Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Langue française > Typographie > À propos de l’apostrophe > Voir le sujet

À propos de l’apostrophe

Pour en finir avec les « y’a »

Page : 1 2 Suivante 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 2 Suivante 
Hors ligne Fihld # Posté le 03/07/2010 à 14 h 35
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
Bonjour,

On remarque souvent que beaucoup de personnes placent une apostrophe entre le y et le a dans les expressions y a et dérivées (y aurait, y a eu, etc.) quand celles-ci sont la forme orale de il y a. C’est un emploi fautif puisque l’apostrophe ne se justifie pas à cette place. Je cite Wikipédia qui, même si elle n’est pas un gage de qualité, me paraît suffisamment claire et exhaustive sur ce point-là :

Citation : Wikipédia
En français, l’apostrophe sert de signe typographique marquant l’élision des voyelles finales a et e de certains mots, et i pour ce qui est de la conjonction si suivie du pronom il. L’élision se fait lorsque ces mots sont suivis d’un mot commençant par une voyelle ou un h muet. Ainsi on a : la + apostrophe → l’apostrophe, le + oiseau → l’oiseau, si + il → s’il, que + elle/il → qu’elle/qu’il, presque + île → presqu’île, le + homme → l’homme, le + hôtel → l’hôtel, le + hôpital → l’hôpital.

En ce qui concerne les mots commençant par un h, il est nécessaire de savoir s’il est muet ou aspiré. Avec les mots commençant par un h aspiré, l’élision ne se fait pas et par conséquent on n’utilise pas d’apostrophe. Ainsi on a : la haie, le haricot, la hâte, le hibou, la housse, la hutte, etc.

Dans le cas qui nous intéresse, c’est-à-dire il y a, il n’y a aucune raison pour mettre une apostrophe car il n’y a pas d’élision. Il s’agit de la transcription écrite d’un langage oral, le il disparaît et rien d’autre n’est à ajouter. On ne dit pas « il y’a », n’est-ce pas ?

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne 6pri1 # Posté le 03/07/2010 à 14 h 54
« IGWT »
Avatar de 6pri1
Messages : 578
Membres
Tant qu'on y est, autant dire « il y a », puisque c'est bien la seule expression correcte.
 
Hors ligne Sergeswi # Posté le 04/07/2010 à 16 h 21
Messages : 898
Membres
« Y a » appartient à l'oral, c'est peut-être incorrect, mais parfois utile dans une discussion familière.
 
Hors ligne Itello # Posté le 04/07/2010 à 16 h 42
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Fihld a parfaitement raison, il faudrait clairement éviter d’insérer une apostrophe alors qu’elle ne se justifie pas. Le rôle de l’apostrophe est d’exprimer l’élision. Mais vous noterez que dans la plupart des écrits modernes, elle commence à s’attribuer un nouveau rôle : elle indique une prononciation orale. Cette attribution est toujours contestée par l’essentiel des grammairiens, mais Grevisse note qu’elle s’implémente petit à petit.

On écrit ainsi de plus en plus souvent « petit déj’ » ou « y’a » (« y’a que la vérité qui compte »). Cet usage s’imposera peut-être dans le futur. En attendant, il est incorrect. Merci, Fihld, d’avoir fait ce rappel.

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne ptipilou # Posté le 04/07/2010 à 22 h 32
Sus à la faute !
Avatar de ptipilou
Messages : 9549
Groupe : Administrateurs
Merci Fihld, effectivement.
J'avais depuis bien longtemps l'envie d'écrire quelque chose à ce sujet, mais cela m'est sorti de la tête.

On peut aborder, bien que ce soit hors sujet, la place de l'apostrophe à la fin de mots provenant de l'oral, de la conversation courante (voire d'un emploi carrément incorrect ?) et surtout provenant de l'abréviation populaire de ces mots.

Exemple : « Tu vas en perm' ? Passe-moi ta doc' ! »
Cela devrait - en principe - rappeler quelque chose à certaines personnes.

