Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Littérature > Romans > Littérature pour jeunes > Voir le sujet

Littérature pour jeunes

Parce qu’on a tous encore une part d’enfant en nous

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 29/11/2010 à 19 h 54
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Salut !
Je vais ici vous parler d’ouvrages (plus ou moins) littéraires pour jeunes. Pourquoi pour jeunes ? D’abord, parce qu’il s’agit du domaine que je connais le mieux, ayant lu énormément (et c’est un euphémisme) lorsque j’avais entre dix et seize ans. Et puis, j’ai récemment ouvert un livre de Kenneth Oppel (dont je vais vous parler très bientôt), me suis plongé dedans… finalement, c’est peut-être pour enfant, mais ça m’a plu (espérons que je ne suis pas un cas désespéré et que c’est normal, que tout le monde aime parfois lire des trucs candides et pas trop complexes).

Voici la liste des auteurs et ouvrages présentés. En orange, ce qui est au programme. Je vais essayer de parler d'auteurs pas toujours connus (inutile de mentionner Rowling, C.S. Lewis et Tolkien, par exemple). Vous pouvez, bien entendu, contribuer, comme l'ont déjà fait Tût Tûûût et pingloveur. :)


Tout un programme, comme vous le voyez. :-°

Kenneth Oppel



Image utilisateur

Un mot sur l’auteur


J’ai découvert Kenneth Oppel il y a maintenant… un sacré bout de temps. Avant la sortie du troisième tome de la série, ce qui nous amène probablement vers 2001 − 2002. J’ai immédiatement accroché au style de l’auteur ainsi qu’à son imaginaire. Un livre sur les chauve-souris, c’était original, sympathique et une chouette histoire. Depuis, j’ai suivi les sorties de l’auteur jusqu’à celle de Brise-ciel, après quoi j’ai un peu perdu la littérature pour jeunes de vue, mes visites à la bibliothèque s’espaçant ; et je peux dire que la plume de Kenneth Oppel est assez variée, tant dans les genres que dans les personnages, le tout dans un univers souvent hostile et extraordinaire.

La série des Silverwing


Image utilisateur
Vague résumé plus ou moins suspensif
Ombre est un jeune « chauve-souriceau » qui n’accepte pas la domination des oiseaux sur leur espèce. En effet, quiconque regardait le soleil était jeté en pâture aux chouettes. Notre jeune héros, bien sûr, regarde le soleil. Or, sa tribu refuse de le donner aux chouettes, et c’est alors que celles-ci brûlèrent l’arbre dans lequel la colonie s’abritait. S’ensuit alors un exode vers une sorte de terre promis, « Hibernaculum », au cours duquel Ombre est séparé des autres par une violente tempête. Le premier tome décrit son aventure pour retrouver les siens, pendant laquelle il rencontre deux chauve-souris carnivores qui essaieront de leur faire la peau. Le second tome relate l’aventure d’Ombre au pays des chauve-souris carnivores, périple destiné à retrouver son père disparu depuis sa naissance. Quant au troisième tome, il raconte l’histoire du fils d’Ombre malencontreusement tombé aux Enfers « chauve-souriesques ». Le quatrième tome, « Darkwing », relaterait l’aventure de la première chauve-souris.

Avis
Trois (ou quatre, si on tient compte du dernier tome n’ayant rien d’autre en commun avec la série que l’univers) grosses briques qui sont bien fourbes : on n’en décroche pas facilement, tellement l’histoire est plaisante, avec énormément de rebondissements qui vous empêchent de poser le bouquin sans l’avoir terminé.

La série de Matt Cruse


Image utilisateur
Vague résumé plus ou moins suspensif
Nous sommes ici dans un monde parallèle où les dirigeables sont les seuls moyens de transport volants. Il s’agit d’ailleurs du principal véhicule dans la société vivant cette réalité, l’aéronautique ayant supplanté la marine. L’univers est un peu steampunk, mais pas trop. Nous y suivons Matt Cruise, matelot sur un dirigeable attaqué par des pirates et ayant atterri brutalement sur un île qui n’est pas répertoriée. Or, parmi les passagers se trouve Kate de Vries, une demoiselle convaincue que cette île est peuplée d’étranges créatures mi-chat, mi-oiseau et bien déterminée à en dénicher une malgré les forbans qui sévissent et les forcent. Matt découvre alors par hasard que cette île est également le repaire des pirates auxquels ils avaient tenté d’échapper…

Dans le second tome, nous retrouvons nos deux héros embarqués dans un dirigeable expérimental destiné à atteindre des hauteurs jamais égalées afin de retrouver un vaisseau disparu : l’Hypérion, que notre héros avait aperçu au cours d’un de ses voyages, dérivant au gré des vents, la coque gelée par l’altitude.

Il y a un troisième tome, mais celui-ci n’est pas encore sorti en français.

Avis
Belle démonstration de la variété dont fait preuve l’auteur, puisque l’univers ici est complètement différent de celui de Silverwing. Des personnages attachants, capricieux et un peu timbrés, un très chouette roman d’aventures doté d’une belle suite (affublé d’un troisième tome… dont je ne sais rien).

La cité de l’eau morte


Image utilisateur
Résumé suspensif
Paul, un garçon moderne dont la passion est le culturisme, part à la recherche de Sam, son jeune frère surdoué, qu’il sait dans un bidonville. Sam est très malade et aurait découvert « quelque chose d’incroyable » dans les eaux polluées de ces lieux alors qu’il effectuait des recherches afin d’assainir celles-ci. Vertus curatrices ou poison dégénératif ? Mais dès son arrivée dans le bidonville, Paul sent que quelque chose cloche : il est suivi par un hélicoptère banalisé, et dans ces lieux, c’est chacun pour soi : va-t-il obtenir de l’aide de la part des gens qui vivent là-bas ?

