Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Espace public > La cafétéria > Réforme des programmes d'Histoire (collège) > Voir le sujet

Réforme des programmes d'Histoire (collège)

Louis XIV et Napoléon à la trappe ?

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne Belisarius # Posté le 17/07/2010 à 13 h 00
Avatar de Belisarius
Messages : 173
Membres
Bonjour,

Comme peut-être certains le savent, les programmes d'Histoire du collège (en particulier sixième et cinquième) vont être réformés dans un souci "d'ouverture au monde".
Ainsi, les élèves de sixième vont étudier l'Inde des Guptas ou la Chine des Hans tandis que les élèves de cinquième devront se frotter aux "empires" africains du Mali, du Ghana, du Songhaï, du Monomotapa. Malgré l'intérêt que je porte à l'Histoire, dont l'Histoire des civilisations étrangères, je n'avais jamais entendu parler de ces "empires". Je suis allé me renseigner dans l'Histoire de l'Afrique des origines à nos jours de l'africaniste Bernard Lugan : sur plus de 1000 pages que comporte l'ouvrage, 15 pages seulement sont consacrées à l'ensemble de ces quatre empires.

Cette ouverture aux Histoires étrangères ne susciterait je pense pas polémique si elle ne mordait pas sur l'Histoire nationale : les mondes africains doivent occuper selon les directives 10 % du temps d'Histoire dans l'année, soit autant que l'Occident féodal ! Louis XIV, ouvrant jusque là le programme de quatrième est relégué à la toute fin du programme de cinquième dans une vague et large partie nommée "Vers la modernité" qui comprend les Grandes Découvertes, la Renaissance, la Réforme et la Contre-Réforme, l'évolution de la pensée scientifique et l'émergence du roi absolu. Généralement, les profs ne finissent pas le programme, il est donc bien probable que la majorité des élèves passent en quatrième sans avoir entendu parler de Louis XIV.

En quatrième, le programme n'est pas affecté par les "mondes lointains" mais en revanche, le professeur n'est pas obligé de faire étudier l'Empire, les événements allant de 1799 à 1815 étant rendus optionnels ! Sur la Révolution en elle-même, le professeur doit traiter le cours à travers l'une de ces cinq thématiques au choix : l'invention de la vie politique [la vie politique n'existait pas auparavant ?] ; le peuple dans la Révolution ; la Révolution et les femmes ; la Révolution, l'Empire et les religions ; la Révolution, l'Empire et la guerre.

Vous avez deviné que je suis contre et vous qu'en pensez-vous ?

(les nouveaux programmes ici -> http://www.education.gouv.fr/cid22116/mene0817481a.html)
Modifié le 30/08/2010 à 17 h 19 par Belisarius
 
Hors ligne Poulpette # Posté le 17/07/2010 à 15 h 21
Avatar de Poulpette
Messages : 3505
Groupe : zAnciens
En soi la réforme n’est pas une mauvaise idée. Enfin personnellement je n’ai jamais été trop attirée par l’Histoire de France à l’époque des Louis et compagnie. J’ai toujours été davantage intéressée par les civilisations précolombiennes (qu’on n’étudie justement pas… mais objectivement ça reste tout à fait logique), antiques (ça c’est un peu pareil, à part en cours de latin ou de grec où on fait un peu de civilisation on n’en parle pas des masses) et par la périodes des grandes explorations et découvertes (ça non plus, on n’en parle pas trop trop). Bref c’est pas à l’école que j’ai le plus étudié l’Histoire en fait (j’ai toujours travaillé mais sans grand intérêt pour les sujets d’étude) mais dans les livres, devant mon poste de télévision ou encore devant certains jeux (… quoi ? Mais chut, je vous demande pas votre avis :-° ).

