Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Messages de micky

Messages postés par micky

Page : 1 2 3  17 18 19 Suivante
Auteur Message
Page : 1 2 3  17 18 19 Suivante
micky Posté le 12/12/2014 à 14 h 23 - Gestion du spam
Avatar de micky
Administrateurs
Ou bien empêcher le flood en n'autorisant pas de publier des messages contenant trop de mots jugés « indésirables » (on compte le nombre de mots figurant dans un lexique flood et on empêche la publication s'il dépasse une certaine valeur) ? C'est loin d'être optimisé mais ça pourrait (enfin) le lasser…
micky Posté le 27/10/2014 à 21 h 59 - Souscrire à
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour et bienvenue sur notre forum !

Les deux formes, c'est-à-dire transitives directe et indirecte, existent, mais il faut encore comprendre où se situe la différence de sens... Selon le TLFi, la forme directe signifie de signer un acte ou de s'engager à payer ; la forme indirecte signifie en revanche payer pour une œuvre commune ou donner son adhésion.

Dans la phrase dont il est question ici, je ne sais pas si on peut dire que l'offre est un acte, et je doute que quelque chose d'offert soit payant (bon, j'imagine qu'il s'agit d'une offre « au meilleur prix »)... Ça n'est pas non plus une entreprise commune, mais je pense que l'on peut dire que souscrire à l'offre c'est y adhérer.

Il faudrait préciser ce qu'est véritablement l'offre, ce qu'elle concerne exactement, pour avoir une meilleure idée du type de transitivité...
J'espère néanmoins avoir pu t'éclairer un peu et je t'incite à poursuivre tes recherches si nécessaire.

À bientôt,
micky
micky Posté le 31/08/2014 à 12 h 41 - presentation Vanessa
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour Vanessa et bienvenue sur notre site ! ;)

J’espère que tu te plairas sur notre forum. Par curiosité, quel genre de textes écris-tu ?

À bientôt,
micky
micky Posté le 27/08/2014 à 23 h 00 - Alinéa pour ligne seule ?
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour et bienvenue sur notre forum !

Oui, selon ta logique d’insérer un alinéa au début de chaque paragraphe, il en faut un même si le paragraphe n’est constitué que d’une ligne. ;)
Je ne sais pas si c’est vraiment moche… Peut-être quand l’alinéa est trop prononcé (l’espacement trop grand) ? J’imagine que c’est surtout une question d’habitude.

En espérant avoir pu t’apporter un avis utile, je te souhaite une bonne soirée !
micky
micky Posté le 03/08/2014 à 11 h 40 - Tel que ou Telle que ou ...
Avatar de micky
Administrateurs
Tu as raison, c’est la virée qui représente les écueils, qui est la matérialisation de ces obstacles (sans virée, pas d’obstacles), et non l’inverse. On peut s’en convaincre ainsi : « grand connaisseur du territoire et de tous les écueils que cette virée dans les tréfonds de mon passé représente », où l’on voit bien une proposition relative avec pour sujet « cette virée » et pour antécédent « les écueils ».

Attention cependant au pronom relatif utilisé ; par exemple, avec qui, on se trouve dans la situation inverse où « les écueils » est le sujet et « cette virée » son complément d’objet direct : « grand connaisseur du territoire et de tous les écueils qui représentent cette virée dans les tréfonds de mon passé ». À ce moment-là, les écueils représenteraient la virée, mais… tu conviendras que ça n’a pas beaucoup de sens − c’était juste pour l’exemple. ;)
micky Posté le 02/08/2014 à 13 h 15 - Tel que ou Telle que ou ...
Avatar de micky
Administrateurs
Concernant l'exemple de Ziame, il a sûrement voulu mettre l'accent sur la dose, c'est-à-dire la quantité de café, plus que sur le café lui-même car je pense que la « qualité » du café n'a pas une grande importance sur le fait que, dans l'exemple, il ne tienne plus en place (peut-être qu'il pourrait boire une petite quantité de café très fort sans être dans cet état).
Il serait tout à fait possible d'accorder « tel que » avec « café », mais dans ce contexte, c'est moins pertinent que d'accorder avec « dose » si l'on considère que c'est la quantité de café qui est l'élément primordial. ;)