Avis
On voit ici que ce roman est antérieur aux deux premiers : la plume est moins affirmée et la narration n’est pas d’une qualité égale aux œuvres présentées plus haut. L’histoire, cependant, est fort sympathique et se lit rapidement, le tout dans un monde encore totalement différent de ceux des livres qui le suivent.


Voilà, c’est tout pour l’instant. J’essaierai d’alimenter régulièrement ce sujet afin de vous proposer d’autres auteurs.
Modifié le 11/04/2012 à 23 h 30 par Karl Yeurl

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Tûtie # Posté le 01/12/2010 à 20 h 59
Pouêt
Avatar de Tûtie
Messages : 861
Groupe : zCorrecteurs
Hey, un lecteur de littérature jeunesse ! Je ne suis pas seule. :D

J'ai lu seulement Silverwing et Sunwing, mais j'avais trouvé le second moins bien. Et tu m'apprends que l'ami Kenneth a écrit un autre *-wing, et aussi d'autres livres ? Chic alors. :)

« Allons manger Mamie ! » ou « Allons manger, Mamie ! » ? La ponctuation sauve des vies.
« Chaton à manger » ou « Chaton a mangé » ? La conjugaison aussi sauve des vies.
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 22/03/2011 à 16 h 25
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Hop hop hop, évitons de laisser couler ce sujet. J'ai de grands projets pour lui.

Cliff McNish


Image utilisateur

Un mot sur l'auteur


Je ne sais pas grand-chose de Cliff McNish : je suis tombé sur le premier tome de la trilogie du maléfice (qui s'intitulait d'ailleurs « La maléfice ») vers l'âge de douze ans (alors que la suite n'était pas encore parue). C'est un auteur fantastique, il est Anglais, et heu… voilà. :-°

La série du maléfice


Image utilisateur
Résumé plus ou moins suspensif
Rachel et Éric sont des enfants normaux, jusqu'au moment où Dragwena, une Sorcière (avec majuscule), les capture et les emmène sur Ithrea, une planète où un Magicien a jadis enfermé Dragwena. Celle-ci espère capturer un enfant assez puissant pour lui permette de s'échapper de ce piège. Si celui-ci ne répond pas à ses attentes, il finit en esclave et gardera une taille d'enfant (on les appelle les vieux enfants, d'ailleurs).

Le premier tome se déroule sur Ithrea, le second sur Terre, et le troisième… hum… eh bien, un peu partout.

Avis
Bien que le scénario comporte pas mal de failles et n'explique pas toujours ce qu'il se passe, bien que certains passages sont prévisibles (voire convenus), j'ai trouvé le livre très intéressant. Je suis toujours intrigué par la manière dont un auteur explique le fonctionnement de la magie, et cet ouvrage m'a beaucoup marqué sur cet aspect-là. Ainsi, la première fois que Rachel essaie de se servir de la magie en matérialisant une orange, elle fait bel et bien apparaître quelque chose d'orange et de rond, mais il n'y a pas de pores, elle n'a pas de goût, etc. « La magie ne sait pas ce qu'elle veut », c'est à l'utilisateur de préciser ce qu'il faut (il faut penser à la texture, au goût, à ce qu'il y a à l'intérieur, etc.).

Le premier tome est essentiellement un conte d'horreur fantastique pour les enfants (gore par moments, naïf par moments). Le second tome abandonne ce côté sombre, et je trouve que c'est le moins bon de tous. Quant au troisième, je crois que c'est le meilleur au niveau de la narration : tout est bien plus cohérent.

Autres ouvrages


L'auteur a également écrit une autre trilogie (L'enfant d'argent, La cité d'argent et Le monde d'argent selon la chronologie anglaise, et heu… chez les Français c'est bizarre, Le monde d'argent est le tome 2, j'avoue ne pas comprendre), mais ne l'ayant pas lue, je ne peux pas vous en parler. Il a également écrit Breathe et Angel, que je n'ai pas non plus eu l'occasion de lire.

Désolé pour le double-post qui va suivre, mais je n'ai pas le choix si je veux simuler des ancres. :-°

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 22/03/2011 à 17 h 54
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens

William Nicholson

Image utilisateur

Un mot sur l'auteur


William Nicholson est l'auteur des Ombres du Cœur (ouvrage biographique sur C.S.Lewis (auteur de Narnia) et Joy Gresham) et est co-auteur du scénario du film Gladiator. Il a aussi travaillé à la BBC pour réaliser des documentaires. Mais il est surtout connu pour sa série fantastique pour la jeunesse, « Le Vent de feu ».


Le Vent de feu


Image utilisateur
Résumé plus ou moins suspensif
Cette trilogie, composée des livres « Les Secrets d'Aramanth », « Les Esclaves de la Seigneurie » et « Le Chant des Flammes », met en scène deux jeunes enfants, Bowman et sa sœur Kestrel. Ils vivent dans la ville d'Aramanth, une ville très hiérarchique où les familles sont logées dans des quartiers correspondant à leur place dans le « classement des familles ». Une bonne place permet de déménager dans un quartier supérieur, tandis qu'une mauvaise place les force à vivre dans un endroit moins confortable. Au centre de ce village trône le Chanteur de Vent, une relique censée amener la paix et la bonne humeur, mais dont la clé a été perdue.

Kestrel, révoltée par ce système, ira en quête de la clé qui mettra ce système hiérarchique en pièces en compagnie de son frère Bowman.

Avis
J'ai trouvé l'idée de hiérarchie très bien amenée. La narration est très bonne, et le scénario se tient. Ce mélange de fantastique et de conte africain m'a vraiment séduit.

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Tûtie # Posté le 22/03/2011 à 19 h 30
Pouêt
Avatar de Tûtie
Messages : 861
Groupe : zCorrecteurs
Ah chic. Un programme de lecture pour grands enfants. J'ai entamé Leviathan de Scott Westerfeld. La première guerre mondiale revisitée en steampunk apparemment… Je vous en toucherai un mot à la fin, s'il me plaît.