Je trouve que la WW2 (à prononcer avec l’accent, ça fait style au moins) prend vraiment beaucoup trop de place dans le programme. Pour pouvoir l’étudier dans les moindres détails (et encore, c’est pas possible) on se la tape de la 4e / 3e jusqu’à la Terminale… ça fait long. Pour vous dire, c’était une partie de l’Histoire qui m’intéressait vraiment, et ben avec le bourrage de crâne qu’on nous a fait à l’école ça a fini par me sortir par les narines.
Je pense que 2 ans seraient largement suffisants personnellement (un an au collège, un an au lycée) parce que du coup tout le reste de l’Histoire doit tenir sur deux, trois ans… impossible de tout voir dans ces conditions.

C’est vrai que la population française connaît de moins en moins de choses sur son passé (et je suis malheureusement forcée de m’inclure dans le lot)… mais je finis par me demander si ce n’est pas un choix délibéré de la part de l’Éducation Nationale… et donc le gouvernement.

Enfin si les classes étaient moins bourrées et que les élèves étaient un peu plus disciplinés (et les professeurs avec, parce que ils y sont aussi pour quelque chose hein) les programmes pourraient peut-être être bouclés et on pourrait peut-être voir plus de programme.

M’enfin ce n’est pas la refonte du programme d’Histoire qui pose véritablement problème, c’est tout le système éducatif français qui bat de l’aile… ce qui n’est pas nouveau.
Par rapport au nombre d’heures que nous passons à l’école nous ne sommes pas spécialement les mieux placés dans le classement européen, c’est donc bien qu’il y a comme un problème quelque part.
Modifié le 20/07/2010 à 16 h 04 par Poulpette

« La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas. » (Confucius)
 
Hors ligne tcpc # Posté le 17/07/2010 à 17 h 03
Feu Takeo Otori
Avatar de tcpc
Messages : 86
Membres
L'Histoire enseignée au collège et au lycée sera toujours partielle. Que ce fut hier, aujourd'hui ou demain, il y a eu, a et aura toujours des choses mises à la trappe, au profil d'autres. En quelque soit, c'est normal puisque l'Histoire est bien trop large et diverse pour être étudiée d'une vue d'ensemble pendant le collège (et le lycée). Maintenant, on peut toujours contester la manière dont est gérée cette partialité des choses.

Personnellement, je n'adhère pas vraiment au nouveau programme que tu viens d'énoncer. Pour moi, l'enseignement de l'Histoire devrait tourner autour d'un l'élément central, notre Histoire, celle de la France puisque nous y vivons, puis en éléments secondaires (gravitant autour de notre élément central) et prenant en compte l'Histoire des peuples que notre Histoire a côtoyée, dont elle descend, etc. (par exemple, étudier l'Histoire des premiers Hommes dont nous descendons forcément, étudier l'Histoire de l'Europe puisque la France est en Europe et qu'elle a eu des relations avec ses paysans voisins, étudier l'Histoire de la civilisation Orientale - musulmane - pour tous les apports qu'ont pu rapporter les croisés (la boussole, les ouvrages Grecs largement commentés par les penseurs musulmans et dont les humanistes ont pu ainsi bénéficié)

Je vois ça comme ça, donc. Notre Histoire d'abord puis celle des autres peuples que nous avons côtoyé et qui nous ont apporté des choses. Et ensuite, une petite partie du programme sur l'Histoire d'autres peuple, pour l'élargissement culturel.

Enfin, pour voir l'Histoire de Louis XIV de manière ludique, je conseillerai de lire les Trois Mousquetaires, Vingt ans après et le Comte de Bragelonne (les suites, en fait où les personnages principaux sont toujours les Trois Mousquetaire avec la préférence sur D'Artagnan). Ya pas mieux.
 
Hors ligne Belisarius # Posté le 17/07/2010 à 18 h 25
Avatar de Belisarius
Messages : 173
Membres
Citation : Poulpette
En soi la réforme n’est pas une mauvaise idée. Enfin personnellement je n’ai jamais été trop attirée par l’Histoire de France à l’époque des Louis et compagnie. J’ai toujours été davantage intéressée par les civilisations précolombiennes (qu’on n’étudie justement pas… mais objectivement ça reste tout à fait logique), antiques (ça c’est un peu pareil, à part en cours de latin ou de grec où on fait un peu de civilisation on n’en parle pas des masses) et par la périodes des grandes explorations et découvertes (ça non plus, on n’en parle pas trop trop). Bref c’est pas à l’école que j’ai le plus étudié l’Histoire en fait (j’ai toujours travaillé mais sans grand intérêt pour les sujets d’étude) mais dans les livres, devant mon poste de télévision ou encore devant certains jeux (… quoi ? Mais chut, je vous demande pas votre avis :-° ).

