Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Espace public > Énigmes, jeux et devinettes > [Énigme] Particularité de cette phrase > Voir le sujet

[Énigme] Particularité de cette phrase

Page : 1 2 Suivante 
Auteur Message
0 membre et 1 visiteur.
Page : 1 2 Suivante 
Hors ligne Sidahmed # Posté le 14/05/2009 à 00 h 48
Rectificateur
Avatar de Sidahmed
Messages : 752
Groupe : zAnciens
Salut !

Sauriez-vous trouver la particularité de cette phrase ?
Citation : Pas de titre

Servez un whisky à ces deux petits juges blonds qui fument.

Bonne chance !

Score certification Voltaire : 831
Code parrain : NTMPH759
 
Hors ligne Whitecoyote # Posté le 14/05/2009 à 01 h 14
Avatar de Whitecoyote
Messages : 166
Groupe : zAnciens
Hé hé, pas mal... Je laisse chercher, tout le monde n'est pas insomniaque ici ^^
 
Hors ligne Sidahmed # Posté le 14/05/2009 à 01 h 22
Rectificateur
Avatar de Sidahmed
Messages : 752
Groupe : zAnciens
Faut pas oublier le décalage horaire... :-°

Sinon, cette énigme a un rapport avec le français... Je n'en dis pas plus !

Score certification Voltaire : 831
Code parrain : NTMPH759
 
Hors ligne Tess # Posté le 14/05/2009 à 10 h 43
Avatar de Tess
Messages : 256
Membres
Bonjour,
Cette phrase n'utiliserait-elle pas, par hasard, toutes les lettres de l'alphabet ? :-°

Dans le même genre, je vous en propose une autre :
Citation : Pas de titre
Mon vieux théâtre me joue souvent une nouvelle pièce...

Quel est l'interêt de cette phrase ? :)
Modifié le 14/05/2009 à 11 h 03 par Tess

parvaefabulaeinhistoria.over-blog.com
"La vraie faute est celle que l'on ne corrige pas" (Confucius)
 
Hors ligne Xeroth # Posté le 14/05/2009 à 11 h 01
Avatar de Xeroth
Messages : 391
Groupe : zAnciens
Et une possibilité en anglais (la plus connue) :

Citation : Pas de titre
The quick brown fox jumps over the lazy dog.
Modifié le 14/05/2009 à 11 h 01 par Xeroth
 
Hors ligne Tess # Posté le 14/05/2009 à 12 h 25
Avatar de Tess
Messages : 256
Membres
Citation : Pas de titre
Mon vieux théâtre me joue souvent une nouvelle pièce...


Si on ne connait pas l'astuce, c'est difficile. Aussi vais-je donner une autre phrase qui joue le même rôle :p
Citation : Pas de titre
Me voici tout momifié, je suis un nouveau pharaon

parvaefabulaeinhistoria.over-blog.com
"La vraie faute est celle que l'on ne corrige pas" (Confucius)
 
Hors ligne vincent1870 # Posté le 14/05/2009 à 13 h 11
Avatar de vincent1870
Messages : 11437
Groupe : Administrateurs
C'est l'ordre des planètes ça. :) Moi je connaissais « Mon vieux théatre m'a joué son unique nouvelle pièce » (ouais ça veut rien dire je sais), et « Monsieur vous travaillez mal ; je suis un nouveau professeur » (que je préfère).

PS : avec la dixième planète, va falloir changer, mais vu son nom ça va être difficile. ^
Modifié le 14/05/2009 à 13 h 11 par vincent1870

Président de l’association Corrigraphie, structurant et soutenant les activités du site.
Développeur et contributeur au code source du site.
 
Hors ligne Fihld # Posté le 14/05/2009 à 16 h 59
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
Sans compter sur la relégation de Pluton au titre de planète naine ce qui n'en fait plus une planète à proprement parler.
Dans le même genre, on a le bouquin La Disparition qui n'utilise pas une seule fois la lettre « e » qui est pourtant la plus courante dans la langue française (je ne me souviens malheureusement plus de l'auteur). Le plus dingue est qu'il a été traduit en anglais suivant la même règle.