Je me demande aussi si cela est correct de l'utiliser... On pourrait justifier son emploi par l'effet que l'auteur a envie de réaliser dans son écrit : cela permettrait de rendre, sinon plus vivant, plus direct, moins "sacralisé" un sujet bien technique.

Tiens, et si on prenait l'exemple des tutos ? ^^

Cauchemar orthographique (qui a dit sadique ?)
 
Hors ligne Rastagong # Posté le 06/07/2010 à 17 h 08
Anciennement Rayman3640
Avatar de Rastagong
Messages : 203
Membres
Merci beaucoup pour ce rappel, Fihld. Jusque-là, j'ai toujours écrit « y'a » sans me rendre compte qu'il n'y avait aucune élision.
Mais je suis pour la conservation de l'apostrophe lorsqu'elle sert en fin de mots prononcés à l'oral. Comme ptipilou, je trouve que ça permet de rendre la vivacité de l'oral à l'écrit.
 
Hors ligne Itello # Posté le 06/07/2010 à 18 h 46
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Vous me pardonnerez d’être pointilleux, mais on ne peut pas à la fois refuser « y’a » et croire que « petit déj’ » est plus correct. Car il s’agit exactement de la même chose, une façon de transmettre l’oral à l’écrit.

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne Fihld # Posté le 06/07/2010 à 18 h 56
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
Pas vraiment non. Pour « y’a », il n’y a pas de justification, alors que « petit déj’ » marque la suppression d’une partie du mot. Après, je suis d’accord sur le fait que ça n’est pas le rôle de l’apostrophe (le point abréviatif est plus correct).

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne Rastagong # Posté le 06/07/2010 à 18 h 59
Anciennement Rayman3640
Avatar de Rastagong
Messages : 203
Membres
Itello, en fait, je trouve que dire « y a » à la place de « y'a » permet malgré tout de conserver l'impression d'être à l'oral par l'absence du sujet impersonnel « il ». En revanche, quand tu parles de « petit déj », il ne reste plus rien pour marquer le fait qu'on est à l'oral, et ça donne même l'impression que déj est un vrai mot faisant partie du dictionnaire.

C'est un raisonnement bancal ne s'appuyant sur aucune source ou référence, mais sur la façon dont je ressens les expressions. Rien de justifié, je le sais, mais je continuerai à parler de p'tit déj', sauf si vous trouvez un moyen de retranscrire aussi bien l'oral sans apostrophe. :-°
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 06/07/2010 à 19 h 20
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Moi aussi je dirais que « p’tit déj’ » est une transcription orale (incorrecte peut-être, mais ça montre un style oral), alors que « y’a » n’a aucune raison d’être. « y a une pie dans l’poirier » est très oral mais ne me choque pas. « Quel ptit dej ! », en revanche, me fait sourciller, ce qui n’est pas le cas de « Quel p’tit déj’ ! ».

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Itello # Posté le 06/07/2010 à 19 h 35
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Honnêtement, que ça vous fasse sourciller n’est pas un argument qui risque de me convaincre. Le fait est qu’on cherche dans les deux cas à exprimer l’oral. Et ce n’est pas moi qui le dis mais Grevisse. On ne cherche pas uniquement à marquer une élision, Fihld. Et ce procédé existe déjà, on parle d’apocope, et sans apostrophe. Je ne vois pas en quoi ce serait plus justifié d’utiliser l’apostrophe une fois que l’autre.

Le seul argument pertinent qui a été donné est celui de Rastagong. Et j’y répondrai ainsi : on utilise déjà y a dans des formules interrogatives. L’apostrophe se justifie donc pour exprimer l’oral. Mais ton argument est à double tranchant, « petit déj » exprime déjà une parole orale sans avoir besoin de rajouter une apostrophe.