Je trouve que la WW2 (à prononcer avec l’accent, ça fait style au moins) prend vraiment beaucoup trop de place dans le programme. Pour pouvoir l’étudier dans les moindres détails (et encore, c’est pas possible) on se la tape de la 4e / 3e jusqu’à la Terminale… ça fait long. Pour vous dire, c’était une partie de l’Histoire qui m’intéressait vraiment, et ben avec le bourrage de crâne qu’on nous a fait à l’école ça a fini par me sortir par les narines.
Je pense que 2 ans seraient largement suffisants personnellement (un an au collège, un an au lycée) parce que du coup tout le reste de l’Histoire doit tenir sur deux, trois ans… impossible de tout voir dans ces conditions.

C’est vrai que la population française connaît de moins en moins de choses sur son passé (et je suis malheureusement forcée de m’inclure dans le lot)… mais je finis par me demander si ce n’est pas un choix délibéré de la part de l’Éducation Nationale… et donc le gouvernement.

Enfin si les classes étaient moins bourrées et que les élèves étaient un peu plus disciplinés (et les professeurs avec, parce que ils y sont aussi pour quelque chose hein) les programmes pourraient peut-être être bouclés et on pourrait peut-être voir plus de programme.

M’enfin ce n’est pas la refonte du programme d’Histoire qui pose véritablement problème, c’est tout le système éducatif français qui bat de l’aile… ce qui n’est pas nouveau.
Par rapport au nombre d’heures que nous passons à l’école nous ne sommes pas spécialement les mieux placés dans le classement européen, c’est donc bien qu’il y a comme un problème quelque part.


Je comprends ton point de vue, mais je maintiens mon avis contre la réforme.
Il y a deux types d'élèves en Histoire (schéma valable dans toutes les matières) : ceux qui s'en foutent (la large majorité) et ceux qui s'y intéressent.

  • Pour ceux qui s'en foutent : je ne pense pas que l'empire Songhaï ou le Monomotapa les intéressera plus que Louis XIV ou Napoléon, et lorsqu'ils seront sortis du lycée, ils n'auront qu'une vague idée de leur propre Histoire ("C'est quoi Austerlitz ?"), à part le XXe siècle, puisqu'ils auront eu toute une année dessus.
  • Pour ceux qui s'intéressent à l'Histoire : eux sont capables de lire des magazines, des livres ou regarder des documentaires donc ils apprendront de manière autonome (pour ma part, dès 12-13 ans, j'empruntais des livres les Mayas ou les Incas à la bibliothèque). Ces cours sur les mondes lointains auront donc été inutiles.

De mon point de vue, cette réforme est donc nuisible pour ceux qui n'en ont rien à faire de l'Histoire, et inutile pour les curieux.

Derrière cette réforme, je vois surtout un but idéologique : former de futurs "citoyens du monde" en relativisant notre Histoire nationale par rapport aux Histoires d'autres peuples (pourquoi Napoléon et pas Kankan Moussa ?). Par contre, ce qui pourrait être une bonne idée, c'est de proposer au lycée, en option, des cours d'Histoire sur les civilisations étrangères (option de spécialité en Terminale L et Terminale ES par exemple).
Modifié le 12/08/2010 à 18 h 53 par Belisarius
 
Hors ligne Le Chapelier Toqué # Posté le 20/07/2010 à 15 h 47
Avatar de Le Chapelier Toqué
Messages : 812
Groupe : zAnciens
Citation : Poulpette
En soi la réforme n’est pas une mauvaise idée.