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne vincent1870 # Posté le 14/05/2009 à 17 h 07
Avatar de vincent1870
Messages : 11437
Groupe : Administrateurs
Mon prof de français nous en avait parlé de celui-là. Il avait aussi parlé d'un livre qui n'est qu'un énorme palindrome (énorme ça aussi !).

Président de l’association Corrigraphie, structurant et soutenant les activités du site.
Développeur et contributeur au code source du site.
 
Hors ligne Fihld # Posté le 14/05/2009 à 17 h 09
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
Ça doit être assez spécial à lire, les palindromes n'ayant souvent que peu de sens. ^^

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne Tess # Posté le 14/05/2009 à 17 h 46
Avatar de Tess
Messages : 256
Membres
" La disparition" est un roman en lipogramme de Georges Perec écrit en 1969. ;)

Et un petit palindrome pour illustrer le propos :p :
Citation : palindrome
Esope reste ici et se repose.
Modifié le 14/05/2009 à 18 h 20 par Tess

parvaefabulaeinhistoria.over-blog.com
"La vraie faute est celle que l'on ne corrige pas" (Confucius)
 
Hors ligne Fihld # Posté le 14/05/2009 à 18 h 20
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
Merci bien, le nom m'avait échappé. Pour ceux qui voudraient lire un petit extrait, rendez-vous ici.

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne Sidahmed # Posté le 15/05/2009 à 00 h 25
Rectificateur
Avatar de Sidahmed
Messages : 752
Groupe : zAnciens
Salut !

Bravo ! Apparemment, c'est simple et connue, vous avez rapidement trouvé la solution. Voici un autre texte à décrypter.
Citation : Pas de titre

Au bal costumé, des enfants facétieux gambadaient, hilares, infatigables. Joyaux kaléidoscopiques, lampions multicolores nous offraient partout quelque resplendissant spectacle. Titubant, un vénérable wagonnier xanthoderme y zigzaguait.

Et le voici, le fameux grand palindrome de l'oulipien Georges Perec :
Citation : Pas de titre

Trace l'inégal palindrome. Neige. Bagatelle, dira Hercule. Le brut repentir, cet écrit né Perec. L'arc lu pèse trop, lis à vice-versa.
Perte. Cerise d'une vérité banale, le Malstrom, Alep, mort édulcoré, crêpe porté de ce désir brisé d'un iota. Livre si aboli, tes sacres ont éreinté, cor cruel, nos albatros. Être las, autel bâti, miette vice-versa du jeu que fit, nacré, médical, le sélénite relaps, ellipsoïdal.
Ivre il bat, la turbine bat, l'isolé me ravale : le verre si obéi du Pernod -- eh, port su ! -- obsédante sonate teintée d'ivresse.
Ce rêve se mit -- peste ! -- à blaguer. Beh ! L'art sec n'a si peu qu'algèbre s'élabore de l'or évalué. Idiome étiré, hésite, bâtard replié, l'os nu. Si, à la gêne secrète verbe nul à l'instar de cinq occis--, rets amincis, drailles inégales, il, avatar espacé, caresse ce noir Belzebuth, ô il offensé, tire !
L'écho fit (à désert) : Salut, sang, robe et été.
Fièvres.
Adam, rauque; il écrit : Abrupt ogre, eh, cercueil, l'avenir tu, effilé, génial à la rue (murmure sud eu ne tire vaseline séparée; l'épeire gelée rode : Hep, mortel ?) lia ta balafre native.
Litige. Regagner (et ne m'…).
Ressac. Il frémit, se sape, na ! Eh, cavale! Timide, il nia ce sursaut.

