Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Langue française > Orthographe et grammaire > Passé simple et passé composé dans le même texte > Voir le sujet

Passé simple et passé composé dans le même texte

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne veronique1979 # Posté le 06/01/2011 à 16 h 37
Messages : 2
Membres
Bonjour,

Je traduis actuellement un livre portugais et l'auteur emploie le parfait de l'indicatif, qui en français, peut se traduire par le passé simple ou le passé composé.
L'auteur oscille entre un style "journal intime" et un style "biographie".
Je serais tentée d'utiliser le PC pour le "journal intime" et le PS pour la "biographie".
Mais le choix n'est parfois pas évident car de temps en temps, on sent que l'auteur prend du recul par rapport aux évènements et le passé simple conviendrait mieux, alors qu'on se trouve dans la partie "journal intime".
En outre, j'ai reçu le commentaire d'une personne travaillant dans l'édition qui a m'a dit:
"des problèmes de coordination des temps qui arrêtent la lecture desservent le texte".

Par exemple -
Version au passé composé:

"Aujourd’hui, avec le son des cithares résonnant encore dans ma tête, je me suis levé d’un bond et je me suis rendu, accompagné de Calimério, au palais des Necessidades, pour retrouver enfin mon seigneur D. Pedro.
Dès que je suis descendu face à la place et que j’ai commencé à monter lentement les marches du palais, des centaines d’images et pensées de mon passé ont resurgi et ont pris la place de la cantilène arabe. Je n’étais jamais allé au palais des Necessidades auparavant, mais ce sera désormais le lieu où je me promènerai et travaillerai.

Comme cela arrive à ceux qui sont dominés par leur imagination, mes yeux se sont brouillés et je distinguais mal l’intense va-et-vient d’officiers, de généraux, d’adjudants, de ministres, de députés, de juges, de conseillers des Cours suprêmes de justice, de législateurs, de domestiques, de journalistes et de simples défenseurs de la cause de la Reine qui transitaient dans l’arrière-cour, de telle sorte qu’en virant à droite, après avoir monté l’escalier principal, je suis entré en collision avec un sujet anguleux qui, au grand malheur de son front et de mon nez, venait de toutes ses forces dans la direction opposée. Comme nous portions tous deux le ruban bleu et blanc qui marque l’appartenance aux Chartistes, nous nous sommes adressés des excuses mutuelles et nous avons pris congé. Si cela s’était produit dans une taverne, la fin eût été sans aucun doute moins courtoise."

Version au passé simple (le début est identique):

"Aujourd’hui, avec le son des cithares résonnant encore dans ma tête, je me suis levé d’un bond et je me suis rendu, accompagné de Calimério, au palais des Necessidades, pour retrouver enfin mon seigneur D. Pedro.
Dès que je suis descendu face à la place et que j’ai commencé à monter lentement les marches du palais, des centaines d’images et pensées de mon passé ont resurgi et ont pris la place de la cantilène arabe. Je n’étais jamais allé au palais des Necessidades auparavant, mais ce sera désormais le lieu où je me promènerai et travaillerai.

Comme cela arrive à ceux qui sont dominés par leur imagination, mes yeux se brouillèrent et je distinguais mal l’intense va-et-vient d’officiers, de généraux, d’adjudants, de ministres, de députés, de juges, de conseillers des Cours suprêmes de justice, de législateurs, de domestiques, de journalistes et de simples défenseurs de la cause de la Reine qui transitaient dans l’arrière-cour, de telle sorte qu’en virant à droite, après avoir monté l’escalier principal, j’entrai en collision avec un sujet anguleux qui, au grand malheur de son front et de mon nez, venait de toutes ses forces dans la direction opposée. Comme nous portions tous deux le ruban bleu et blanc qui marque l’appartenance aux Chartistes, nous nous adressâmes des excuses mutuelles et prîmes congé. Si cela s’était produit dans une taverne, la fin eût été moins courtoise."

Qu'en pensez-vous?
Ma question est : peut-on passer du PC au PS de cette façon? Quelle serait la différence?
Merci de votre aide!
 
Hors ligne Cazahimura # Posté le 06/01/2011 à 18 h 29
Love And Peace!
Avatar de Cazahimura
Messages : 45
Membres
Bonsoir,

Alors là, je vais laisser répondre les « vrais », mais je vais quand même tenter de te donner mon point de vue.

Après avoir lu une première fois le passage (les deux versions), je n'ai pas saisi la différence.