"En soi" non, mais une réforme faite dans l'unique but de dégoûter les gens d'une matière, ou de faire des économies sur le budget de l'enseignement est une mauvaise idée.

Soyons réalistes : quel est l'intérêt de changer des programmes pour moins parler de l'Histoire (avec un grand H) et pour blablater sur des peuples dont, malheureusement, personne n'a entendu parler, parce que tout le monde s'en fout.
Soit c'est de la démagogie ("oh, les petits Africains, on les laisse crever de faim mais on pense à eux quand même") parce qu'après tout, l'histoire du peuple ukrainien doit être tout aussi enrichissante, et on n'en parle pas non plus. Soit c'est pour détourner les esprits.

Citation : Poulpette
Je trouve que la WW2 (à prononcer avec l’accent, ça fait style au moins) prend vraiment beaucoup trop de place dans le programme. Pour pouvoir l’étudier dans les moindres détails (et encore, c’est pas possible) on se la tape de la 4e / 3e jusqu’à la Terminale… ça fait long. Pour vous dire, c’était une partie de l’Histoire qui m’intéressait vraiment, et ben avec le bourrage de crâne qu’on nous a fait à l’école ça a fini par me sortir par les narines.
Je pense que 2 ans seraient largement suffisants personnellement (un an au collège, un an au lycée) parce que du coup tout le reste de l’Histoire doit tenir sur deux, trois ans… impossible de tout voir dans ces conditions.

Tout à fait d'accord avec toi. Mais c'est un fait, l'organisation du monde d'aujourd'hui (ONU, superpuissance des US, terrorisme, ...) doit beaucoup aux événements du XXe siècle et donc aux deux Guerres mondiales. Si l'on veut comprendre notre monde, il faut passer par là.

En revanche, je trouve le découpage des programmes bizarres. Au collège et au lycée, on voit et on bâcle plus ou moins les mêmes choses. C'est dommage.
Voir une seule fois, mais avec davantage de profondeur les civilisations antiques, le Moyen-Âge, les Grandes Découvertes, la Renaissance, l'Âge industriel, Colonisation et Décolonisation et enfin, le XXe siècle, serait bien plus logique. Mais bon, ce serait refuser l'étude de toute une partie récente de notre histoire aux personnes qui s'orientent vers des cycles d'étude courts et qui ne mettent pas les pieds au lycée.


Citation : Poulpette
C’est vrai que la population française connaît de moins en moins de choses sur son passé (et je suis malheureusement forcée de m’inclure dans le lot)… mais je finis par me demander si ce n’est pas un choix délibéré de la part de l’Éducation Nationale… et donc le gouvernement.

Le fait qu'on supprime des heures de cours et des notions aux programmes y est pour quelque chose. Néanmoins, arrêtons avec le mythe de la dégénérescence : si les nouvelles générations sont toujours plus bêtes et moins cultivées que les anciennes, alors soit les hommes préhistoriques étaient super intelligents et les progrès actuels (en médecine, en sciences, notamment humaines, ...) viennent de nulle part, soit il est valorisant pour la génération "active" de déprécier leurs enfants (pour se croire plus actif, indispensable, supérieur, ... que sais-je).

Citation : Poulpette
Enfin si les classes étaient moins bourrées et que les élèves étaient un peu plus disciplinés (et les professeurs avec, parce que ils y sont aussi pour quelque chose hein) les programmes pourraient peut-être être bouclés et on pourrait peut-être voir plus de programme.
M’enfin ce n’est pas la refonte du programme d’Histoire qui pose véritablement problème, c’est tout le système éducatif français qui bat de l’aile… ce qui n’est pas nouveau.
Par rapport au nombre d’heures que nous passons à l’école nous ne sommes pas spécialement les mieux placés dans le classement européen, c’est donc bien qu’il y a comme un problème quelque part.

Bof. C'est un peu démagogique tout ça.
Les classes sont bourrées, c'est un fait et même pire, une volonté politique (réduction des coûts, patati patata).
Les élèves sont moins disciplinés, peut-être mais pas tous. Pourtant on nous dit que c'est tout le système qui menace de s'effondrer. Là encore, n'exagérons rien ! Il est commode d'alarmer les gens pour leur faire gober une réforme débile dans la hâte et dans la peur.