J'espère que ça répond à ta question, sinon n'hésite pas à me le dire. Bon après-midi !
micky
micky Posté le 01/08/2014 à 11 h 49 - Tel que ou Telle que ou ...
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour,

En fait, dire que tel quel s’accorde avec le substantif qui le précède n’est pas suffisant, il faudrait ajouter « auquel il se rapporte » ; c’est en quelque sorte l’antécédent auquel il faut s’intéresser. Je t’invite à lire ce court paragraphe d’un de nos billets sur les erreurs courantes qui traite justement de ces questions d’accord avec tel : http://www.zcorrecteurs.fr/blog/bil […] ord-avec-tel.

Ta première phrase est donc fausse, selon moi : tel que se rapporte à la perturbation et non au réseau, c’est-à-dire que les exemples que tu listes après sont en réalité des exemples de perturbation et pas des exemples de réseau… Tu comprends la différence ? :) L’accord se fait donc au féminin.
Ta deuxième phrase est correcte car ta liste d’exemples se rapporte à « dommage ».
La troisième phrase est la même que la première, le substantif auquel se rapporte telle que (« perturbation ») est féminin singulier, il n’y a pas de raison d’accorder avec « réseaux postaux ».
Les quatrième et cinquième phrases sont aussi les mêmes et sont cette fois-ci correctes car l’antécédent est toujours « perturbation », donc l’accord se fait au féminin singulier (« telle que »).

En espérant avoir pu me rendre utile, je te souhaite une excellente journée. ;)
micky
micky Posté le 01/08/2014 à 09 h 35 - Sujet résolu Accord ou pas Accord
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour Tom et bienvenue sur notre forum. :)

Je pense que ton analyse est tout à fait correcte et qu’il faut donc écrire « les fiches produit », ellipse de « les fiches du produit », si tant est que l’on ne parle que d’un seul produit, bien entendu ; s’il y a plusieurs produits dans les fiches en question, il faudrait écrire « produits » au pluriel, mais dans ce cas il vaudrait peut-être mieux éviter l’ellipse (surtout à l’oral, étant donné qu’on n’entend pas de différence entre le singulier et le pluriel dans cette phrase) et écrire « les fiches des produits ».

J’espère avoir su répondre à ta question, n’hésite pas à répondre si tu as encore des doutes. À bientôt !
micky
micky Posté le 30/07/2014 à 22 h 00 - Question fautes d'orthographe
Avatar de micky
Administrateurs
Bonsoir,

Concernant la dernière phrase, je crois qu’on y verra mieux en la réarrangeant : « les filets qu’il s’était fabriqués » → « il s’était fabriqué les filets » → « il s’est fabriqué les filets ». On remarque que « les filets » est COD du verbe fabriquer conjugué ici au plus-que-parfait dans sa forme pronominale ; et c’est ce qu’il est important d’analyser pour accorder correctement : on se trouve face à l’accord du participe passé d’un verbe pronominal réfléchi (l’oiseau est celui qui fabrique les filets et il les fabrique pour lui). À ce stade et si nous ne nous sommes pas trompés, il ne nous reste plus qu’à savoir quelle est la règle qui s’applique pour un verbe pronominal réfléchi (tu trouveras plus d’explications et d’exemples dans le billet de notre blog dont je viens de donner le lien) : le participe passé s’accorde avec le COD si ce dernier est placé avant l’auxiliaire. Tu remarqueras alors que c’est la même règle que pour l’accord des participes passés avec l’auxiliaire avoir, et c’est logique ici : si on continue la reformulation de la phrase, on obtient « il s’est fabriqué les filets » → « il a fabriqué les filets pour lui » → « les filets qu’il a fabriqués (pour) lui-même », qui est la forme non pronominale de ta phrase initiale. ;) Il y a donc lieu d’accorder le participe passé « fabriqué » avec le COD « les filets », c’est-à-dire au masculin pluriel, l’accord était donc correct (s’il n’y a pas d’erreur dans le raisonnement).