Hasard repu, tel, le magicien à morte me lit. Un ignare le rapsode, lacs ému, mixa, mêla :
Hep, Oceano Nox, ô, béchamel azur ! Éjaculer ! Topaze !
Le cèdre, malabar faible, Arsinoë le macule, mante ivre, glauque, pis, l'air atone (sic). Art sournois : si, médicinale, l'autre glace (Melba ?) l'un ? N'alertai ni pollen (retêter : gercé, repu, denté…) ni tobacco.
Tu, désir, brio rimé, eh, prolixe nécrophore, tu ferres l'avenir velu, ocre, cromant-né ?
Rage, l'ara. Veuglaire. Sedan, tes elzévirs t'obsèdent. Romain ? Exact. Et Nemrod selle ses Samson !
Et nier téocalli ?
Cave canem (car ce nu trop minois -- rembuscade d'éruptives à babil -- admonesta, fil accru, Têtebleu ! qu'Ariane évitât net.
Attention, ébénier factice, ressorti du réel. Ci-gît. Alpaga, gnôme, le héros se lamente, trompé, chocolat : ce laid totem, ord, nil aplati, rituel biscornu; ce sacré bédeau (quel bât ce Jésus!). Palace piégé, Torpédo drue si à fellah tôt ne peut ni le Big à ruer bezef.
L'eugéniste en rut consuma d'art son épi d'éolienne ici rot (eh… rut ?). Toi, d'idem gin, élèvera, élu, bifocal, l'ithos et notre pathos à la hauteur de sec salamalec ?
Élucider. Ion éclaté : Elle ? Tenu. Etna but (item mal famé), degré vide, julep : macédoine d'axiomes, sac semé d'École, véniel, ah, le verbe enivré (ne sucer ni arrêter, eh ça jamais !) lu n'abolira le hasard ?
Nu, ottoman à écho, l'art su, oh, tara zéro, belle Deborah, ô, sacre ! Pute, vertubleu, qualité si vertu à la part tarifé (décalitres ?) et nul n'a lu trop s'il séria de ce basilic Iseut.

Il a prié bonzes, Samaritain, Tora, vilains monstres (idolâtre DNA en sus) rêvés, évaporés :
Arbalète (bètes) en noce du Tell ivre-mort, émeri tu : O, trapu à elfe, il lie l'os, il lia jérémiade lucide. Petard! Rate ta reinette, bigleur cruel, non à ce lot ! Si, farcis-toi dito le coeur !
Lied à monstre velu, ange ni bête, sec à pseudo délire : Tsarine (sellée, là), Cid, Arétin, abruti de Ninive, Déjanire..
Le Phenix, eve de sables, écarté, ne peut égarer racines radiales en mana : l'Oubli, fétiche en argile.
Foudre.
Prix : Ile de la Gorgone en roc, et, ô, Licorne écartelée,
Sirène, rumb à bannir à ma (Red n'osa) niére de mimosa :
Paysage d'Ourcq ocre sous ive d'écale;
Volcan. Roc : tarot célé du Père.
Livres.
Silène bavard, replié sur sa nullité (nu à je) belge : ipséité banale. L' (eh, ça !) hydromel à ri, psaltérion. Errée Lorelei…
Fi ! Marmelade déviré d'Aladine. D'or, Noël : crèche (l'an ici taverne gelée dès bol…) à santon givré, fi !, culé de l'âne vairon.
Lapalisse élu, gnoses sans orgueil (écru, sale, sec). Saluts : angiome. T'es si crâneur !

