Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Langue française > Orthographe et grammaire > D'autres s'en sont chargé(s) > Voir le sujet

D'autres s'en sont chargé(s)

Résolu Le problème de ce sujet a été résolu.

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne Cyberpen # Posté le 24/10/2010 à 16 h 28
Les fautes ? C'est démodé.
Avatar de Cyberpen
Messages : 540
Groupe : zCorrecteurs
Bonjour.

Petit litige de correction, doit-on accorder au pluriel ou non "chargé" dans la phrase :
Citation : Citation
Ils s'en sont chargé.


Personnellement, je ne préconise pas l'accord dès lors que "en" est présent.

J'écrirais ainsi :
Citation : Exemple
Ils se sont chargés de…

Mais en revanche :
Citation : Exemple
Ils s'en sont chargé.


Qu'en pensez-vous ?
Modifié le 24/10/2010 à 17 h 07 par Cyberpen

Image utilisateur "Les cris les plus puissants sont souvent inaudibles".
Cyberpen.
 
Hors ligne Itello # Posté le 24/10/2010 à 16 h 40
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Citation : Itello
Ce n'est pourtant pas si compliqué que ça, l'accord des participes passés avec les verbes pronominaux. ;)

La technique que j’utilise quand je doute, c’est que j’essaye de décomposer avec le verbe « avoir ».

Citation
Ils s’en sont chargé…
Ils ont chargé eux-mêmes de cela.


Accord avec le COD placé avant. Il ont chargé qui ? « Eux-mêmes ». Dans la phrase initiale, le pronom réfléchi « se » est bien placé avant le verbe, on accorde donc. :)

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne Cyberpen # Posté le 24/10/2010 à 16 h 56
Les fautes ? C'est démodé.
Avatar de Cyberpen
Messages : 540
Groupe : zCorrecteurs
Dans ce sens-là, j'ai du mal à croire qu'il y ait un COD. Ils se sont chargés de quelque chose, ils n'ont pas chargé quelque chose (dans un camion par exemple).

Ils s'en sont chargé -> Ils se sont chargés de quoi ? De "en".
Est-ce qu'il ne s'agirait pas plutôt d'un COI dans le cas présent ?

Les phrases complètes étaient :
Citation : Citation
Je ne vous ferai pas d'autre cours là-dessus. D'autres s'en sont déjà chargés.

Image utilisateur "Les cris les plus puissants sont souvent inaudibles".
Cyberpen.
 
Hors ligne Itello # Posté le 24/10/2010 à 17 h 12
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Non, non, il y a bien accord avec le COD. Je t’invite, vu que cela semble ne pas être très clair dans ton esprit, à lire (ou relire) le très bon billet de gigedine : « Le participe passé des verbes pronominaux ». :)

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne Cyberpen # Posté le 24/10/2010 à 17 h 22
Les fautes ? C'est démodé.
Avatar de Cyberpen
Messages : 540
Groupe : zCorrecteurs
J'ai déjà relu ce billet à maintes reprises dans le passé. Je ne mets pas en doute la règle de l'accord du participe passé avec le COD dans le cas des verbes pronominaux. J'étais en train de me demander si l'on devait considérer "se charger de" comme transitif indirect (donc pas d'accord puisque pas de COD possible) ou bien comme le verbe "charger" qui est transitif direct.

Mais si tu es certain de la présence de COD, alors je n'ai rien à ajouter. ;)

Image utilisateur "Les cris les plus puissants sont souvent inaudibles".
Cyberpen.
 
Hors ligne Itello # Posté le 24/10/2010 à 17 h 43
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Il serait préférable que tu comprennes également la règle que tu appliques, ce sans quoi tu risques d’avoir des difficultés avec d’autres verbes pronominaux. :)

C’est un verbe accidentellement pronominal. On cherche donc le COD.