« Allons manger Mamie ! » ou « Allons manger, Mamie ! » ? La ponctuation sauve des vies.
« Chaton à manger » ou « Chaton a mangé » ? La conjugaison aussi sauve des vies.
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 22/03/2011 à 20 h 14
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
C'est avec impatience que j'attends ton retour de ce bouquin, Tûtie. :)

Robert Newton Peck

Image utilisateur

Un mot sur l'auteur


Robert Newton Peck est un Américain qui a vécu la guerre. Il est l'auteur de nombreux poèmes, romans, chansons et a apparemment écrit quelques téléfilms. Il a été diagnostiqué d'un cancer de la bouche en 1993, et est toujours en vie à l'heure actuelle.

La dernière chance


Image utilisateur
Résumé suspensif
Collin est un gamin de 15 ans qui a de sérieux problèmes scolaires : comme il ne fait absolument rien, il se fait systématiquement renvoyer des écoles qu'il fréquente. Ses parents ont tout essayé. Tout. Ils lui donnent alors une ultime chance de se reprendre en main en l'envoyant vivre pendant quelques mois chez un vieil ermite. Ils espèrent que l'absence de confort provoquera en lui le déclic qu'il n'a jamais eu. Collin, bien entendu, ne souhaite pas s'y rendre, mais c'est contre son gré que ses parents le déposent là-bas.

Il devra alors apprendre à se débrouiller avec les moyens du bord, et sera confronté à des situations parfois bien plus problématiques qu'un manque de bois de chauffage ou la chasse…

Avis
Lecture obligatoire en classe, il s'agit d'un ouvrage qui a été soit apprécié, soit détesté. Pour ma part, j'ai adoré. J'ai toujours aimé les leçons de survie en milieu hostile, et ce roman très terre à terre est un exemple de ce genre de chose. Ajoutez-y le fait que le vieux Kirk est un personnage très attachant, que la raison pour laquelle Collin est envoyé là-bas est une punition et pas un naufrage ou une volonté de fuir quelque chose (ce sont les deux principales excuses que les auteurs emploient pour introduire ce type de récit), et que l'héroïsme des personnages ne sera jamais connu du public, mélangez avec un peu de simplicité, de l'humilité et une belle leçon de vie, et vous avez la recette qui m'a charmé.

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Tûtie # Posté le 05/04/2011 à 22 h 36
Pouêt
Avatar de Tûtie
Messages : 861
Groupe : zCorrecteurs
Karl, je peux te piquer ton sujet ? ^^

Scott Westerfeld


Image utilisateur
Scott Wersterfeld est un américain végétarien, né en 1963. Il écrit visiblement beaucoup de SF « mystérieuse ». Sa dystopie Uglies a lui a valu le grand prix de l'imaginaire en 2008. Je vous dis ça, c'est sorti de wikipedia : j'ai découvert cet auteur en achetant Leviathan, qui avait une jolie couverture steampunk, pour l'offrir à mon petit frère. Maintenant que j'ai fini le bouquin, je vais peut-être enfin lui offrir… ^^

Leviathan


Image utilisateur
Autriche, année 1914. Alek est le fils de l'archiduc François-Ferdinand et de sa femme, Sophie. Lorsque ses parents sont assassinés à Sarajevo, l'Autriche et la Serbie, puis l'Europe entière et le reste du monde basculent dans un conflit qui durera plusieurs années… Ça vous rappelle quelque chose ? ^^

Oui mais l'auteur place cette trame historique dans un univers tout à fait SF : dans ce monde-ci, la guerre oppose les clankers, génies de la mécanique qui construisent des blindés marchant sur 2 ou plus de jambes, aux darwinistes, qui ont découvert comment maîtriser les « fils de vie » pour créer toutes sortes de créatures bizarres mais utiles. Parmi celles-ci, le Leviathan, un aéronef baleine. Sur le dos de la baleine se promène l'énergique aspirant Dylan, tout occupé à cacher sa véritable nature pleine de progestérone et à vivre le début de la guerre depuis les airs.

Après il se passe plein de choses avec des poum et des pam et des tak-tak-tak et des pchiii-klonk, et Alek et Dylan vont se rencontrer, et la guerre va se poursuivre mais ça va être intéressant quand même.
Je suis assez nulle en résumé suspensif, surtout pour la partie « suspensif ».

Mon avis
C'est du bon roman pour jeunes adultes : on n'a pas le temps de s'ennuyer, ça rebondit tout le temps, l'univers mi passé mi futur accroche très bien. Cela dit, je suis un peu frustrée de la fin de ce roman-ci : il se finit de façon un peu abrupte pour introduire la suite, laquelle ne sortira qu'en septembre 2011. C'est en effet une trilogie qui se prépare. J'espère que la suite sera à la hauteur du début, et aussi que Dylan et Alek sortiront ensemble malgré leurs origines si différentes, parce que l'amour triomphe toujours. Ben quoi ? Je vous avais dit que Dylan avait un sérieux problème de progestérone.

Bref, c'est facile et rapide à lire, de surcroît ce n'est pas barbant et il y a de jolies illustrations, par exemple la carte d'Europe clanker-darwiniste du début. C'est bête, mais j'adore les illustrations dans les romans. :) J'attends juste la suite pour vous dire si l'intrigue tient globalement debout.

Image utilisateur

« Allons manger Mamie ! » ou « Allons manger, Mamie ! » ? La ponctuation sauve des vies.
« Chaton à manger » ou « Chaton a mangé » ? La conjugaison aussi sauve des vies.
 