*
* *

Rue. Narcisse ! Témoignas-tu ! l'ascèse, là, sur ce lieu gros, nasses ongulées…
S'il a pal, noria vénale de Lucifer, vignot nasal (obsédée, le genre vaticinal), eh, Cercle, on rode, nid à la dérive, Dédale (M.. !) ramifié ?
Le rôle erre, noir, et la spirale mord, y hache l'élan abêti : Espiègle (béjaune) Till : un as rusé.
Il perdra. Va bene.
Lis, servile repu d'électorat, cornac, Lovelace. De visu, oser ?
Coq cru, ô, Degas, y'a pas, ô mime, de rein à sonder : à marin nabab, murène risée.
Le trace en roc, ilote cornéen.
O, grog, ale d'elixir perdu, ô, feligrane! Eh, cité, fil bu !
ô ! l'anamnèse, lai d'arsenic, arrérage tué, pénétra ce sel-base de Vexin. Eh, pèlerin à (Je : devin inédit) urbanité radicale (elle s'en ira…), stérile, dodu.
Espaces (été biné ? gnaule ?) verts.
Nomade, il rue, ocelot. Idiot-sic rafistolé : canon ! Leur cruel gibet te niera, têtard raté, pédicule d'aimé rejailli.
Soleil lie, fléau, partout ire (Métro, Mer, Ville…) tu déconnes. Été : bètel à brasero. Pavese versus Neandertal ! O, diserts noms ni à Livarot ni à Tir ! Amassez.
N'obéir.
Pali, tu es ici : lis abécédaires, lis portulan : l'un te sert-il ? à ce défi rattrapa l'autre ? Vise-t-il auquel but rêvé tu perças ?
Oh, arobe d'ellébore, Zarathoustra! L'ohcéan à mot (Toundra ? Sahel ?) à ri : Lob à nul si à ma jachère, terrain récusé, nervi, née brève l'haleine véloce de mes casse-moix à (Déni, ô !) décampé.
Lu, je diverge de ma flamme titubante : une telle (étal, ce noir édicule cela mal) ascèse drue tua, ha, l'As.
Oh, taper ! Tontes ! Oh, tillac, ô, fibule à rêve l'Énigme (d'idiot tu) rhétoricienne.
Il, Oedipe, Nostradamus nocturne et, si né Guelfe, zébreur à Gibelin tué (pentothal ?), le faiseur d'ode protège.
Ipéca… : lapsus.
Eject à bleu qu'aède berça sec. Un roc si bleu ! Tir. ital. : palindrome tôt dialectal. Oc ? Oh, cep mort et né, mal essoré, hélé. Mon gag aplati gicle. Érudit rosse-récit, ça freine, benoit, net.
Ta tentative en air auquel bète, turc, califat se (nom d'Ali-Baba !) sévit, pure de -- d'ac ? -- submersion importune, crac, menace, vacilla, co-étreinte…

Nos masses, elles dorment ? Etc… Axé ni à mort-né des bots. Rivez ! Les Etna de Serial-Guevara l'égarent. N'amorcer coulevrine.
Valser. Refuter.
Oh, porc en exil (Orphée), miroir brisé du toc cabotin et né du Perec : Regret éternel. L'opiniâtre. L'annulable.
Mec, Alger tua l'élan ici démission. Ru ostracisé, notarial, si peu qu'Alger, Viet-Nam (élu caméléon !), Israël, Biafra, bal à merde : celez, apôtre Luc à Jéruzalem, ah ce boxon! On à écopé, ha, le maximum !

Escale d'os, pare le rang inutile. Métromane ici gamelle, tu perdras. Ah, tu as rusé! Cain! Lied imité la vache (à ne pas estimer) (flic assermenté, rengagé) régit.
Il évita, nerf à la bataille trompé.
Hé, dorée, l'Égérie pelée rape, sénile, sa vérité nue du sérum : rumeur à la laine, gel, if, feutrine, val, lieu-créche, ergot, pur, Bâtir ce lieu qu'Armada serve : if étété, éborgnas-tu l'astre sédatif ?
Oh, célérités ! Nef ! Folie ! Oh, tubez ! Le brio ne cessera, ce cap sera ta valise; l'âge : ni sel-liard (sic) ni master-(sic)-coq, ni cédrats, ni la lune brève. Tercé, sénégalais, un soleil perdra ta bétise héritée (Moi-Dieu, la vérole!)



Déroba le serbe glauque, pis, ancestral, hébreu (Galba et Septime-Sévère). Cesser, vidé et nié. Tetanos. Etna dès boustrophédon répudié. Boiser. Révèle l'avare mélo, s'il t'a béni, brutal tablier vil. Adios. Pilles, pale rétine, le sel, l'acide mercanti. Feu que Judas rêve, civette imitable, tu as alerté, sort à blason, leur croc. Et nier et n'oser. Casse-t-il, ô, baiser vil ? à toi, nu désir brisé, décédé, trope percé, roc lu. Détrompe la. Morts : l'Ame, l'Élan abêti, revenu. Désire ce trépas rêvé : Ci va ! S'il porte, sépulcral, ce repentir, cet écrit ne perturbe le lucre : Haridelle, ta gabegie ne mord ni la plage ni l'écart.

