Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Littérature > Poésie > Outre mesure, Pierre Reverdy > Voir le sujet

Outre mesure, Pierre Reverdy

Poésie de la semaine n° 30

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne micky # Posté le 18/11/2013 à 23 h 24
Avatar de micky
Messages : 2228
Groupe : Administrateurs
Responsable zCorrection
Bonjour,

Nous vous présentons cette semaine un poète révolutionnaire du début du vingtième siècle : il s’agit de Pierre Reverdy avec son poème « Outre mesure » publié dans le recueil Le Chant des morts en 1948.

Pierre Reverdy



Pierre Reverdy est un écrivain français né en 1889. Il arrive à Paris en 1910, où il fait la connaissance de nombreux poètes et artistes d’envergure, parmi lesquels Guillaume Apollinaire, Louis Aragon, André Breton, Henri Matisse ou Pablo Picasso.

Reverdy influence non seulement les mouvements cubiste et dada, mais aussi les débuts du surréalisme de plus ou moins près, avec différentes théories et propositions littéraires.
Il lance sa revue Nord-Sud en 1917, dans laquelle plusieurs de ses amis poètes ont la possibilité de publier leurs textes et leurs idées.

Reverdy se retire dans une abbaye en 1926, où il écrit nombre de ses œuvres les plus importantes. Il y meurt en 1960.


Outre mesure



Le recueil Le Chant des morts est paru en 1948, dans lequel figuraient vingt-cinq lithographies de Picasso. Inspiré du cubisme et du dadaïsme, Reverdy a rapidement trouvé son style propre, particulièrement imagé, où le regard et la couleur jouent un rôle primordial. Ses poèmes sont généralement très dynamiques, parfois dans une écriture précipitée, d’autres fois dans un discours pesant…

Bonne lecture !


Citation : Outre mesure
Le monde est ma prison
Si je suis loin de ce que j'aime
Vous n'êtes pas trop loin barreaux de l'horizon
L'amour la liberté dans le ciel trop vide
Sur la terre gercée de douleurs
Un visage éclaire et réchauffe les choses dures
Qui faisaient partie de la mort
À partir de cette figure
De ces gestes de cette voix
Ce n'est que moi-même qui parle
Mon cœur qui résonne et qui bat
Un écran de feu abat-jour tendre
Entre les murs familiers de la nuit
Cercle enchanté des fausses solitudes
Faisceaux de reflets lumineux
Regrets
Tous ces débris du temps crépitent au foyer
Encore un plan qui se déchire
Un acte qui manque à l'appel
Il reste peu de chose à prendre
Dans un homme qui va mourir


N’hésitez pas à partager votre impressions après la lecture de ce poème ! :)
 

Retour au forum Poésie ou à la liste des forums