Je pense pour ma part que les problèmes qui secouent un peu l'école sont les mêmes problèmes qui déstabilisent l'ensemble de la société nationale et, pour une grande part, mondiale. Si les jeunes sont indisciplinés, c'est que leurs parents n'assument pas leur rôle. Si les parents n'assument pas leur rôle, ce n'est pas par choix ou "démission" comme on nous le dit souvent, mais parce que la cellule familiale est en crise : divorces, familles monoparentales, morcellement des horaires de travail, intérim, précarité. Il est difficile pour un père/mère célibataire qui part le matin à 7h30 et rentre le soir à 19h d'éduquer ses enfants ! Et ce n'est pas de sa faute ! S'il refuse de travailler plus, il y a plusieurs millions de chômeurs qui peuvent prendre sa place à tout moment. Donc les conditions de travail, donc de vie et d'éducation, se détériorent. On veut même travailler le week-end maintenant ! Quid de la vie familiale ?

C'est parce que la logique économique domine tout, que la dimension humaine de l'éducation est mise de côté, et par conséquent, le système éducatif, nécessairement humain, a du mal à remplir pleinement sa fonction.
Mais à la vue de ce qui l'éprouve et des moyens dont il dispose, il résorbe une grande partie du choc social. Ne le dénigrons pas systématiquement !

C'est certain que tout n'est pas rose et qu'il n'y a pas de recette magique (on le saurait depuis le temps). Oui, il faut réformer pour adapter l'école aux transformations de la société. Oui, l'éducation coûte plus cher que dans d'autres pays.
Mais avec quels pays compare-t-on ? Les pays scandinaves ? Ils sont 10 fois moins nombreux, n'ont pas de problèmes d'immigration, ni sociaux, et leur modèle familial est resté stable (la mère reçoit un "salaire" pour rester chez elle et éduquer ses enfants jusqu'à l'entrée à l'école). Les États-Unis ? C'est certain, quand certains milieux sociaux sont totalement exclus de l'enseignement supérieur voire secondaire, ça fait moins de gens dans les écoles, moins d'argent dépensé, pour de meilleurs "chiffres". Mais l'éducation n'en est pas pour autant meilleure ! Et l'ascenseur social, qui caractérise "les démocraties modernes occidentales", est alors en panne !

Au lieu d'essayer de résoudre les problèmes qui nous ralentissent, on nous fait croire que nous sommes moins intelligents, plus feignants, en retard, ou désespérés par rapport à nos voisins. Quel intérêt ?
L'herbe est toujours plus verte ailleurs. Commençons par arroser notre pelouse, avant d'y mettre le feu.
Modifié le 12/08/2010 à 21 h 33 par Le Chapelier Toqué
 
Hors ligne Rastagong # Posté le 22/07/2010 à 15 h 35
Anciennement Rayman3640
Avatar de Rastagong
Messages : 203
Membres
Le Chapelier Toqué, je trouve ton analyse vraiment très juste. ^^

Je pense aussi que le but de cette réforme est, sous un prétexte démagogique, au mieux de réduire des coûts, au pire de nous faire oublier notre passé. Mais je n'y suis pas pour autant fermement opposé.

En effet, comme tu le dis, au collège et au lycée, on revoit plus ou moins les mêmes choses, ce qui a de quoi lasser beaucoup d'élèves. Je me demande donc si cette réforme ne va pas redonner le goût de l'Histoire à certains, en leur faisant découvrir des peuples inconnus. Ainsi, je me rappelle qu'en cinquième, alors que toute la classe ne trouvait aucun intérêt dans le cours sur le Moyen-Âge, elle fut passionné pour celui sur les Vikings. Bon, il fut particulièrement bref, mais découvrir un peuple inconnu plût à tout le monde. :)

Certes, on pourra toujours dire qu'il faut que l'on connaisse d'abord notre propre Histoire avant celle des autres, qu'il ne faut pas oublier notre passé pour ne pas commettre les mêmes erreurs, mais je pense que cet argument sert surtout à se donner bonne conscience. Pour moi, on devrait étudier un peu moins notre Histoire au collège. Je m'explique.