Si quelqu'un a le courage de lire ce long texte, merci de nous faire un petit résumé de ce qui raconte ce talentueux écrivain ! :p

Bonne fin de soirée ! :)
Modifié le 15/05/2009 à 00 h 30 par Sidahmed

Score certification Voltaire : 831
Code parrain : NTMPH759
 
Hors ligne Tess # Posté le 15/05/2009 à 12 h 03
Avatar de Tess
Messages : 256
Membres
Bonjour,
Il y a même une suite à la phrase proposée ;) :
Citation : Pas de titre
Yogis xénophiles, wattmen vaniteux, unis temporairement, sirotaient, rêveurs. Quand, promeneurs obscurs, nous musardions, la kermesse joyeuse immortalisait héros grecs, farfadets et danseurs chinois bizarrement accoutrés.
Jacques Pépin

C'est ce qu'on appelle un abécédaire romancé ! :)

Pour en revenir à Perec, c'est un exercice de style, il a dû y passer beaucoup de temps, c'est sûr. Bref une curiosité linguistique. Ce n'est pas pour autant que la lecture en est intéressante... :-°

parvaefabulaeinhistoria.over-blog.com
"La vraie faute est celle que l'on ne corrige pas" (Confucius)
 
Hors ligne Guillawme # Posté le 15/05/2009 à 13 h 55
Avatar de Guillawme
Messages : 3258
Groupe : zAnciens
Bon sang, ça un palindrome ?!
Je le crois sur parole, mais c'est assez dingue. o_O
 
Hors ligne Fihld # Posté le 15/05/2009 à 22 h 13
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
Ça reste assez... spécial à lire. ^^
Je n'ai pas eu le courage de tout lire, mais ce que j'ai parcouru est anthologique.

Citation : Georges Perec
Etna dès boustrophédon répudié.

Je jure de ne plus m'en vouloir pour mon prochain cafouillage. o_O

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne Ziame # Posté le 17/05/2009 à 11 h 20
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar de Ziame
Messages : 11523
Groupe : Administrateurs
Ce palindrome me laisse pantois je dois avouer...

Ca me fait penser qu'on pourrait même faire un billet sur cet exercice de style, ça pourrait être sympathique d'en regrouper plusieurs à un même endroit. :)

Si vous aimez écrire et que vous avez des choses à dire sur l'un des thèmes que couvre notre blog, n'hésitez pas ! ;)
 
Hors ligne Fihld # Posté le 17/05/2009 à 11 h 22
tokiponized
Avatar de Fihld
Messages : 2646
Groupe : zAnciens
Voire même faire un petit concours, on n'a pas fait beaucoup de choses où tout le monde pourrait proposer sa création je crois (mis à part les jeux du forum). Ça pourrait être sympa et on aurait des résultats assez marrants, non ?

« Le vice est aussi nécessaire dans un État florissant que la faim est nécessaire pour nous obliger à manger. Il est impossible que la vertu seule rende jamais une Nation célèbre et glorieuse. » — Bernard Mandeville.
 
Hors ligne Ziame # Posté le 17/05/2009 à 11 h 57
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar de Ziame
Messages : 11523
Groupe : Administrateurs
Oui bonne idée, je ne sais pas si on aurait beaucoup de participants mais ça peut valoir le coup d'essayer. :)

Il faut juste trouver un sujet précis.

Si vous aimez écrire et que vous avez des choses à dire sur l'un des thèmes que couvre notre blog, n'hésitez pas ! ;)
 
Hors ligne lulu31 # Posté le 01/09/2009 à 19 h 17
Avatar de lulu31
Messages : 301
Membres
bonjour,
vous saviez que le palindrome que georeges perec a fait contient 1247 mots ? vous pouvez compter si vous voulez :lol:
en 2004, un palindrome de 2119 mots a été crée :