Hors ligne Nox # Posté le 06/04/2011 à 20 h 43
Miew !
Avatar de Nox
Messages : 305
Groupe : zAnciens
Oh, un sujet qui m'avait échappé. Je commence dès maintenant à faire des provisions littéraires pour les vacances d'été, donc autant dire que tout ça m'intéresse beaucoup.
Mais qu'entendez-vous par « Littérature pour jeunes » ? Quelles en sont les caractéristiques, et en quoi peut-elle être différenciée d'une « Littérature pour vieux », par exemple ?
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 06/04/2011 à 22 h 09
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Bien sûr, Tûtie, ça me fait très plaisir. :)

Nox, par « littérature pour jeunes », j'entends « romans que tu es susceptible de trouver dans une bibliothèque pour adolescents ». Elle diffère notamment de la littérature pour adultes (pas vieux, non mais ho !) par ses thématiques : héros adolescents, histoires d'amour où l'on ne dépasse pas (au moins explicitement) la première base (et où on l'atteint même rarement, cette première base, ou alors juste à la fin), aventures fantastiques, antagonistes adultes, etc.

J'aimerais aussi dire que les auteurs sont soit versés dans l'une, soit dans l'autre, mais ce serait mentir (j'ai en effet l'intention de vous présenter Tistou les pouces verts de Druon, mais ne compte pas parler des Rois maudits, par exemple), bien que cela soit souvent le cas.

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Léa # Posté le 06/04/2011 à 22 h 18
Du rêve à la réalité...
Avatar de Léa
Messages : 849
Groupe : zCorrecteurs
L'uchronie, le fait de réécrire l'histoire (ou plutôt la poursuivre sans la réviser, ce qui est très important) a quelque chose de fascinant...
Mais je me pose souvent des questions concernant justement le côté éducatif de ces romans destinés aux « jeunes » il ne faudrait pas que cela fausse l'apprentissage de la véritable histoire.
D'après ce que je vois à propos de ce livre, il ciblerait les 13 ans et plus, on n'est pas très renseigné quant à savoir où s'arrête donc la « jeunesse » ...
Il s'agirait davantage de marché ou de niche de marché, selon les cas, « on » aime bien caser les gens quand il est question de marketing.

L'illustration de la carte m'a fait penser aux œuvres d'Arcimboldo, un style bien particulier et novateur en son temps.

Ce livre est-il disponible en français ?
 
Hors ligne Tûtie # Posté le 06/04/2011 à 22 h 48
Pouêt
Avatar de Tûtie
Messages : 861
Groupe : zCorrecteurs
Leviathan ? Oui oui, il est sorti l'an dernier. La couverture est la même. Je lis aussi de la littérature de jeunes en VO (quand c'est de l'anglais, du moins) mais je n'en offre pas à mon petit frère, il n'a pas l'air d'accord…

Quant à fausser l'apprentissage de la véritable histoire, l'auteur y a pensé puisqu'il explique dans une postface ce qui est réel et ce qui est inventé (il précise notamment les grands jalons de la première guerre mondiale, ainsi que les dates réelles de l'invention des blindés, des machines à pattes, et de la découverte du fonctionnement de l'ADN).

« Allons manger Mamie ! » ou « Allons manger, Mamie ! » ? La ponctuation sauve des vies.
« Chaton à manger » ou « Chaton a mangé » ? La conjugaison aussi sauve des vies.
 
Hors ligne Léa # Posté le 06/04/2011 à 23 h 36
Du rêve à la réalité...
Avatar de Léa
Messages : 849
Groupe : zCorrecteurs
Tu me rassures, et cela peut inciter à en savoir davantage sur les faits réels, en définitive, d'après ce que tu décris.
Karl, je pense que tu vas pouvoir reprendre ton sujet en mains, quelle est la suite ? ^^
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 11/04/2011 à 12 h 45
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Oh, mais ce genre de discussion est tout à fait bienvenue dans ce sujet, Léa : c'est pour ça qu'on se cantonne à un auteur par post, afin de pouvoir tenir un index dans le premier message. Mais voici la suite, puisque tu la demandes. :)

Philip Pullman


Un mot sur l'auteur

Image utilisateur

Philip Pullman est un auteur anglais notamment connu pour sa série sur la croisée des mondes. Il a également écrit d'autres romans ainsi que des pièces de théâtre. Certaines de ses œuvres ont été adaptées à la télévision ou au grand écran (c'est notamment le cas de son roman « Les Royaumes du Nord », sorti sous le titre de « la Boussole d'Or ». Ce film n'engrangera pas assez de bénéfices pour que soit produite la suite, et d'aucuns disent que c'est une bonne chose).

Clockwork - La mécanique du diable

Note : j'ai lu cet ouvrage en anglais il y a déjà un sacré moment, je n'ai pas la moindre idée de la qualité littéraire de celui-ci en français.
Image utilisateur

Résumé suspensif
Cet ouvrage entre la nouvelle et le roman relate l'histoire de trois personnages, Karl ( ^^ ), un apprenti horloger, Gretl, la fille de l'aubergiste et Fritz, un étrange écrivain aux ouvrages inachevés inspirés de rêves qu'il fait.

Dans la ville de Glockenheim, la tradition veut que l'apprenti horloger contribue à l'horloge locale en ajoutant un personnage mécanique au dispositif déjà bien complexe. Cette action marquera la fin de l'apprentissage de Karl. Or, notre pauvre héros n'est pas parvenu à réaliser un personnage. Alors que tout le village était rassemblé à la taverne la veille de la cérémonie, Fritz en profita pour conter l'histoire d'un prince et de son fils partis chasser. Le prince, nommé Otto, mourut dans un accident, et un homme remplaça son cœur par un mécanisme d'horloge afin qu'il puisse raccompagner son enfant chez lui. L'histoire reste sans fin, Fritz n'ayant pu l'achever avant de se rendre à la taverne.

À ce moment précis entre un homme sombre se faisant appeler Dr Kalmeneius. Il proposera à Karl une figurine de soldat qui s'anime dangereusement lorsque le mot « Diable » est prononcé.