Premièrement, je pense pouvoir affirmer qu'au collège, peu d'élèves sont vraiment intéressés par l'Histoire, ce qui réduit l'intérêt de l'enseignement de cette matière. J'irais même jusqu'à dire que cela lui nuit, puisqu'une fois arrivés au lycées, les élèves sont d'une part inintéressés, et d'autre part lassés à l'idée d'étudier à nouveau la même chose.
Ensuite, je pense que quand on a treize ans, on n'est pas forcément capable de comprendre le pourquoi du comment de certains évènements. Je ne dis pas que les collégiens sont stupides (j'en étais encore un il y a un an :-° ), mais je veux dire qu'il faut parfois un peu de recul pour comprendre les enjeux et les dangers de certains pans de notre Histoire.
Enfin, je trouve que comme l'enseignement de l'Histoire au collège n'est pas vraiment poussé, il n'est pas nécessaire d'en apprendre tant. En troisième, il suffit de débiter des connaissances (et la problématisation n'en est pas vraiment une). Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'augmenter le niveau, ni même de l'abaisser, mais je pense qu'il est inutile d'étudier si longtemps du vide...

Aussi, j'aimerais beaucoup qu'on étudie davantage l'Histoire d'autres peuples au collège, et la nôtre au lycée. Cette réforme remplit un peu la première condition, mais absolument pas la deuxième, donc j'y reste opposé. Si l'on étudie moins quelque chose au collège, on devrait le faire davantage au lycée, car je suis convaincu que l'enseignement de l'Histoire est important.
 
Hors ligne Le Chapelier Toqué # Posté le 22/07/2010 à 19 h 39
Avatar de Le Chapelier Toqué
Messages : 812
Groupe : zAnciens
La réduction des coûts n'est pas démagogique.
Le système capitaliste a besoin, pour bien fonctionner, que les États réduisent au maximum leur implication dans l'économie. En clair, les USA et l'OMC font pression pour qu'on privatise les "entreprises" dont l'État est actionnaire majoritaire.
On ne répond donc pas à une volonté populaire, on répond à des pressions économiques extérieures et on manipule le peuple pour qu'il approuve.

Pour les Vikings, c'est vrai, c'est sympathique de sortir des sentiers battus. Néanmoins, il faut l'Histoire apporte une compréhension, une réflexion, une analyse. Si on fait une leçon parce qu'elle plaît et non pas parce qu'il est nécessaire d'apprendre, de savoir, de s'élever intellectuellement pour tendre vers une société meilleure, on n'est plus dans la logique de l'École (républicaine).
Alors les Vikings, pas de problème si c'est court et si ça met en relation avec la Normandie, la découverte de l'Amérique, etc. Mais pour des peuples africains dont tout le monde se fout, je vois pas en quoi ce serait plus attractif pour les collégiens.

Je partage ton point de vue sur la répétition. Voir et revoir les mêmes choses, ça lasse.
En revanche, je ne pense pas que les collégiens soient trop bêtes ou immatures pour faire des choses intéressantes. C'est parce que la matière, trop souvent, se résume à déblatérer des dates (certaines sont à connaître, c'est certain) que ça n'intéresse pas. Et c'est parce qu'on passe du temps sur des bêtises, qu'on n'en a plus pour étudier en profondeur quelques points cruciaux. En un mot, on privilégie la quantité de dates que la qualité de la réflexion.