Quant à l’autre phrase, tout le problème se trouve dans la nature grammaticale de ce mot « tout »… Pronom, adverbe, déterminant (ou adjectif) ?
Je pense tout d’abord qu’« occupées » n’est pas un participe passé mais un adjectif, pour deux raisons : premièrement, il n’y a pas d’auxiliaire qui l’accompagne ; deuxièmement, on peut le remplacer par un autre adjectif, par exemple « jaunes ».
Ensuite, je ne suis pas sûr que considérer tout comme un adverbe dans cette phrase soit une erreur, mais je pense qu’on peut l’analyser plus précisément. Il me semble qu’on doit percevoir ici la nuance entre « entièrement, tout à fait » et « sans exception »… Je me permets de réarranger cette phrase aussi, en espérant bien sûr ne pas modifier la nature des mots utilisés : « en balayant des yeux les tables, qui étaient toutes occupées » → « en balayant des yeux les tables, dont toutes étaient occupées » → « toutes les tables, que je balayais des yeux, étaient occupées » → « toutes les tables sont occupées » ; on voit qu’il s’agit plutôt d’un déterminant pluriel. Pouvons-nous en être sûrs, étant donné que j’ai reformulé la phrase ? Je te propose d’observer un autre exemple, similaire, mais dans lequel nous sommes certains que tout est adverbe : « en balayant des yeux les femmes toutes préoccupées », dans le sens de « qui se font beaucoup de souci ». Dans cette nouvelle phrase, toutes se réfère à l’adjectif préoccupées (c’est donc un adverbe), alors que dans la phrase initiale, il se réfère au nom tables (et se trouve alors être un déterminant), es-tu d’accord ? Et c’est cette différence de sens qui justifie, plus que sa position dans la phrase, à mon avis, la différence de nature de tout dans ces deux phrases. Personnellement, j’accorderais donc « les tables toutes occupées », à défaut de trouver une meilleure formulation qui garantisse que l’accord est correct.
Je ne sais pas si tu comprends la nuance que j’ai essayé de mettre en évidence, j’espère en tout cas ne pas avoir fait d’erreur dans mon analyse…

Si quelque chose reste obscur, je t’invite à m’en faire part afin que nous trouvions des explications plus claires. ;) Bonne soirée,
micky
micky Posté le 30/07/2014 à 13 h 39 - Question fautes d'orthographe
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour jaujau,

Tes accords semblent tous corrects, à moins que je n’ai loupé quelque chose. Cependant, ta deuxième phrase m’interpelle quelque peu : sans la suite « victimes de ses safaris », je laisserais l’accord avec « têtes », comme tu l’as fait, sans hésiter ; mais le fait est que les victimes sont les « animaux » et non les têtes d’animaux. Je te suggérerais donc la solution suivante pour éviter tout malentendu : si tu souhaites indiquer que les animaux sont entièrement empaillés mais que tu ne détiens que leurs têtes, tu peux laisser « empaillés » à la même place mais accorder avec « animaux » ; si en revanche tu désires insister seulement sur les têtes qui sont empaillées, tu peux aussi dans ce cas déplacer « empaillées » juste après « têtes », de sorte que la suite de la phrase ne fasse pas référence à « têtes » mais bien à « animaux »… La nuance est légère mais je pense qu’elle vaut la peine si ton texte doit être rédigé de manière très cohérente ; maintenant, ce n’est que mon avis, libre à toi de le suivre ou d’écouter les avis d’autres personnes. ;)

J’espère avoir pu me rendre utile. N’hésite pas à me répondre si tu as encore des questions. À bientôt !
micky
micky Posté le 30/07/2014 à 13 h 28 - Ha, les pluriels !
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour diagraphe,

C’est tout à fait correct, on peut aussi lire tes phrases comme « des participants de toutes les générations » et « des praticiens d’un certain renom », tes accords sont donc justes. ;)

À bientôt,
micky
micky Posté le 24/07/2014 à 07 h 59 - Projet de Loi ou projet de loi des XXXX
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour Bénédicte et bienvenue sur notre forum. :)

Comme je le propose régulièrement aux membres qui posent leurs questions ici, je t’encourage à lire cet article complet et exemplifié de la Banque de dépannage linguistique : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gaba […] t1=1&id=1293.
C’est vite lu et toutes les phrases sont utiles et claires. ;) N’hésite pas à y rechercher les réponses à d’autres questions que tu pourrais te poser car cet outil de l’Office québécois de la langue française regorge d’articles très bien écrits et justes sur tous les thèmes de la langue.