Pourquoi ? Tout simplement car j'ai trouvé les phrases lourdes. La première phrase en gras atteint les cinq lignes ! Je trouve que c'est trop. Arrivé à un moment, on ne sait plus de quoi on parle, c'est pourquoi je n'ai pas su quel temps était le plus adapté.

Mais comme les phrases sont chargées, on n'arrive pas à distinguer la partie « biographie » de la partie « journal intime ».
Donc actuellement, j'aurais employé le passé composé, mais en retravaillant les phrases, j'aurais préféré le passé simple.

En espérant que mon petit pâté t'ait aidé à y voir plus clair... laissons la parole aux pros ! :lol:
 
Hors ligne veronique1979 # Posté le 07/01/2011 à 12 h 04
Messages : 2
Membres
Bonjour Cazahimura,

Et oui, la phrase est à rallonge...Mais je crois que c'est l'effet que recherche l'auteur. Perdu dans ses pensées, le personnage principal ne distingue plus très bien ce qui se passe et donc se heurte au gars qui vient dans la direction opposée. D'où l'énumération de tous les personnages. Enfin, je crois.

En tout cas, as-tu été choqué par le passage du PC au PS?

As-tu ressenti qu'il prenait de la distance, en racontant ce qui s'était passé quand il est arrivé au palais? (ce qui justifierait l'emploi du PS)

Autre exemple:

Aujourd’hui dans la matinée, comme de coutume, Calimério m’a laissé au palais. Je n’allais pas travailler, je le confesse ; je voulais simplement voir si j’obtenais auprès du ministre de la guerre des informations plus précises sur le lieu où se trouvait le frère d'Inês – ce que, d’ailleurs, j’ai obtenu très facilement et que j’utiliserai le moment opportun. Mais je disais donc que je me trouvais au palais et, alors que je me dirigeais vers le bureau de D. Pedro pour voir s’il avait besoin de quelque chose, j’aperçus Caetano Gamito en train de griffonner des papiers.
« Monsieur Gomes, s’il vous plait, veuillez entrer. Notre régent est parti faire un tour à cheval. Ordre du docteur Tavares… »
Comme je ne savais plus quoi dire, je décidai de rentrer dans la pièce. Gamito se redressa sur sa chaise. Il était élégant dans sa redingote de soie noire, son gilet noir également avec des boutons argentés et des chaussettes blanches.
« Vous veniez pour la tenue du conseil je suppose ».
« Précisément », répondis-je. « Et vous étiez ici pour… »


La partie en gras pourrait très bien être au passé composé. Mais le passé simple me vient plus naturellement.
Que faire? :) :)

Merci de ta réponse en tout cas!
 
Hors ligne Cazahimura # Posté le 07/01/2011 à 22 h 43
Love And Peace!
Avatar de Cazahimura
Messages : 45
Membres
Comme je l'ai évoqué, c'est surtout de part la longueur des phrases que le changement de temps m'a « choqué ».
Même si le personnage est perdu dans ses pensées, il ne faut pas pour autant perdre le lecteur ! :o
L'effet recherché peut probablement être gardé en utilisant des points de suspension. Ça permettrait de détacher les phrases un minimum. Je maintiens qu'il y a trop de virgules. :p

Et non, je n'ai pas ressenti de « distance ».

Pour ce nouveau passage, le fait de le lire au passé simple m'est tout à fait naturel. Je le trouve fluide car les phrases sont allégées. Au moins, là, je ne m'y perds pas.

Si je reprends ton premier post et le modifie, voici ce que ça pourrait donner :

Comme cela arrive à ceux qui sont dominés par leur imagination, mes yeux se brouillèrent… Je distinguais mal l’intense va-et-vient d’officiers, de généraux, d’adjudants, de ministres, de députés, de juges, de conseillers des Cours suprêmes de justice, de législateurs, de domestiques, de journalistes et de simples défenseurs de la cause de la Reine qui transitaient dans l’arrière-cour. De telle sorte qu’en virant à droite, après avoir monté l’escalier principal, j’entrai en collision avec un sujet anguleux qui, au grand malheur de son front et de mon nez, venait de toutes ses forces dans la direction opposée. Comme nous portions tous deux le ruban bleu et blanc qui marque l’appartenance aux Chartistes, nous nous adressâmes des excuses mutuelles et prîmes congé. Si cela s’était produit dans une taverne, la fin eût été moins courtoise."

Je ne trouve pas que le sens soit perdu et mine de rien, ça m'a l'air plus clair. À toi d'en juger, après. :)

Bon courage à toi.
Modifié le 07/01/2011 à 22 h 44 par Cazahimura
 

Retour au forum Orthographe et grammaire ou à la liste des forums