Je ne suis pas d'accord avec le fait qu'il faille étudier l'histoire de France au lycée exclusivement.
D'abord, nombreux sont ceux qui n'iront pas au lycée. Ne méritent-ils pas d'avoir accès à un certain enseignement ? À l'étude de certaines périodes ? Mais c'est vrai qu'au collège, il faut savoir composer avec eux, et donc on ne peut pas forcément étudier en profondeur (quelques uns n'ont pas les capacités, beaucoup n'ont pas l'envie).
Ensuite, on ne peut pas tout reléguer au lycée. De même que je trouve dommage que la littérature ne soit pas davantage traitée au collège. La littérature, la philosophie, la physique sont déjà presque exclusivement traités au lycée, on ne peut pas mettre les heures d'histoire du collège au lycée, on ne s'en sortirait plus. D'autant plus qu'il est dit que les séries scientifiques pourraient abandonner l'histoire en terminale.

Oui, l'enseignement de l'Histoire est important pour acquérir une vision critique et pour savoir replacer certaines œuvres dans leur contexte (je ne crois pas que l'humanité apprend de ses erreurs − les individus sûrement, l'humanité en tant qu'espèce, non) mais la manière de procéder ne me convient convenait pas.
 
Hors ligne Cinetix # Posté le 30/08/2010 à 16 h 23
Avatar de Cinetix
Messages : 7
Membres
Je rejoins l'avis de thibaultg (désolé pour le nouveau pseudo il faudra que je m'habitue :p ).

Je suis tout à fait contre ce nouveau programme car il va une fois de plus dans le même sens : une vision culpabilisante de notre passé commun et une réduction progressive de l'Histoire de France. Quant à l'introduction des "empires" africains, c'est clairement de la démagogie... Quand on ne connaît pas Napoléon cela ne me paraît pas essentiel d'étudier l'empire du Monomotapa.

Alors que nombre de pays étrangers admirent notre Histoire, nous tendons depuis des dizaines d'années vers une auto-dévaluation permanente et réduisons notre socle culturel commun. Ensuite on s'interroge sur notre identité nationale...

J'ai d'ailleurs trouvé une pétition a l'attention de Luc Chatel (actuellement 4209 signatures) :
http://www.histoire-avenir.fr/
Modifié le 30/08/2010 à 16 h 24 par Cinetix
 
Hors ligne Belisarius # Posté le 30/08/2010 à 19 h 02
Avatar de Belisarius
Messages : 173
Membres
J'ai remarqué que ceux qui défendent ce nouveau programme affirment qu'on ne vit plus dans une France « fermée » mais dans un monde mondialisé (en quelque sorte « post-national ») et que par conséquent il fallait sortir de l'Histoire nationale qui est dépassée, limite ringarde.

Le problème c'est qu'au collège et au lycée, on a 3 ou 4 heures d'Histoire et qu'il est totalement impossible d'enseigner une Histoire planétaire. Déjà, avant d'entrer à la fac, si je n'avais pas entendu parler de Hugues Capet, Philippe Auguste ou Saint-Louis à l'école primaire, je n'en aurais jamais entendu parler dans le cadre scolaire car même au collège, on saute de Charlemagne à la Guerre de Cent Ans en mettant aux oubliettes plusieurs siècles de l'Histoire de France qui sont pourtant essentiels (je viens de finir une biographie de Philippe Auguste et quel règne décisif !).

Aussi, je trouve ahurissante la déclaration de Hubert Tison, secrétaire général de l’Association des professeurs d’histoire-géographie :
« Beaucoup de jeunes sont d’origine africaine : il faut aussi qu’ils se reconnaissent un peu dans les programmes. »
Ce qui revient à faire un programme en faveur des communautarismes et placer dans une logique de concurrence les diverses histoires nationales au collège/lycée alors que l'Histoire de l'Europe devrait avoir le monopole (à la limite l'Histoire de l'Europe « large », bassin méditerranéen compris).
Modifié le 30/08/2010 à 19 h 12 par Belisarius
 
Hors ligne Ziame # Posté le 30/08/2010 à 23 h 35
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar de Ziame
Messages : 11523
Groupe : Administrateurs
Bonsoir,

Ce sujet est intéressant et je remercie Belisarius de l'avoir lancé.