Je cite donc le premier paragraphe, qui répond à ta question :
Citation : BDL
Les mots charte, loi et règlement prennent une majuscule initiale s’ils constituent le premier mot du titre exact et complet d’une charte, d’une loi ou d’un règlement. Ces titres s’écrivent généralement en romain et non en italique.

Il faut donc, dans ta phrase, une majuscule initiale à « Loi », en revanche il faut écrire ce titre de loi en caractères droits.

J’espère avoir répondu à ta question ; n’hésite pas à me répondre si tu as encore des soucis. À bientôt !
micky
micky Posté le 23/07/2014 à 10 h 13 - Offert ou offerte
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour Eloise et bienvenue sur notre site. :)

Personnellement, je préférerais accorder avec la chose qui est offerte, puisque c’est justement cette chose qui est, dans les faits, offerte, et pas l’an, qui est immatériel… Mais je pense qu’il ne serait pas faux, grammaticalement, d’accorder avec « an », si l’on considère que c’est la durée de l’offre qui est importante dans la phrase, c’est-à-dire si l’on souhaite mettre l’accent sur la durée plutôt que sur l’offre elle-même.
Une dernière remarque (je n’y pense que maintenant) : il serait peut-être juste aussi, mais ce serait à vérifier, de dire que l’on accorde « offert » avec toute la proposition « un an de courses »… par exemple « trois années de courses offert » comme une ellipse de « un prix de trois années de courses offert ».

Cependant, je reste pour ma part convaincu qu’avec la première solution (accorder avec la chose qui est offerte), tu ne peux jamais te tromper et que l’on ne risque donc pas de critiquer ton choix. ;) Mais chacun peut bien entendu se forger son avis sur la question.

En espérant avoir pu t’apporter quelques clés de compréhension, je te souhaite une bonne continuation. À bientôt !
micky
micky Posté le 19/07/2014 à 16 h 30 - Verbe échapper
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour et bienvenue sur notre forum. :)

Voici ce que l’on trouve dans la définition d’échapper dans le TLFi (voir la page correspondante du CNRTL) :
Citation
B.− Emploi trans., vx. Laisser tomber. Il semblait qu'un coup de vent fît voltiger de son tapis vert sur toute la France les « petits papiers » que ses mains tremblantes échappaient (Barrès, Leurs fig.,1901, p. 126).
− P. ext. Éviter. Le Roman est aujourd'hui notre poème épique (...) quoique vous fassiez, vous ne pourrez absolument pas l'échapper (Liszt, Corresp.[avec ctesse d'Agoult], 1833-40, p. 42).
− Expr. usuelle. L'échapper belle. Éviter un danger à la dernière minute. Avoir été blessé à G..., ça ne serait même pas à dire, − quoi qu'il l'eût échappé belle (Benjamin, Gaspard,1915, p. 74).
Rem. Certains auteurs accordent le part. passé d'après belle. Au fond il l'avait échappée belle (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 132).

La forme transitive existe donc et signifie bien « laisser tomber » ou « éviter », cependant elle est surtout employée aujourd’hui dans l’expression « l’échapper belle ». La phrase que tu as croisée semble donc tout à fait correcte, bien que la forme transitive soit un peu vieillotte. ^^

En espérant avoir pu t’éclairer, je te souhaite une bonne fin de journée. À bientôt,
micky
micky Posté le 07/06/2014 à 17 h 39 - pluriel de siècle
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour,

Je t'ai répondu dans le premier sujet que tu as créé mais que je me suis permis de déplacer de forum (j'aurais peut-être dû te prévenir personnellement) : http://www.zcorrecteurs.fr/forum/su […] -siecle.html.