Et si les histoires de Fritz n'étaient pas que des romans ? Quel sera le rôle de Gretl dans cette aventure ? Quel sera le destin de Karl ?

Avis
Ces trois questions trouveront leur réponse dans le livre. Courez l'acheter, bon sang, c'est un des meilleurs contes noirs qu'il m'a été donné de lire. La narration est tout bonnement excellente, l'histoire palpitante et les personnages sombres, effrayants, menaçants, naïfs, candides, purs. Incontestablement à mes yeux le chef-d'œuvre de M. Pullman.

À la croisée des mondes


Résumé (plus ou moins) suspensif
Image utilisateur

Comme cela fait extrêmement longtemps que j'ai lu ces ouvrages, je me permets de reprendre et remanier le résumé de Wikipédia.
Élevée dans le très austère Jordan College à Oxford (dans un monde parallèle au nôtre), Lyra Belacqua accompagnée de son dæmon (prononcez « démon », sorte d'alter ego animal doué de parole) Pantalaimon, apprend accidentellement l'existence de la Poussière, une étrange particule élémentaire que l'Église pense être la conséquence du péché originel. L'Église a en effet observé que cette Poussière est moins attirée par l'innocence des enfants que par l'expérience des adultes. Des savants, avec la bénédiction de l’Église, poursuivent d'horribles expériences sur la Poussière en utilisant des enfants kidnappés dans toute l'Angleterre et envoyés dans les royaumes glacés du Grand Nord. Lyra se lancera à la poursuite de ces gens-là.

Au cours de son voyage, elle rencontrera Will Parry, un jeune garçon de notre monde qui a tué un homme pour protéger sa mère malade. Ils voyageront ensemble à travers les plans de la réalité et vivront bien des aventures.

Avis
Je me souviens avoir beaucoup aimé cette trilogie (car à l'époque, Lyra et les oiseaux et Il était une fois dans le Nord n'avaient pas été rédigés), notamment parce qu'elle n'hésite pas à être parfois cruelle avec les personnages (chose peu commune dans la littérature pour jeunes, où il est de « bon ton » de ménager les héros pour le bien-être de nos enfants (hum)). Cependant, j'avoue qu'elle ne m'a pas laissé un souvenir impérissable (mais je la relirais bien si j'en avais le loisir).

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne pingloveur # Posté le 07/05/2011 à 16 h 33
Le roi des débutants
Avatar de pingloveur
Messages : 139
Membres
Bonjour à tous!
Jeune émérite ou non que je suis, livres pour enfants ou non, j'adore grandement les histoires qui touchent à l'imaginaire.

Que de livres j'aurais à proposer ou à décrire ! Cependant, je vais me contenter de présenter des livres que j'ai lus (ou relus) récemment, ce qui représente déjà un sacré morceau, vu le nombre de livres que je lis !

Où en étais-je ? Ah, oui ! Aujourd'hui, présentation rapide et simple d'une œuvre que je trouve grandiose. J'ai adoré le style de l'auteur, ce qui rendra sûrement la présentation subjective. Je précise que je n'ai pas lu du tout ce que Wikipédia dit à son sujet, bien que chaque titre vous y envoie. Je fais donc une analyse totalement personnelle des livres.

Je précise que si vous allez voir les résumés de Wikipédia et tous les autres liens que je donne, c'est en votre âme et conscience. En aucun cas je serai responsable si leur lecture vous apporte des éléments de l'intrigue. Donc sachez bien ce que vous faites ! À ceux qui veulent une surprise totale, je ne conseille que le lien sur l'auteur. Pour les autres qui veulent une idée plus précise de l'intrigue et de l'histoire avant de se lancer, libre à vous d'aller voir les liens que vous voulez.


Je parle de Pierre Bottero, et plus particulièrement de sa triple trilogie : La quête d'Ewilan, Les mondes d'Ewilan et Le pacte des marchombres.

Je précise que tous les titres sont des liens.



Pierre Bottero

Image utilisateur


Ce très cher auteur français nous a quittés il n'y a pas si longtemps que ça, un jour de novembre 2009.
Wikipédia vous renseignera mieux que moi à son sujet (les titres sont des liens).


La quête d'Ewilan



Image utilisateur
Image utilisateur Image utilisateur
Camille, jeune fille aux connaissances prodigieuses, va découvrir en elle un pouvoir qui bouleversera à jamais sa vie et lui permettra de quitter ses parents ingrats. Arrivée dans un monde inconnu, elle va devoir s'imposer et grandir plus vite que nombre de jeunes, tâche ardue quoique pas impossible, vu sa maturité déconcertante. Va-t-elle parvenir à dompter son pouvoir et à l'utiliser pour triompher des périls qui l'attendent ?

Mon avis : L'histoire d'une élue qui doit vaincre un méchant a été vue et revue, mais c'est ce qui fait la spécificité du genre heroic. La magie comme l'entendent Tolkien, Paolini, ou encore Fletcher, est vue sous un autre angle. Sans en dévoiler le principe, ce qui serait gâcher une partie de l'histoire, sachez que créer un sort demande un mélange de trois facteurs et ne requiert pas que de la force mentale, bien que tout se passe dans l'esprit. L'histoire fait cohabiter magie et technologie d'une manière que je vous laisse découvrir.
Quant à l'auteur, plus j'ai avancé dans la lecture des trilogies, plus j'ai adoré son style. Beaucoup de personnifications qui donnent une jolie forme aux descriptions, et une manière d'introduire les paragraphes que j'ai énormément appréciée. Il use aussi d'un procédé que je ne connaissais pas et qui m'a enchanté : pour nous informer de certaines choses, avant chaque début de paragraphe, il cite un personnage ou un ouvrage faisant partie de son histoire. Il l'utilise énormément à partir du deuxième tome. L'histoire pour certains pourrait sembler monotone, car (surtout au début) elle consiste à un voyage, mais le récit parvient à donner une véritable identité à chacun des personnages et une unité au groupe, avec les hauts et les bas que peut rencontrer une troupe de voyageurs sans cesse en péril. Taquineries et rodomontades vont bon train, comme des prises de tête inutiles qui nous crispent et nous font ressentir le danger qu'entraîne cette mésentente. Les histoires d'amour font aussi partit intégrante de la vie de ce groupe, bien que l'histoire reste accessible aux « enfants » (Les Chevaliers d’Émeraude peut résumer ce qu'est un livre plus pour « adultes », où l'amour va plus loin que le simple baiser ; c'est un livre qui a eu du succès auprès de toutes les générations).