Le fait qu’une graphie erronée soit entrée dans les mœurs ne la justifie pas.
Modifié le 06/07/2010 à 19 h 38 par Itello

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne Rastagong # Posté le 08/07/2010 à 13 h 03
Anciennement Rayman3640
Avatar de Rastagong
Messages : 203
Membres
Je sais depuis le départ que mon argument n'est pas vraiment recevable, mais je pense que parfois, la langue évolue à partir de certaines fautes. C'est le cas pour le mot « sylvestre » par exemple : en latin, la forêt se dit silva, avec un « i », et c'est à cause d'une erreur de lecture d'un moine copiste que l'on écrit aujourd'hui ce mot avec un « y ». C'est donc une faute, mais elle a tellement été répétée qu'à ce jour, ce n'en est plus une du tout.

Bon d'accord, je suis allé chercher cet argument un peu loin, d'autant plus qu'au Moyen Âge, il n'y avait pas encore réellement de langue française définie par des règles précises, que de nombreux dialectes existaient, etc. Bref, encore une fois, argument non recevable. :-°
Mais tout ce que je veux dire, c'est que si la langue n'acceptait aucune déformation, elle n'évoluerait pas. Or, elle a besoin d'évoluer, et certaines fautes y contribuent. D'ailleurs, l'usage de l'apostrophe en fin de mot est très différent des fautes commises sans but précis. Par exemple, beaucoup de gens utilisent le subjonctif après la conjonction de subordination « après que », mais uniquement par analogie avec « avant que ». Il n'y a donc aucun objectif derrière cette faute, uniquement une méconnaissance de la langue, tandis qu'il y en a un derrière cet usage conflictuel de l'apostrophe (à savoir retranscrire l'oral). Voilà pourquoi je continuerai de l'utiliser.

Note — Après m'être relu, je me suis rendu compte que mon texte pouvait donner l'impression de vouloir déclencher un débat sur l'évolution de la langue ; il n'en est rien. Je souhaite simplement justifier mon emploi de l'apostrophe.

Deuxième note (édition) — En me relisant à nouveau, je me suis rendu compte que je me contredisais puisque l'exemple avec silva ne concerne pas une faute réalisée dans un but précis. Décidément, argument non recevable. :p
Modifié le 08/07/2010 à 13 h 11 par Rastagong
 
Hors ligne Itello # Posté le 08/07/2010 à 14 h 13
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Ah, mais ce n’est pas au singe qu’on apprendra à faire la grimace. ^^

Ce que je veux dire par là, c’est que la tolérance vis-à-vis de graphies plus ou moins correctes, c’est mon dada. Non seulement je soutiens quasiment l’entièreté des rectifications de 1990, mais elles ne sont clairement pas allées assez loin pour moi. Je prône, pour exemple, la tolérance de la graphie « Autant pour moi », qui si elle ne se justifie pas par l’étymologie, et là encore tout le monde n’est pas d’accord, s’est tellement implémentée dans l’uage qu’il paraît parfois surréaliste de la condamner purement et simplement. Je préfère indiquer que l’une des deux graphies est préférable étymologiquement.

Tout ça pour dire que je sais parfaitement qu’une langue est vouée à évoluer, que je sais que l’apostrophe s’est bien insérée pour exprimer un acte oral. Oui, je comprends tous tes arguments et je les trouve très pertinents.

Cependant, je ne peux pas laisser dire que cette apostrophe n’a pas lieu d’être dans le cas d’« y’a » mais a lieu d’être dans le cas de « p’tit déj’ ». Car le rôle de l’apostrophe n’est pas de remplacer l’apocope, elle ne le fait d’ailleurs pas. Personne ne penserait à écrire pro’. Lorsqu’on l’utilise, c’est bel et bien pour exprimer une parole orale. En cela, on ne peut prétendre exiger une condamnation de la graphie « y’a » en s’accomodant facilement des autres graphies.