N'hésite pas à me répondre si tu as des questions. ;)
Bonne fin de journée !
micky Posté le 06/06/2014 à 11 h 08 - pluriel de siècle
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour et bienvenue sur notre site. :)

En réalité, le singulier et le pluriel sont tous les deux possibles dans l’expression « au XIXe et au XXe siècle(s) », cela dépend de l’analyse que tu fais du nom « siècle » dans la phrase (c’est-à-dire si tu considères qu’il a valeur de pluriel ou de singulier). Il est donc inutile de répéter ce nom dans la phrase.

Note cependant que tu pourrais aussi écrire ceci : « aux XIXe et XXe siècles » (ou, en toutes lettres, « aux dix-neuvième et vingtième siècles ») ; dans ce cas, les adjectifs restent au singulier car ils identifient chacun un seul des deux siècles, mais le nom s’écrit obligatoirement au pluriel puisqu’il s’accorde avec le déterminant qui est pluriel.

Voici une référence claire et concise, mais assez complète, que je t’encourage à lire pour observer les différences entre le pluriel et le singulier dans plus d’exemples intéressants : l’article Nom qualifié par plus d’un adjectif de la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française.

En espérant avoir pu t’aider dans ta recherche, je te souhaite une bonne continuation ! ;)
micky

P.-S. — Je me permets de déplacer ton sujet dans le forum Orthographe et grammaire où il trouve mieux sa place.
micky Posté le 04/06/2014 à 08 h 57 - Adjéctif ou participe présent ?
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour et bienvenue sur notre forum !

C’est une question très pertinente.
Il apparaît que le Dictionnaire de l’Académie française, dans sa neuvième édition, ne reconnaît aucune forme d’adjectif correspondant au verbe amortir ; on trouve seulement amortisseur en tant que nom masculin. En revanche, le TLFi admet plus de solutions : il mentionne effectivement amortissant en tant qu’adjectif, mais principalement dans les sens de « calmant » ou « dégradant », ce qui n’est pas exactement ce que tu recherches ; on trouve aussi, et je pense que ceci résout ton problème, le terme amortisseur employé en tant qu’adjectif dans le sens de « qui affaiblit, atténue ». C’est un adjectif et on accorde donc en genre et en nombre : dans ton cas, tu peux écrire « des plaques amortisseuses ». Si tu souhaites d’autres exemples, je te suggère de regarder ceux proposés dans le dernier lien ; on y parle par exemple de « couches de sable amortisseuses ».
Je précise que je n’ai pas cherché dans d’autres dictionnaires, peut-être plus courants mais parfois moins rigoureux, sauf dans le Larousse qui mentionne également « amortisseur, amortisseuse » en adjectifs.

Maintenant, il arrive qu’un néologisme ait de l’intérêt à être répandu, c’est-à-dire utilisé par suffisamment de personnes pour être inscrit dans des dictionnaires de qualité. Pour ma part, mais c’est un avis personnel, je ne verrais aucun problème à employer « amortissantes », qui dérive du participe présent de façon plus visible qu’« amortisseuses » (de mon point de vue). D’autres diront sûrement qu’étant donné qu’un adjectif existe déjà pour décrire exactement ce que tu souhaites exprimer, il serait inutile, redondant voire hérétique de créer un nouveau sens à l’adjectif « amortissant », qui n’est, il est vrai, pas si différent de l’adjectif existant aujourd’hui (amortisseur), mais qui en plus possède déjà des sens particuliers.

En résumé, si tu souhaites être sûr d’être compris et approuvé par les lecteurs de ton rapport, je te suggère personnellement d’utiliser « plaques amortisseuses » car tu pourras toujours prouver le bon emploi de ce terme. Après, c’est à toi de voir ce que tu préfères. ;)

En espérant avoir pu me rendre utile, je te souhaite une bonne journée ! À bientôt,
micky
micky Posté le 02/06/2014 à 09 h 48 - tartare d'écrevisse ou d'écrevisses
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour orey82 et bienvenue sur notre site !

Le problème que tu exposes est courant à l’écrit et peut être source de quiproquo lorsque le choix du singulier ou du pluriel n’a été bien réfléchi.
Je te propose (en apéritif ^^ — ok, la blague est nulle) deux articles de la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française qui expliquent et exemplifient le sujet mieux que je ne saurais le faire : Confiture, compote, jus de… et Nombre du complément du nom.