Lorsqu’on dit « ils se sont chargés de cela », on ne dit pas autre chose que « ils ont chargé eux de cela ». C’est le même cas que se laver.
« Ils se sont lavés » : ils ont lavé eux.
« Ils se sont lavé les mains » : ils ont lavé les mains d’eux.

« Ils s’en sont chargés », c’est bien le pronom personnel « en » dont le sens est strictement équivalent à « de cela ».

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne Cyberpen # Posté le 25/10/2010 à 13 h 29
Les fautes ? C'est démodé.
Avatar de Cyberpen
Messages : 540
Groupe : zCorrecteurs
Bien.

Je te remercie pour tes réponses rapides. Sujet résolu. ;)

Image utilisateur "Les cris les plus puissants sont souvent inaudibles".
Cyberpen.
 
Hors ligne Poulpette # Posté le 25/10/2010 à 15 h 29
Avatar de Poulpette
Messages : 3505
Groupe : zAnciens
Il y a des verbes pronominaux qui me font douter également justement parce qu’ils ont tendance à davantage parler d’un COI que d’un COD (alors que selon comment la question est posée, on recherche soit l’un, soit l’autre). Dans ce cas les deux versions ne peuvent-elles pas se justifier ?

« La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas. » (Confucius)
 
Hors ligne Fihld # Posté le 25/10/2010 à 15 h 39
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
Il peut très bien y avoir plusieurs compléments mais seul le COD nous intéresse. Quand on dit « Ils ont chargé eux de cela », eux est le COD, cela est le COS (COI de son vrai nom mais comme il vient en second, il perd sa nationalité son nom).

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne Cyberpen # Posté le 25/10/2010 à 19 h 20
Les fautes ? C'est démodé.
Avatar de Cyberpen
Messages : 540
Groupe : zCorrecteurs
Je n'ai pas pu m'empêcher d'envoyer un mail au service du dictionnaire de l'Académie. Ils m'ont répondu que dans le cas présent, on considère la phrase comme une forme passive.

Voici une copie de la réponse :

Citation : Mail Service du Dictionnaire
On peut dire que dans d'autres s'en sont chargés se ne peut être analysé comme un complément d'objet, et que le verbe pronominal a la valeur d'une forme passive (en ont été chargés).

En vertu des principes que vous trouverez exposés sur notre site, dans la rubrique La langue français, "Questions de langue", article "Pronominaux", l'accord se fait et l'on écrit D'autres s'en sont déjà chargés.


Pour ceux qui ont la flemme d'aller chercher sur le site, voici l'article en question :

Citation : Site de l'Académie française
Concernant l’accord du participe passé des verbes pronominaux, on peut distinguer deux cas.

1. Le pronom se ne peut pas être analysé comme un complément d’objet.

Dans ce cas, l'accord du participe se fait en genre et en nombre avec le sujet. Cette règle concerne les verbes pronominaux de sens passif (la partie s’est jouée en trois manches équivaut à la partie a été jouée …), les verbes essentiellement pronominaux (comme s’absenter, s’abstenir, s’écrier, se souvenir ou se repentir), mais aussi l’emploi pronominal de verbes présentant par ailleurs des formes transitive ou intransitive (s’apercevoir de quelque chose). On écrira : La propriété s’est vendue à bas prix (a été vendue à bas prix) ; Ils se sont souvenus, ils se sont repentis ; Elle s’est aperçue qu’elle s’était égarée ; Les cigognes se sont nichées dans les peupliers.

Seul le verbe s’arroger est une exception et relève de la catégorie 2.


2. Le pronom se peut être analysé comme un complément d’objet.

Dans ce cas, l’accord suit la règle qui s’applique aux participes employés avec l’auxiliaire avoir
, c’est-à-dire que le participe s’accorde uniquement si son complément d’objet direct le précède : Elles se sont lavées, ils se sont battus (le complément d’objet direct est le pronom réfléchi se). Si le complément d’objet direct est placé après le participe ou si se est un complément d’objet indirect, le participe ne varie pas : Elles se sont lavé les mains (le complément d’objet direct est les mains) ; Elles se sont parlé (parler n’introduit pas un complément d’objet direct mais un complément d’objet indirect : elles se sont parlé à l’une et à l’autre) ; Ils se sont succédé (l’un a succédé à l’autre).