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne Rastagong # Posté le 08/07/2010 à 15 h 41
Anciennement Rayman3640
Avatar de Rastagong
Messages : 203
Membres
Maintenant, je comprends mieux ce que tu veux dire. C'est une question de cohérence, en fait. Bon, il va falloir que je m'accommode à parler de petit déj alors. ^^
 
Hors ligne Itello # Posté le 08/07/2010 à 15 h 52
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Ou de « p’tit déj’ » si tu le souhaites. Ce ne sera pas extrêmement rigoureux, mais tu ne seras pas le seul à le faire, tant s’en faut. Mais dans ce cas, ne prends pas ta batte de base-ball pour taper sur ton petit camarade qui utilise « y’a ». :p

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne Rastagong # Posté le 08/07/2010 à 17 h 46
Anciennement Rayman3640
Avatar de Rastagong
Messages : 203
Membres
Je n'ai pas (plus ?) de balle de base-ball prévue à cet effet. ^^
 
Hors ligne Havok Novak # Posté le 11/07/2010 à 23 h 18
Vive MM. Mayer, Sencio et Brun
Avatar de Havok Novak
Messages : 151
Membres
Tiens, j'ai une question a priori assez proche : écrire « proc' » (abréviation de « processeur ») revient-il à une faute ? :euh:

     Domaines de compétences

WindowsLinux
XPLinux Mint Debian Edition
8Ubuntu 12.10 « Quantal Quetzal »
SevenArch Linux
 
Hors ligne ptipilou # Posté le 11/07/2010 à 23 h 43
Sus à la faute !
Avatar de ptipilou
Messages : 9549
Groupe : Administrateurs
Lis ce qui figure en haut et au milieu de la page, tu vas trouver !
Toutes les abréviations de ce genre sont concernés par ce qui y est dit.

Cauchemar orthographique (qui a dit sadique ?)
 
Hors ligne Xeron # Posté le 31/07/2010 à 21 h 32
Avatar de Xeron
Messages : 46
Membres
Merci d'avoir fait ce rappel :). Parce qu'effectivement, beaucoup de gens font cette faute. Y a pas si longtemps que ça, je la faisais d'ailleurs.

Quelques bonnes adresses du net ici.
 
Hors ligne Poulpette # Posté le 01/08/2010 à 00 h 17
Avatar de Poulpette
Messages : 3505
Groupe : zAnciens
Ce coup-ci je ne suis pas d’accord avec toi, Itello.

Citation : Itello
Cependant, je ne peux pas laisser dire que cette apostrophe n’a pas lieu d’être dans le cas d’« y’a » mais a lieu d’être dans le cas de « p’tit déj’ ». Car le rôle de l’apostrophe n’est pas de remplacer l’apocope, elle ne le fait d’ailleurs pas. Personne ne penserait à écrire pro’. Lorsqu’on l’utilise, c’est bel et bien pour exprimer une parole orale. En cela, on ne peut prétendre exiger une condamnation de la graphie « y’a » en s’accomodant facilement des autres graphies.

La seule apostrophe dite d’élision qui pourrait être admise avec y a au même titre que celle que l’on utilise avec « déj » ou « mat » serait celle que l’on placerait — et ce n’est pas le cas lorsque les gens commettent la faute — avant le y, ce qui nous donnerait « ’y a ».
Justifiée ou non (et nous sommes tous d’accord pour dire que d’un point de vue strict elle ne l’est pas) l’apostrophe dont nous parlons sert uniquement à supprimer une lettre ou une partie d’un mot. Elle sert donc souvent à doubler une apocope (plutôt qu’une aphérèse… c’est moins courant je crois).
Dans le cas de p’tit l’apostrophe se justifie puisque l’on supprime le e (et comme il ne s’agit ni d’une apocope ni d’une aphérèse il faut bien trouver un moyen de signifier l’élision ; l’apostrophe a donc selon moi tout à fait sa place ici), mais dans le cas de <iitalique>y’a</italique>, même en admettant la faute, cela reste une faute. En effet, il s’agit bien de l’abréviation de la formule il y a, or c’est le il que l’on fait sauter ; du fait un « ’y a » pourrait se comprendre (d’un point de vue logique) mais en aucun cas un « y’a » puisqu’on ne remplace strictement rien entre le y et le a.

La formule « y’a » est donc fausse quoi qu’il arrive.
Modifié le 22/11/2015 à 15 h 50 par Poulpette

« La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas. » (Confucius)
 

Retour au forum Typographie ou à la liste des forums