Secret (cliquez pour afficher)
Parti du relégitimé, l’émoi d’illettrés se dénudera de radotages. Ave Maria, jumelage codétenu à ton essor, Genet idéaliserait sa lèvre. Ce dégât, râpé de mer, accosté - par après, il a viré - te roda l’optimal listage, le Civil. Ô joie au Y et s’il en use, utérus, salut à toi, nudiste et si l’Audiard ne t’éjecte, récuse ton urbanité – ipséité, ça fédère mal. Hanoi t’a régi, brevet love-rival. Euh, ce départ t’a ralenti ?
Ô crâne dégarni, magnifique félicité, use du rap aliéné. Bat-on ce sergent rom, aussi l’amer réaliste, sexe vêtu ?
T’es sec, ce méga taré, même las, Lee, tu as limé. Elle berce Melun et erre. Mal raplati, redémarre, il bat la mesure-Lido d’Évian et t’éclopera godasse, révolte. Cornet pur, banal remède, l’aromate écarte, redouté.
Vice-versa, sus au qat, t’autonomise-t-il à ta façon, notable érudit, nanar, été acté en recueil ? Elle va, racolage, ne s’épate-t-elle pas, réversibilité, souverain et ami, l’Auvergnate ? Le désaveu qu’on imite baisse, utile gnaule, verve, il engagera l’acariâtre Pol à Geu. Que valider : crème, lard, repli ?
Viva le taxi, dorez-en ! I am, ha, tu es, il a ! « Général camisard » répète le taliban râblé. Si, mate ça, la prise de tête : mitigé, le Dalaï-Lama se résigna, yeti.
Nul ne se dira San-A ! Nase barasta-rime, secrets, étalages ineptes, sabir attesté jeunet, elle t’atténua.
Tu avales Laval, si, Aerton Senna, tu traces sur Évère, j’avise, tape-cul alien, éloges à ton art, amuse-toi, pèlerin esseulé.
Et toc, samedi protège, il a l’âge. Ce Sergi, amer, déçu de ta dot puérile, a cassé l’pot. Ne rime guêpes. Œdème rêche not to L.A. from Nice de mec à saper. Tout sang ocré, félidé italien, à perte le fric. Rions et s’il se - délit ! - nacre mal, lit avec rage, sou trivial, éjacule dur, balanite made in orifice rénal, pore, aérage ! Et parle !
L’Eden m’a durci, drame canin en réclame. Les opiacés rapportés, il a rompu. Calcul net abyssal, tapote ça et rue. Hexaèdre me dératise, rage dialectale me déride l’issue utérine.
Ebay a périclité : sûre Mustang américaine B. lucrative, kimono, bikini, drap, carats, diam, rabe d’un tarot, céleri-Melba.
Malbâti, bronzé, Pol le basané radine. Ce dada redore. Palâtre se dédise l’aisselle.
Rémi altère le but. Super été, le dégazage de soute flaira ton cas. Si, Matelot, elle m’a, gasoil-plage, elle terra. Je tropicalise Râ l’Odéon, elle m’a mérité. Le bec tente ces litres en Isère et Cali-Medellin avec algèbre. Hasard amarré sur ce léger regel, as, arc émergé né du ressac, artiste tel Perec, arase le mal ce soir et s’il a l’zéro féru, le fera-t-il, ce bac à mot sexuel, lire par Eric ? Anissa commue l’Opus Dei, pas une vers toi.
Diego de la Véga, vil, cibla au rapport : E.L.F., F.I.S, sale H.I.V. Renégats ou décédés, sera-ce nullité ? Me scrute-t-il en observant nos sens ? Et si Rita sert au Q.G., agneau, Messire, était Raps Alain. Le « ah » parte en notes, en sol et ré, la.
Le café, ça freine, si l’âne peine, gelons ionisés. Ne plie pas, Noé, le papelard n’axe là. Autre mire, périmètre, nielle, erreurs. Reverse le brut réparé pour si peu qu’on - insère-t-il l’autel bâti ? - m’initiât. Écrase ce valet, tu l’as nui. Cinéma, sidérale javeline, brio, sel et appareil pare-feu.
