Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Langue française > Orthographe et grammaire > N'importe > Voir le sujet

N'importe

Singulier seulement ?

Résolu Le problème de ce sujet a été résolu.

Page : 1 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 
Hors ligne ptipilou # Posté le 26/06/2010 à 13 h 45
Sus à la faute !
Avatar de ptipilou
Messages : 9549
Groupe : Administrateurs
Bonjour à tous.

Je me bagarre un peu avec une forme plurielle de l'adjectif interrogatif "quel" à l'emploi de "n'importe".
Pour moi, la conjugaison n'est pas en rapport avec le genre (s'il est possible de lui adjoindre le pluriel) de "quel" puisque "n'importe quels" signifie "il n'importe quels", mais j'ai du mal à voir un pluriel après "n'importe"...

Et vous ?
Merci pour vos contributions. ;)

Cauchemar orthographique (qui a dit sadique ?)
 
Hors ligne tcpc # Posté le 26/06/2010 à 14 h 00
Feu Takeo Otori
Avatar de tcpc
Messages : 86
Membres
J'ai pas vraiment de règles à proposer mais je dirai :
  • N'importe quel (toujours au singulier).
  • N'importe laquelle (toujours au singulier)
  • N'importe lesquelles.


La forme que tu emploies il n'importe quels me laisse perplexe. Je ne pense pas que ça existe. Je pencherai, dans ce cas, pour seulement les formes : il n'importe qu'il/il n'importe qu'elle.
Modifié le 26/06/2010 à 14 h 03 par tcpc
 
Hors ligne Karl Yeurl # Posté le 26/06/2010 à 14 h 01
Maintenant en qualité blu-raie
Avatar de Karl Yeurl
Messages : 3010
Groupe : zAnciens
Salut !

Selon l’Académie.
Citation : Dictionnaire de l’Académie
N'importe, utilisé dans la formation de diverses locutions indéfinies.
1. Suivi de l'adjectif interrogatif quel. N'importe quel, un quelconque. Prenez n'importe quel livre dans ma bibliothèque. N'importe quelle personne sensée pourrait vous répondre. Achetez à n'importe quel prix !


Adjectif interrogatif -> accord permis.

Selon Antidote.
Citation : Antidote
Un X indéterminé, à l’intérieur d’un ensemble déterminé, tel que X ou une autre entité, prise au hasard à l’intérieur de cet ensemble, peut s’appliquer à la situation. N’importe quelle serviette fera l’affaire. N’importe quelles raisons sont bonnes pour lui.


Une fois n’est pas coutume, je n’aime pas la forme plurielle donnée par Antidote, j’aurais écrit « N’importe quelle raison est bonne pour lui. » ; l’exemple est malheureux, puisqu’on a tendance à n’utiliser qu’une seule excuse à la fois. Cependant…

Selon le TLFi.
Citation : TLFi
N'importe quel(le) (adj. indéf.). [Nous] aurions mis en pièces M. de Crébillon fils, ou La Harpe, ou Lafosse, ou n'importe quel autre partisan des unités (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 3). Tâchez avant tout, et par n'importe quels moyens, que Rachel prenne le rôle (FLAUBERT, Corresp., 1847, p. 77). C'est une négresse d'une trentaine d'années c'est-à-dire qu'elle peut avoir n'importe quel âge entre vingt et quarante ans (CAMUS, Requiem, 1956, 1re part., 1er tabl., p. 824) Quelque part, je ne sais pas où, d'une manière ou d'une autre, je ne savais pas comment, par n'importe quels êtres, je ne les connais pas, une bataille, une lutte était livrée, une agonie était subie, qui se développait comme un grand drame ou un morceau de musique... (BAUDELAIRE, Paradis artif., 1860, p. 434).

Voici une kyrielle d’arguments d’autorité. Flaubert et Baudelaire ont trouvé des cas où ça passe parfaitement. :)

Mais le rire cessa, car soudain l'enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s'adosser au mur et leur dit : Me voilà.
V. HUGO

You should totally read my blog. Mon Twitter
 
Hors ligne Fihld # Posté le 26/06/2010 à 14 h 08
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
En revanche, n’importe reste toujours singulier, même s’il est suivi d’un pluriel.

N’importe quelle langue.
N’importe quelles langues.

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne Itello # Posté le 26/06/2010 à 14 h 17
Avatar de Itello
Messages : 1471
Groupe : zAnciens
Mon opinion à ce propos est la même que la vôtre, je préfère vivement le singulier au pluriel.

Mais s’il faut apporter une nuance entre l’usage du singulier et celui du pluriel, je pense qu’utiliser une analogie avec un autre adjectif indéfini ne sera pas inutile pour comprendre. Essayons donc avec tout.

Tout homme est mortel : chacun des hommes est mortel.
N’importe quel homme est mortel.

Tous les hommes sont mortels : les hommes sont mortels, sans exception.
N’importe quels hommes sont mortels.

Notez que cela justifierait parfaitement l’exemple d’Antidote.

Le pluriel semble pouvoir se justifier puisqu’il apporte une certaine nuance. Mais il ne me plaît pas. Il est peu utilisé et surprend donc l’oreille. Son usage semble de plus d’un niveau de langue plus faible au vu de l’analogie que j’ai faite ; quel comble ! :p
Modifié le 26/06/2010 à 14 h 21 par Itello

« Un auteur est peu propre à corriger les feuilles de ses propres ouvrages : il lit toujours comme il a écrit et non comme il est imprimé. » (Voltaire)
 
Hors ligne ptipilou # Posté le 26/06/2010 à 14 h 39
Sus à la faute !
Avatar de ptipilou
Messages : 9549
Groupe : Administrateurs
Vous avez tous (mis à part Tacepic) le même avis que moi, donc.
Le pluriel existe, mais il est malaisé... J'avais consulté nombre de références (dont Le TLFi et l'Académie) mais étais resté sur ma faim...

Zou, le singulier ! ^^
Merci à tous.
Modifié le 26/06/2010 à 14 h 40 par ptipilou

Cauchemar orthographique (qui a dit sadique ?)
 

Retour au forum Orthographe et grammaire ou à la liste des forums