Je dois dire que je ne suis pas d'accord avec Poulpette. Ce n'est pas parce qu'une matière n'intéresse pas un élève qu'elle n'est pas importante ou peut être traitée n'importe comment. Personnellement, l'histoire de l'époque de Louis XIV n'est pas celle qui m'intéresse le plus (je préfère ce qui s'est passé avant et après avec l'Empire, puis la Révolution Industrielle ainsi que l'histoire du début du XXe par exemple). Cela dit, il est normal que celle-ci nous soit enseignée. Comme le disait Primo Levi « Quiconque oublie son passé est condamné à le revivre. » C'est pour cela que l'apprentissage de l'histoire est importante.

Alors après vous me direz, pourquoi ne pas apprendre l'histoire des autres cultures plutôt que la nôtre ? Il est en effet important de s'initier à l'histoire des autres pays, mais un enseignement équilibré ne peut se focaliser principalement là-dessus. Notre histoire permet d'expliquer notre culture, de savoir comment s'est formé notre mode de vie (politique, coutumes, etc.) et quels dangers le menacent (les extrêmes politiques tels que le communisme ou l'extrême-droite par exemple). C'est de plus dans l'histoire et la culture que l'on apprend à voir plus loin que le bout de son nez, que l'on apprend à percevoir les autres, à être tolérants. En effet, la haine (raciale par exemple), provient de la peur qui elle-même provient de la méconnaissance. D'où l'importance de l'histoire qui apporte la connaissance.

Actuellement, nous sommes témoins d'une diminution importante de cet enseignement et ce, pour plusieurs raisons. La première est sans aucun doute liée aux réductions budgétaires (en supprimant des heures, on fait des économies). La seconde est que le gouvernement actuel ne pense pas que les études de toutes ces matières « non productives directement » soit utile (exemple de N. Sarkozy qui avait déclaré, je cite, « On a bien le droit de faire lettres anciennes, mais l'État ne va pas pouvoir payer longtemps pour des gens qui veulent cultiver leur esprit. »). Ensuite, il y a le problème de la revalorisation des filières (pour le lycée). En effet, un lycéen ayant choisi la filière scientifique et ayant de bons résultats pouvait aller presque partout où il souhaitait (j'ai par exemple un ami qui après avoir fait S est entré en prépa. littéraire au Lycée du Parc à Lyon), ce qui n'était pas le cas des littéraires qui auraient souhaité se réorienter dans un milieu davantage scientifique après le bac. Pourquoi cela était-il possible ? Car dans la filière scientifique, les élèves conservaient un certain nombre de matières littéraires (philosophie, histoire-géographie, LV1, LV2, éventuellement langue ancienne) leur permettant de ne pas avoir accumulé trop de retard par rapport au lycéens de filière littéraire au terme des années de lycée quand les littéraires arrêtaient toute étude des matières scientifiques dès la fin de la première. La revalorisation idéale aurait par conséquent été d'ajouter les matières manquantes au bac littéraire afin d'ouvrir aux lycéens ayant choisi cette filière un nombre accru de débouchés après le bac. Cela dit, ça aurait impliqué de créer de nouveaux postes pour enseigner de nouvelles matières dans la filière. Il était donc plus simple de saborder le pôle littéraire des scientifiques afin d'empêcher ceux-ci de pouvoir se réorienter dans des filières littéraires une fois le bac passé, ce qui dans le même temps libérait des places pour les littéraires. Et c'est ce qui a été fait. C'est donc pour cela que l'enseignement de l'histoire-géographie au lycée est amené à se détériorer avec les réformes récemment adoptées qui suppriment cette matière en terminale scientifique et revoit globalement les programmes à la baisse…

Tout cela sans compter qu'il est plus facile de diriger un pays ayant une conscience historique réduite. Rappelons-nous la citation de Primo Levi ci-dessus…
Modifié le 30/08/2010 à 23 h 44 par Ziame

Si vous aimez écrire et que vous avez des choses à dire sur l'un des thèmes que couvre notre blog, n'hésitez pas ! ;)
 

Retour au forum La cafétéria ou à la liste des forums