Suivi d’un infinitif, le participe passé d’un verbe pronominal suit la règle qui s’applique aux participes des verbes simples dans le même cas (voir article Participe passé (accord)). Avec se voir, l’accord du participe passé se fait si le sujet de se voir est aussi le sujet de l’infinitif qui suit : Ils se sont vu accorder des congés (on leur a accordé des congés) mais Ils se sont vus accorder des congés à tous les employés (ils ont accordé des congés à leurs employés).

Image utilisateur "Les cris les plus puissants sont souvent inaudibles".
Cyberpen.
 
Hors ligne Itello # Posté le 25/10/2010 à 19 h 54
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Eh bien, ce sera une première pour moi, et certainement une dernière, mais je dois préciser que l’Académie française a tort. Enfin, pour être honnête, c’est plutôt le service de réponse du Dictionnaire qui commet une vilaine erreur.

Dans « ils s’en sont chargés », on ne dit pas « ils ont été chargés (par quelqu’un) de cela » mais bien « ils ont chargé eux-mêmes de cela ». Il s’agit donc bel et bien d’un cas où le COD est analysable.

:soleil:

Et pour confirmer que je ne dis pas n’importe quoi, je cite le Dictionnaire de l’Académie qui donne raison… bah à moi :

Citation : Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition
Pron. Prendre soin de quelque chose, s'en occuper. Il s'est chargé de la distribution des fonds. Je me charge de tout. Par ext. Avec pour complément un nom de personne. Je me charge de cet enfant.

Le Dictionnaire, tout comme moi, donne un sens actif à la construction pronominale.
Modifié le 25/10/2010 à 20 h 20 par Itello

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne Cyberpen # Posté le 25/10/2010 à 22 h 10
Les fautes ? C'est démodé.
Avatar de Cyberpen
Messages : 540
Groupe : zCorrecteurs
J'avoue que je ne sais plus trop quoi penser. Mais ce qui est au moins certain, c'est que la réponse reste identique : on doit accorder "chargés" avec le sujet de la phrase.

Image utilisateur "Les cris les plus puissants sont souvent inaudibles".
Cyberpen.
 
Hors ligne Sergeswi # Posté le 26/10/2010 à 14 h 16
Messages : 898
Membres
Si pour moi l’Académie a toujours raison, il faut bien avouer que là, je suis moins fan de leur réponse, tout comme Itello : en quoi se charger de quelque chose est-il une forme passive ? o_O Au niveau sémantique, c’est tout le contraire. Le fait que nous soyons plusieurs à nous en être chargés ne change rien à la donne. Il faut aussi savoir pourquoi l’on accorde, et pas accorder simplement parce qu’on nous donne dix avis différents mais qui convergent vers l’accord. :D J’accorderais donc, non pas à cause de la passivité de la forme, qui pour moi ne peut pas se défendre en toute logique, mais à cause de la bonne vieille grammaire : ils ont chargé eux-mêmes de cela. :)
 
Hors ligne Me Capello # Posté le 27/10/2010 à 01 h 27
1 + 1 = 10
Avatar de Me Capello
Messages : 200
Membres
Je ne comprends pas non plus l'argumentation du service du Dictionnaire… Pour moi, le pronom se est bel et bien le COD du verbe charger puisqu'on dit charger qqn de qqch.

Quoi qu'il en soit, les règles actuelles de l'accord du participe passé des verbes pronominaux sont relativement récentes, assez artificielles et peu suivies. À l'instar de Goosse, Grevisse et Hanse, je suis d'avis que ces règles devraient être remplacées par la règle historique : l'accord systématique du participe avec le sujet puisque l'auxiliaire est être.
 

Retour au forum Orthographe et grammaire ou à la liste des forums