En résumé, une trilogie que j'ai vraiment appréciée. Elle aborde aussi quelques questions philosophiques qui nous font assez réfléchir.

La trilogie regroupe les trois livres suivants :
  • D'un monde à l'autre ;
  • Les frontières de glace ;
  • L'île du destin.



Les mondes d'Ewilan

Image utilisateur
Image utilisateur Image utilisateur


Cette trilogie est la suite logique de La quête d'Ewilan. Pour cette raison, je ne vais pas entrer dans les détails, car cela n’apporterait rien, sinon vous gâcher une partie de l'histoire. Les personnages sont les mêmes — sous réserve que certains aient péri au cours de l'aventure précédente —, tout comme leur objectif.

Je rajoute cependant une petite phrase en la mémoire d'un personnage qui a choisi la solitude, et permet à Pierre Bottero de démontrer qu'être seul n'est en aucun point une réussite. Ce personnage permet d'ailleurs l'une des petites réflexions philosophiques disséminées dans l'œuvre dont je vous parlais.

« Vil soit celui qui ne tarit pas d'éloges. Nonobstant, une dithyrambe mal induite envers une personne philanthropique pourrait être prise comme une exaltation moqueuse et faire mourir les quelques rodomontades qu'elle ose à prononcer. »

La trilogie contient les trois livres suivants :



Le pacte des Marchombres




Image utilisateur
Image utilisateur Image utilisateur
Ellana, membre du groupe qui entoura Camille dans son incroyable épopée, fille de l'ombre, a toujours su se faire discrète, mais était toujours présente quand le besoin s'en ressentait. La chronologie de cette trilogie est un peu spécifique, mais l'histoire continue dans le monde inventé par Bottero. Durant trois livres, l'auteur nous fait vivre l'histoire d'Ellana, et cette fois-ci se lance dans une grande démonstration de morale. La trilogie voit Ellana grandir, gagner en maturité en se posant de nombreuses questions que nombre de personnes de notre propre monde se posent, se sont posées ou se poseront.

Mon avis : Ceux qui aiment voir grandir et évoluer un personnage, qui aiment se poser de nombreuses questions, cette trilogie est faite pour vous. Bien qu'elle puisse être lue indépendamment des autres, je vous conseille de vous familiariser avec l'histoire des deux trilogies précédentes. Je pense qu'il s'agit de la meilleure des trois.

Pour les cinéphiles, cela ressemble à Kingdom of Heaven (un très bon film que je conseille à ceux qui connaissent pas), par cette idée du personnage en quête de réponses.

Pour résumer l'histoire, le mieux je pense est de proposer des citations. En voici donc deux qui résument bien ce qu'est un marchombre :

« L'état de marchombre n'est pas lié à de rares et étonnantes capacités physiques, mais à la conscience et à la volonté d'arpenter un chemin propre, une voie à l'intérieur de soi. Un chemin conduisant à sa liberté, à son équilibre, à son harmonie. »

« Est-il possible d'être marchombre ? À cette question, comme à toutes les questions, j'ai envie de répondre qu'il y a deux réponses. Celle du savant et celle du poète… »

La trilogie contient les trois livres suivants :


Voilà pour un résumé succinct. Si vous avez des questions supplémentaires, n'hésitez pas !

Les livres chez Rageot sont tous entourés d'une couverture faisant office de marque-page, avec une illustration que je trouve plutôt jolie.
Modifié le 09/07/2011 à 16 h 02 par pingloveur

N'hésitez pas à me corriger si je fais une faute !
 
Hors ligne pingloveur # Posté le 08/05/2011 à 16 h 37
Le roi des débutants
Avatar de pingloveur
Messages : 139
Membres
Bonjour à tous!
Aujourd'hui, plus qu'une histoire, j'aimerais vous présenter un livre, brillant sous plein d'aspect.

En effet, l'histoire est celle des chevaliers de la table ronde. Qui n'a jamais entendu parlé de cette histoire ?

Mythe célèbre, cette légende a été écrite par de nombreux écrivains. Mais évidement, l'histoire change couramment, même si l'idée reste la même.

Passionné de livre, toute mes économies passent dedans, et j'adore y voir de beau livre.

Voici le livre que je vais vous présenter:

Les chevaliers de la table ronde, édition Gründ



Image boitier chevalier de la table ronde

Image utilisateur

Image utilisateur


Voici les images extérieur du livre. Mais ça beauté, indéniable, vient aussi de ses nombreuses illustrations. Pratiquement une par double page, ce qui est assez conséquents.

Voici quelques exemples:


Image chevalier de la table ronde

Image chevalier de la table ronde



Je trouve les illustrations très bien faites, et nombreuses, ce qui rends ce livre merveilleux d'aspect.

