les citer.
Mais pour commencer, qu'est-ce qu'une figure de style ? C'est une tournure particulière qui permet de comparer, opposer, mettre en relation et en relief des termes, des idées, des objets…
Alors respirez un grand coup, et entrons dans le monde des figures de style. :)

Figures d’analogie



La comparaison



Elle sert à rapprocher deux éléments différents, voire éloignés l'un de l'autre. Ces deux éléments sont appelés le comparé et le comparant. La comparaison s'effectue grâce à un outil de comparaison.
Quelques outils de comparaison : comme, tel que, pareil à, ressembler à

Citation : Exemple
Ses cheveux ressemblent à de l'or.


Dans cet exemple, « cheveux » est le comparé, et « l'or » le comparant.

La métaphore



Photographie de Charles Baudelaire
Charles Baudelaire
Elle sert à rapprocher deux éléments différents par le biais d'un raccourci implicite et non d'un outil de comparaison.

Citation : Exemple
Ses cheveux d'or.


Ici, d'or est la métaphore.
Cette figure est beaucoup utilisée en poésie, car elle évite l'alourdissement d'une comparaison et est souvent bien plus imagée que cette dernière.
Un exemple avec le poème L'Albatros extrait de Les Fleurs du mal, de Charles Baudelaire :

Citation : L'Albatros - C. Baudelaire
Souvent, pour s'amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.
[...]


J'ai ici mis en gras les deux métaphores. ;)

N.B. : Une métaphore longuement développée est appelée une métaphore filée.

L'allégorie



La liberté guidant le peuple - Eugène Delacroix
La liberté guidant le peuple, 1830
Eugène Delacroix
Elle est utilisée pour représenter une idée abstraite, un sentiment, une émotion par l'utilisation d'un symbole concret. Il s'agit donc en quelque sorte d'une image que l'on associe à un concept.

Par exemple, « la paix » a pour allégorie « la colombe », « la passion amoureuse » a pour allégorie « le feu »…

Notez cependant que l'allégorie n'existe pas uniquement comme figure de style linguistique, on la trouve aussi dans beaucoup d'autres domaines tels que la peinture où elle permet d'exprimer un concept ou une idée de manière détournée (pour l'enjoliver, l'expliciter ou encore lui donner une importance particulière). C'est le cas par exemple dans le tableau d'Eugène Delacroix ci-contre (La Liberté guidant le peuple) où la Liberté prend les traits d'une femme (celle au centre du tableau) brandissant le drapeau français et guidant le peuple se soulevant contre Charles X (soulèvement des 3 Glorieuses).

La personnification



Elle consiste à accorder à un objet, à un animal, une idée abstraite, un élément naturel, un comportement humain (sentiments, émotions, paroles propres…).

Citation : Exemple
La porte grince en gémissant de douleur sur ses gonds.


« En gémissant de douleur » est une personnification car la douleur est une émotion attribuée à un objet non humain, non vivant (ici la porte).

La personnification est, comme la métaphore, très courante chez certains auteurs de poésies, qui aiment donner vie à leurs personnages. Jean de La Fontaine est l'un deux. Par exemple, dans sa fable Le Corbeau et le Renard, on trouve beaucoup de personnifications :

Secret (cliquez pour afficher)
Citation : Le Corbeau et le Renard par Jean de La Fontaine
Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.=> Le corbeau s'alimente comme un être humain.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage : => Don de la parole au renard.
« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
[...]
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ; => Expression d'un sentiment humain.
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
[...]
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. » => Donner une leçon est un comportement propre à l'être humain.
Le Corbeau, honteux et confus, => Expression de sentiments humains.
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus. => Jurer est encore une fois une action propre aux humains.


Figures d'opposition



Les figures d'opposition servent en général à opposer deux idées, deux sentiments contraires.

L'antithèse



Elle décrit la présence de termes opposés dans un passage donné d'une phrase.

Citation : Exemple
La nuit ferme ses sombres paupières sur le jour lumineux qui ouvre ses yeux.


Dans cette phrase, les termes opposés sont :
  • ferme et ouvre ;
  • sombres et lumineux ;
  • nuit et jour.


L'oxymore



Il révèle la présence de termes opposés, situés côte à côte dans une phrase.

Citation : Exemples
Un silence parlant.
Un désordre organisé.


Ici, les termes opposés sont respectivement silence et parlant, puis désordre et organisé.
On peut donc dire que la « syntaxe » est de la forme nom + adjectif opposé au sens du nom.

L'antiphrase



C'est un procédé ironique qui consiste à dire le contraire de ce que l'on pense.

Citation : Exemple
Un professeur dit à un élève qui a eu zéro à sa dictée « On voit que tu maîtrises bien
toutes les règles apprises ! ».


Photographie de Victor Hugo
Victor Hugo
On voit ici que le professeur dit cela dans le but de se moquer de son élève. Il dit exactement le contraire de ce qu'il pense.

Le chiasme



C'est la disposition croisée de termes exprimant une opposition, une idée contraire.

Citation : Exemple
Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger.


Citation : Autre exemple extrait des Châtiments de Victor Hugo
[...] Apaisé d'un rayon et d'un souffle agité, [...]


Le mot de la fin



Vous en êtes venus à bout. ^^ Maintenant, vous pouvez utiliser, sans modération, les figures de style dans les poèmes, romans (on ne sait jamais :p ) que vous écrirez.


21 commentaires sur ce billet

Page : Précédente 1 2 
Auteur Message
Page : Précédente 1 2 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 07/06/2009 à 11 h 41
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Bien reçu (le billet), merci. :)

Par contre on en a un autre en attente depuis plus longtemps qui devrait sortir avant.
 
Hors ligne christophetd
# Ajouté le 07/06/2009 à 12 h 28
Give me Vicodin.
Avatar
Groupe : zAnciens
Pas de problème. :)

Il faudrait juste qu'il sorte avant début juillet pour que Vyk12 puisse réviser son brevet dessus. :p
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 07/06/2009 à 15 h 10
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Normalement ça devrait être bon. ^^
 
Hors ligne Vyk12
# Ajouté le 07/06/2009 à 20 h 17
alias 1101110001
Avatar
Groupe : Équipe SdZ
Lol merci à vous !

Je peux demander un petit billet sur les analyses de texte aussi ? :D
 
Hors ligne christophetd
# Ajouté le 07/06/2009 à 21 h 06
Give me Vicodin.
Avatar
Groupe : zAnciens
Tu en veux aussi un sur les figures du discours, la versification ou encore l'analyse d'Antigone ? :D
 
Hors ligne Vyk12
# Ajouté le 09/06/2009 à 17 h 20
alias 1101110001
Avatar
Groupe : Équipe SdZ
Pourquoi pas. :d

Enfin bon, tout ça pour dire un grand merci à l'auteur de ce billet. :)