Pour en revenir aux deux expressions qui te causent du souci, « tartare d’écrevisses » et « crémeux de courgettes », je dirais que dans les deux cas l’apparence du produit de base (écrevisses et courgettes) se retrouve dans la nouvelle forme (tartare et crémeux), et que le pluriel se justifie donc. Cependant, et tu as tout à fait raison, le singulier a aussi un sens dans ces deux expressions.
J’aurais tendance à dire qu’il faudrait chercher par exemple dans les menus de grands restaurants pour voir comment les chefs les écrivent, mais je ne sais pas trop où chercher, et je ne sais pas si ça aurait vraiment plus de valeur.

Si tu recherches séparément les deux expressions sur Google (par exemple) avec et sans pluriel, tu remarques qu’il y a plus de résultats avec la forme du pluriel. Toutefois, cette donnée ne doit pas guider ton choix, parce qu’un sondage sans filtre comme celui-ci ne fournit aucun indice sur la validité des graphies utilisées ; au mieux, cette information peut te conforter dans ta décision, mais ne devrait, selon moi, pas en être la source.

Maintenant, je ne suis pas sûr d’avoir beaucoup fait avancer la discussion… ^^ J’espère néanmoins t’avoir donné quelques références ou pistes utiles, parce qu’il est vrai que le problème est plus compliqué à résoudre qu’il n’y paraît.
Si d’autres membres ont un avis sur la question, j’espère qu’ils te répondront avant que les menus ne soient imprimés.

N’hésite pas à me répondre si tu as des questions sur ce qui précède.
Bonne suite pour la préparation de ton mariage et à bientôt !
micky
micky Posté le 03/05/2014 à 08 h 57 - Accord participe passé
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour,

Je suis du même avis que mon collègue concernant ta première phrase.

En revanche, je ne suis pas sûr pour la deuxième… Il me semble qu’il y a bien un COD dans la phrase : elle a amené qui ? « m’ » pour « moi ».
Prenons par exemple une phrase similaire : « elle les a amenés à se dépasser » ; admettons que « les » est un pronom mis pour « ces sportifs », la phrase devient alors : « elle a amené ces sportifs à se dépasser », où on voit bien que « ces sportifs » est COD du verbe amener. Ainsi, dans la phrase contenant le pronom, ce dernier est COD et se trouve avant l’auxiliaire avoir, l’accord a donc lieu.
Je pense que c’est la même chose dans ta phrase : le pronom « m’ » remplace « moi », qui correspond à l’auteur de la phrase et possède donc un genre. Par conséquent, si tu es une femme, il faut effectivement accorder « amenée » au féminin ; en revanche, si tu es un homme, l’accord se fait au masculin et tu dois alors écrire « amené ».

Si je me trompe, n’hésitez pas à me le faire remarquer. ;)
À bientôt !
micky Posté le 21/03/2014 à 16 h 48 - Nous sommes porteur ou porteurs
Avatar de micky
Administrateurs
Bonjour navette et bienvenue sur notre forum. :)

Si je ne dis pas de bêtises, le nous singulier (de modestie ou de noblesse) a été utilisé dans la littérature pour remplacer les je et on qui n'étaient pas bien acceptés dans les écrits sérieux qui se voulaient non personnels (typiquement, aujourd'hui, une dissertation). Du coup, les adjectifs et noms qui se rapportent à ce pronom restent invariables en nombre, c'est-à-dire au singulier ; en revanche le genre s'accorde avec le nom.
Il faut encore distinguer le nous de société, employé pour désigner un ensemble de personnes sous le nom d'un seul groupe « agissant » : dans ce cas, l'adjectif s'accorde en nombre mais pas en genre (généralement, un ensemble social n'est pas constitué exclusivement de femmes, même si, le cas échéant, j'imagine qu'on peut comprendre l'accord au féminin).

Pour des explications peut-être plus pointues et surtout quelques exemples très bien choisis, je t'invite à consulter ces deux articles de la Banque de dépannage linguistique (BDL) de l'Office québécois de la langue française :
nous de majesté et de modestie ;
nous de société.

En espérant que ces quelques explications te seront utiles, je te souhaite un bon week-end !