Mais en plus d'avoir un joyaux entre vos mains au niveau illustration, l'histoire - qui est comme même le but d'un livre - est écrit dans un français "vieillit". Ce n'est point du vieux français, mais les tournures et vocabulaire utilisé donne une impression de vieux, et nous propulse dans l'époque. Ce qui rend l'épopée encore plus magnifique.
Je n'ai pas lu toute l'histoire, pour diverses raisons, mais je conseille fortement, à ceux qui souhaiterez avoir un jolie livre et une belle histoire de l'acheter. Cependant, son prix n'est pas donné. 40€ est sa valeur d'édition. J'ai cru comprendre en cherchant les images, qu'il n'était plus édité. Et bien sûr, des crapules en profite pour le vendre à des prix exorbitant, comme Amazon où il est vendu 90€, ou encore sur le site de la fnac, ou on a atteint la barre des 100€. Le prix de base n'étant déjà pas donné, celui-ci est inadmissible. Si certain peuvent se le permettre, je peux que leur conseiller. Pour les autres, qui n'ont pas 100€ à dépenser pour ce livre, mais 40€ leur serait un prix convenable pour un tel livre, je vous invite à guetter lors de vente de rue ou sur internet des offres sur ce livre, ou une nouvelle réédition.

Voici quelques sites avec leur prix de vente de ce livre (d'occasion) sans les frais de ports:

Priceminister 60€

Amazon 90€

Fnac 100€


60€ me semble être un prix somme toute convenable pour le livre, bien que dépassant le prix d'éditeur. Mais l'achat de ce livre reste un achat extraordinaire, car je l'avoue bien que ce n'est pas tout le jours que l'on dépense une telle somme pour un livre.

En espérant que cette présentation a permis pour ceux dont l'histoire des chevaliers de la table ronde les intéresses, de découvrir une édition que je trouve vraiment fantastique.

Sur ce, bonne lecture, quel que soit votre livre de chevet.
Modifié le 30/05/2011 à 10 h 54 par pingloveur

N'hésitez pas à me corriger si je fais une faute !
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 09/07/2011 à 15 h 05
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens

Brian Jacques



Un mot sur l'auteur

Image utilisateur

Brian Jacques, décédé en février dernier, était un auteur anglais très apprécié par les jeunes. Il commença à écrire Redwall, le premier tome de sa série la plus connue, pour de jeunes aveugles à qui il livrait du lait (à cette époque, il était laitier) et auxquels il s'attacha rapidement. Repéré par un ami qui l'a poussé à publier, Jacques devint très rapidement un auteur à succès. Plus de vingt millions de livres issus de la saga Redwall ont été vendus de par le monde. Il est également connu pour avoir écrit la série des Naufragés du Hollandais Volant.


Redwall


Je vais ici parler du livre Redwall, pas de la saga. Ce qui suit est extrait de mon blog, quoiqu'un peu remanié.

Résumé suspensif
Image utilisateur
Redwall relate l’histoire de Matthias, jeune souriceau recueilli par l’abbaye de Redwall (Rougemuraille dans la version française… vu l’esthétique du mot, vous me pardonnerez, j’emploierai le terme anglais), dans laquelle vit une paisible communauté de moines (sans vraie religion). Ce lieu de calme où il fait bon vivre est brutalement mis sens dessus dessous par Cluny le Fléau, un rat, un tyran, sommant l’abbé de céder Redwall sans opposer de résistance. Celui-ci refusera, bien entendu, et commencera alors un long siège où Cluny cherchera à s’emparer de la forteresse par tous les moyens possibles. La résistance s’organise au sein de l’Abbaye, et notre Matthias, particulièrement inspiré par Martin le Guerrier, héros d’antan, cherchera à remettre la main sur l’épée disparue du protecteur de l’Abbaye, épée qui, il en est sûr, mènera Redwall à la victoire.

Mon avis
Ce livre est une merveille. Les personnages, je l’ai dit, sont attachants et ont leur caractère bien à eux (Constance est forte, directe et franche, Fleur de Maïs (Cornflower en VO) est charmante et vive, Matthias loyal, brave et impulsif, Basil rigolo mais sérieux lorsque la situation l’exige, Sam… ben il est silencieux, l’abbé Mortimer est droit, juste et bon, etc.), et s’ils sont un tantinet stéréotypés, cela n’est pas choquant, sans doute par leur caractère animal. Les méchants sont très méchants et n’hésitent pas à fomenter des plans d’assassinat dans leur coin, et les batailles sont épiques en raison d’une intrigue complexe et bien amenée. La romance entre Fleur de Maïs et Matthias a cela de plus charmant qu’elle n’est pas naissante, mais grandissante.


Le fils de Luc


Je vais ici parler du livre intitulé Le fils de Luc (Martin the Warrior dans la version originale). Ce qui suit est extrait de mon blog, quoiqu'un peu remanié.

Résumé suspensif
Image utilisateur
Cette histoire ne vous racontera pas les circonstances dans lesquelles l’abbaye de Redwall a été construite, car celles-ci sont relatées dans le livre Mossflower (Martin le Guerrier dans la version française), mais les événements qui ont précédé l’arrivée de Martin dans les bois de Mossflower (Mousseray dans la traduction française Image utilisateur).

Luc le Guerrier, partant en mer pour combattre des flibustiers terrorisant les côtes et ayant causé la mort de son épouse, laisse derrière lui un fils en bas âge, Martin, auquel il confiera son épée. « Prends-la, garde-la toujours avec toi et ne laisse personne te la prendre », lui avait-il dit. Mais peu de temps après, Martin se fait enlever par Badrang le Tyran (Tarkan dans la version française), qui s’emparera de l’épée de Luc et fera de Martin un esclave construisant sa forteresse. Martin ne cessait de se rebeller contre ses geôliers, et un jour, après avoir dépassé les bornes, il fut attaché dehors pour la nuit, livré aux éléments, ballotté par la tempête qui se déchaînait, et informé qu’on l’exécuterait le lendemain pour peu qu’il survive. Or, en dehors de la forteresse campait Laterose (surnommée Rose) de Noonvale (Midival dans la version française, décidément, quelle traduction…). Elle héla Martin, lui demandant si Brome (Côme dans la VF), son jeune frère, était également un esclave de Badrang. Malheureusement, Martin l’ignorait. Le lendemain, elle le sauva des mouettes affamées auxquelles il était livré, et il fut emprisonné dans une fosse, dans laquelle il n’était pas seul : Felldoh, un écureuil rebelle et Brome s’y trouvaient déjà. Avec l’aide de Rose, nos trois prisonniers organisent leur évasion… C’est à ce moment-là que Tramun Clogg (Tramoun Sock en VF), un ancien compagnon de pillage de Badrang, débarque avec ses forbans dans l’optique de dérober des esclaves à son « ami »… Les événements se précipitant, que va-t-il advenir de nos héros ?


