Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Littérature > Poésie > Chemins qui ne mènent nulle part, Rainer Maria Rilke > Voir le sujet

Chemins qui ne mènent nulle part, Rainer Maria Rilke

Poésie de la semaine n° 41

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne Ziame # Posté le 16/02/2014 à 18 h 07
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar de Ziame
Messages : 11523
Groupe : Administrateurs
Bonjour,

C’est à Rainer Maria Rilke que nous devons les vers de cette quarante et unième poésie de la semaine, Chemins qui ne mènent nulle part, extrait du recueil Les Quatrains valaisans.

Rainer Maria Rilke



Né à Prague, dans l’Autriche-Hongrie de 1875, Rainer Maria Rilke vit une jeunesse mouvementée, marquée par son entrée, voulue par son père, à l’école militaire supérieure de Mährisch-Weisskirchen dans laquelle il passera cinq ans de brimades et d’humiliations du fait de sa nature chétive. Cette expérience le marquera profondément et plus tard, le poète en dira qu’il « n’aurai[t] pu réaliser [s]a vie… [s’il] n’avai[t] renié et refoulé durant des décennies tous [s]es souvenirs de ces cinq années d’école militaire. » Rilke commence dès lors à publier des poésies, en allemand qui lui vaudront la reconnaissance de la communauté littéraire de son vivant.

Outre ses poèmes, Rainer Maria Rilke entretient une correspondance littéraire avec Franz Kappus, un jeune poète cherchant les conseils de son aîné. Espacée dans le temps (une dizaine de lettres de 1902 à 1908), ces lettres parfois aussi tardives que travaillées de Rainer Maria Rilke à son cadet sont une véritable leçon de vie dans laquelle le poète tente d’expliquer à Franz Kappus l’essence et le rôle de la poésie. Si Rilke n’a que 27 ans au début de cette correspondance, on ne peut s’empêcher d’être frappé par la maturité et la sagesse de ses propos. Cette correspondance (en allemand, toujours), qui sera publiée par Franz Kappus quelques années plus tard (en 1929 soit trois ans après la mort de Rilke) constitue aujourd’hui l’origine d’une part non négligeable de la renommée du poète, notamment en France où il s’agit peut-être de la partie la plus connue de son œuvre.

Chemins qui ne mènent nulle part



Les Quatrains valaisans, publiés en 1926 (année de la mort de Rilke) font partie de ses œuvres tardives écrites en langue française (le début de son œuvre ayant été rédigé en allemand).

Le poème Chemins qui ne mènent nulle part a une structure générale que l’on retrouve dans de nombreux autres poèmes tardifs de Rilke, avec des vers courts et un style épuré rappelant les haïkus japonais (courts poèmes de deux ou trois vers). D’ailleurs, cela n’a rien d’étonnant, l’auteur ayant eu l’occasion de découvrir cet art et s’y étant essayé dans les dernières années de sa vie, en français comme en allemand (1920-1926).

Outre la forme, le contenu des Chemins qui ne mènent nulle part lui aussi, très proche de la nature et en soulignant sa simplicité, est inspiré de la poésie et de la mentalité japonaises. Ce qui est enfin intéressant de noter est que cette authenticité et cette simplicité dont Rilke fait preuve ici est justement ce qu’il défendait déjà dans ses lettres à Franz Kappus presque une vingtaine d’années plus tôt.

Citation : Deux exemples de haïkus de Rainer Maria Rilke
C’est pourtant plus lourd de porter des fruits que des fleurs.
Mais ce n’est pas un arbre qui parle —
C’est un amoureux.

---


Kleine Motten taumeln schauernd quer aus dem Buchs;
Sie sterben heute Abend und werden nie wissen,
daß es Frühling ist.

Traduction :
De petites mites voltigent en frissonnant à travers le buis;
elles mourront ce soir ne sachant jamais
que c’est le printemps.


Citation : Chemins qui ne mènent nulle part, Rainer Maria Rilke
Chemins qui ne mènent nulle part
entre deux prés,
que l’on dirait avec art
de leur but détournés,

chemins qui souvent n’ont
devant eux rien d’autre en face
que le pur espace
et la saison.


À la semaine prochaine pour une nouvelle poésie !

Si vous aimez écrire et que vous avez des choses à dire sur l'un des thèmes que couvre notre blog, n'hésitez pas ! ;)
 

Retour au forum Poésie ou à la liste des forums