Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Langue française > Orthographe et grammaire > Aide Conjugaison dilemme > Voir le sujet

Aide Conjugaison dilemme

Résolu Le problème de ce sujet a été résolu.

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne Pam # Posté le 10/05/2013 à 01 h 54
Messages : 2
Membres
En écrivant une lettre, je suis tombé sur un problème, peut-être pourrez-vous m'éclairer. Dans la phrase suivante en parlant d'un endroit, comment dois-je accorder le verbe rester?
"Restait les murs et la toiture pour s'en rappeler, aujourd'hui il n'y a plus rien."
ou
"Restaient les murs et la toiture pour s'en rappeler, aujourd'hui il n'y a plus rien."
Si je ne supprime pas le il, lequel dois-je utiliser, il ou ils? Ca peut décrire un endroit ou une atmosphère, mais ce sont les murs et la toiture qui restent. Les deux sont-ils acceptables?
Car si je dis "Il restait les murs et la toiture pour s'en rappeler, aujourd'hui il n'y a plus rien." ça me semble correct car je parle d'un seul endroit et si j'utilise la troisième personne du pluriel ça semble incorrect.
Modifié le 10/05/2013 à 02 h 01 par Pam
 
Hors ligne Anonyme # Posté le 10/05/2013 à 08 h 41
Messages :

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet Cette réponse a aidé l'auteur du sujet.
Bonjour Pam, et bienvenue sur le site ! :)

Parmi les deux phrases que tu nous donnes, celle qui est correcte est la seconde : « Restaient les murs et la toiture pour s'en rappeler, aujourd'hui il n'y a plus rien. ».

En effet, le verbe « rester » est inversé avec son sujet, « les murs et la toiture », qui est pluriel. Donc le verbe « rester » doit être conjugué à la troisième personne de pluriel. Cela donnera donc : « restaient », et c’est donc la seconde phrase qui est correcte.

En revanche, si tu avais employé une tournure impersonnelle (« Il ne restait que les murs et la toiture pour s'en rappeler, aujourd'hui il n'y a plus rien. »), le verbe « rester » aurait été conjugué à la troisième personne du singulier, car « il » est au singulier, bien évidemment.

PS : la seconde phrase est d’ailleurs mal construite (comme la première), il faudrait, pour qu’elle le soit, que tu emploies une négation : « Ne restaient (plus) que les murs et la toiture pour s'en rappeler, aujourd'hui il n'y a plus rien. »

J’espère t’avoir aidé, en tout cas si tu as d’autres questions à nous poser, nous sommes bien entendu là pour cela, donc n’hésite pas ! ;)
AzeTkN.
 
Hors ligne Pam # Posté le 10/05/2013 à 15 h 28
Messages : 2
Membres
Merci AzeTkn pour cette réponse qui m'a beaucoup aidé. Je pratique le français depuis plus de 35 ans et le doute m'accompagne toujours, notamment sur la conjugaison et le genre.
 
Hors ligne Anonyme # Posté le 10/05/2013 à 18 h 20
Messages :

Je suis content d’avoir pu t’aider, et n’hésite pas si tu as d’autres questions, à nous les poser.

Excellente journée à toi ! :)
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 10/05/2013 à 20 h 47
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Quant à moi, j'aurais plutôt dit que les murs et la toiture était complément d'objet, le sujet implicite étant il. Il restait, pour s'en rappeler, les murs et la toiture.

En effet, je ne pense pas que ce sont les murs et la toiture qui restent pour s'en rappeler. Les murs et la toiture restent (debout, en place), c'est vrai, mais accompagné de la nuance du souvenir, je pense que le pluriel induirait le lecteur en erreur en introduisant la possibilité que… ce soient les murs qui sont restés pour se souvenir d'un truc ! Mais quel genre d'événement peut donc inciter un mur à ne pas oublier ?

Ce sujet (restait/restaient), d'ailleurs, avait déjà été abordé sur ce même forum ! Comme quoi, le Net est petit.


Cela dit, si je puis me permettre de donner mon humble avis, la phrase restait les murs et la toiture pour s'en rappeler ne me semble pas super élégante : je lui préfère restait, pour s'en rappeler, les murs et la toiture. Mais c'est sans doute une question de goûts. :)
Modifié le 10/05/2013 à 20 h 50 par Karl Yeurl

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Anonyme # Posté le 11/05/2013 à 09 h 34
Messages :

Salut Karl,

Je comprends ton explication, mais si dans la phrase on emploie un sujet inversé (comme je l’ai dis dans ma réponse), la forme « Restaient les murs et la toiture pour s'en rappeler, aujourd'hui il n'y a plus rien. » est bien correcte, non ?
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 11/05/2013 à 22 h 43
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Où est le sujet ? :)

Personnellement, je ne pense pas que les murs soient le sujet.

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Anonyme # Posté le 12/05/2013 à 10 h 36
Messages :

En fait, j’avais raisonné de la manière suivante : en inversant la position du verbe dans la phrase, j’obtenais : « Les murs et la toiture restaient pour s'en rappeler, aujourd'hui il n'y a plus rien. ».
En suivant donc ce raisonnement, j’en déduisais que le verbe « rester » avait pour sujet « les murs et la toiture ».

Peux-tu me confirmer que ce raisonnement est juste, ou je me trompe complètement ?
 
Hors ligne circea # Posté le 20/05/2013 à 19 h 22
Avatar de circea
Messages : 5
Membres
Selon mon humble avis, je dirais que les deux options sont possibles:
ou bien l'on part de l'idée que les murs et la toiture sont le sujet de "rester" et s'accordent en conséquence, comme le souligne AzeTkN.
ou bien on suppose que le sujet est le pronom impersonnel "il" (absent de la première partie de la phrase) comme le sous-entend Karl Yeurl.
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 21/05/2013 à 05 h 01
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Je pense que tu te trompes : ici, à mon avis, on a affaire à la locution impersonnelle. :)

En effet, le sens de rester n'est pas le même, tu ne peux pas inverser comme tu veux. Si les murs restent, ça veut dire qu'ils ne souhaitent pas bouger. S'il reste les murs, ça veut dire que les murs sont toujours là, c'est un état des choses.

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 

Retour au forum Orthographe et grammaire ou à la liste des forums