Mon avis
Le fils de Luc est indiscutablement le chef-d’œuvre de Brian Jacques. Une narration sans failles, une intrigue palpitante, des personnages extraordinaires aux destins improbables, des méchants terrifiants, une héroïne… encore plus attachante que Fleur de Maïs, des combats épiques et un héros dont la classe est telle que Matthias, en comparaison, passe pour un souriceau fade, vide d’intérêt. C’est ça, Le fils de Luc, un condensé d’exceptionnel dirigé avec maestria.

Sans doute le plus dur des livres de Brian Jacques, c'est aussi celui qui a les personnages les plus profonds. Même les méchants. Ils sont très méchants, mais aussi très intéressés. Puisqu’il y en a deux, ils passent une partie non négligeable du livre à se faire des coups bas pour prendre l’avantage sur l’autre. De ce fait, l’escapade des esclaves est parfois reléguée au second plan. C’est vraiment une approche qui mérite d’être mentionnée, elle apporte une dimension supplémentaire, rendant Badrang et Clogg plus crédibles.

Vous l'aurez compris, je le recommande chaudement.

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Tûtie # Posté le 11/04/2012 à 21 h 11
Pouêt
Avatar de Tûtie
Messages : 861
Groupe : zCorrecteurs
À la demande générale de Karl, j'ajoute une entrée sur Lois Lowry, à prononcer « Loïs Lowry ».

Lois Lowry


Lois Lowry
Lois Lowry est une écrivaine américaine essentiellement versée dans la littérature jeunesse. Elle est blonde aux grands yeux bleus et aux cheveux courts (je ne sais jamais quoi écrire dans ces sujets de présentation, alors je remplis), elle est née en 1937, et je n'ai lu qu'un seul de ses livres : Le Passeur (titre original : The giver) mais je vais en acheter quelques autres sitôt ce message posté.

Le Passeur


Le Passeur
Le Passeur est paru aux États-Unis en 1993 sous le titre original The Giver.

Résumé suspensif
Nous sommes dans un futur lointain, au sein d'une petite communauté très calme et très parfaite, où chacun a sa place, où il n'y a nul conflit ni laissé-pour-compte. Le mot le plus parlant pour décrire ces gens serait peut-être « serein ». Même la mort est vécue sereinement, tout est cadré, tout est parfait.
Les enfants, au fur et à mesure qu'ils grandissent, ont l'occasion d'expérimenter différents métiers pour savoir ce qui leur conviendra au mieux dans leur vie d'adulte serein. Nous suivons Jonas, qui, à 12 ans, va bientôt devenir un « adulte ». Il se demande bien ce que la communauté lui choisira comme métier, et il attend avec une impatience mêlée d'anxiété la cérémonie d'attribution des postes des douze-ans.
Évidemment, comme le roman fait 200 pages, c'est qu'il va se passer quelque chose d'inhabituel, et que le destin de Jonas est exceptionnel. Le lecteur découvrira avec Jonas tout ce qui cloche dans cette société… et tout ce qu'elle a oublié pour devenir si parfaite.
Il est comment mon résumé suspensif ? Moins nul que la dernière fois ?

Mon avis
C'est ce livre qui m'a donné ce goût marqué pour les dystopies (ou contre-utopies) de science-fiction. C'est lui qui m'a donné envie de lire Le meilleur des mondes de Huxley, quelques romans d'Ira Levin et aussi Globalia de Jean-Christophe Ruffin. Ils décrivent eux aussi des sociétés dont on commence par se dire « Hey mais ça marche bien leur truc ! » pour finir par se dire « Oh… Oh mince. », mais Le Passeur est empreint d'une poésie et d'une délicatesse que je n'ai pas retrouvées dans ses potes « pour les grands ».

Il se relit avec plaisir. On remarque en deuxième lecture des détails subtils qui font dire « ah ouais… en fait si j'avais fait attention, j'aurais vu tout ce qui clochait dès le début ! TOUT ! ». C'est un livre que je picore régulièrement, en relisant çà et là les passages qui m'ont marquée plus particulièrement. Et quand j'ai le temps, je relis tout.

Pour la petite histoire, c'est un roman que j'ai, au fil des années, acheté en trois exemplaires et relu un nombre incalculable de fois. Peu de romans peuvent se vanter de marquer ma bibliothèque et ma liste de lecture ainsi. L'autre roman que j'ai relu un nombre incalculable de fois, c'est Oh, Boy ! de M-A Murail. Je vous ferai une petite entrée dessus aussi. :)
Modifié le 11/04/2012 à 22 h 23 par Tûtie

« Allons manger Mamie ! » ou « Allons manger, Mamie ! » ? La ponctuation sauve des vies.
« Chaton à manger » ou « Chaton a mangé » ? La conjugaison aussi sauve des vies.
 
Hors ligne BoardsOfCanada # Posté le 16/09/2014 à 16 h 23
Messages : 3
Membres
Le roman qui m'a le plus marqué lorsque j'étais enfant (enfin, j'approchais de l'adolescence, j'avais 11-12 ans) : "La rivière à l'envers".
 

Retour au forum Romans ou à la liste des forums