Par telle ruse d’ici, Mohammed n’amortit - épistèmê non-ratifiable, icône née d’Islam - no Tanger, not Alger … Ria, le minaret : Emir, révèle ta gêne, récit, sujet nié, recrute la sueur. Néolocal animalier à Pau, Gardel le mac - essor ? galère ? - mat en rut - con ? - M.T.V. pocket size. Par tel zélateur ébarbez-le ! Crame, vil Nestor !
Là, naturel, semer ce désir perdu. Ah, ça suffit. Ah, ces totems ! Agronome doré, avenue. Jamais reçu à Xérès : sel, baril à paroles, rêve de jadis. Elle me fera gicler bâclage, rudesse raciste, elle me fera mal à crever. Ca turbule, exil orphelin, remèdes.
Servile en toi, farcis une urne. Le P.S. - dogme ni menotté, ni névrosé, R.T.T. - se ligature. Brel a géré le trac établi. Zen, Ame, Loi, Vertu. Entubé de désir, ce vil aselle se vida. La méga-rétro alerte tue. Parer, reset, reçu sténo secret. Curé Sorel semi-autiste, juste. Mondial I.T.T., on émet Télé-Morue, trop ! Parti du R.E.R, on étripa. Tel le magnéto, le con ignore si le laser U.V. rendra déridé. Lupanar, asile, harem, I am not avec Ami Lévi, consul Perès. Il entérine : Vade retro mâle, été fatal ! Cette étagère fit sept sesterces.
Yvan, à la fin, a mal amianté, il n’a laissé là, demi-bas, ni le velu outsider, ni l’écrevisse licite.
Oh, ce laid arrêt … Epave tsigane, mate ça, le genre. Va, Camel, bat ce Jésus paludéen. Une maxime, le rite sévit, camelot. Si Farid, nul n’a vidé ce lit, unité égarée, bave, sue, mercenaire, lavette, cérumen ! Il a clamé, titres niais en main, or à camelot, édite Feria Nîmes. Tralala éditeur de Rio t'a lu ça ? J'en ai demain. Usuel, cossu, Colbleu te prépare.
Pol, no time. Drapé du titre « ça, le si mini », Metro-Media relate, le ça frustré se délite, ranime le tissu érogène. Suce-sedergine. Djerba, la photo, la fête, la noce, la mémé : séniles.
Avide juderia, nul n’a lésiné, déicide Mahomet, idem. Mami l’écartela, donc il céda. Tu obéis. Porc, Amiral inapte, Toni Martel le Bernois accosta. Bec évasé, le tube d’ici gerba. Banni, Ali vise le GI. Si Omar y trame l’aridité, Setim renomme la Sûre. J’ai bu, aber à morues.
Sape le tir bas à pet né de l’enfer, bête à lier, ovin morose. Verset relu, ce rebut né de rut nié cala. Et tu l’as averti. Le bazar, air à la masse, part. Asservi et l’axe rusé, j’actai par l’âne. Vise le top à ce jeu. Trèves – il a peu lavé – dodues.
Prise d’otage. Déni, brutalité.
Eh ça, ça se réalisa, Père ? L’agent éclaté du GIA élucide ? Fi, terni, tu l’arrêtes ? Et, Si Raza l’islamiste nia la rue, tua l’auteur Alain ? Et si mal, si lazariste, se terra, lutin rétif. Edicule aigu de talc. Et ne galère pas, il aère sa cache et il a turbiné.
Dégât, ô désir pseudo-dévalué, pâli, s’évertue, je capote. Le si vénal rapiat. ça, je surexalte, ivres satrapes, sa malaria. Raza, belître, va, sa lutte à la ceinture d’entubé reculer tes rêves. Or, omnivore, il a été bref. Ne l’édente pas, abrite le passeur Omar ébaubi.
A Jérusalem, mon ermite Seti dira : le martyr a moisi, gelé, si vilain. Nabab régicide, bute-les avec ébats. Occasion rebelle, traminot, et pan! Il a ri. Macropsie, boutade, clic, nodale trace. L’Imam médite, Mohamed ici édenise l’an lunaire du jedi vaseliné. Sème ma leçon à l’été falot. Oh, palabre, j’dénigre des écus en ego, réussite. Le minaret, île, désert, surface létale raide morte, minimise la certitude par demi-ton.
L'opéra perpétuel, blocus, socle U.S. uni à médiane jaculatoire, dru et idéal à l'art, séminaire fétide, tôle, macaroni. Amnesia insert item. Alcaline mûre, cette valériane crémeuse va béer. Agé et inutile, ce divan lundi rafistolé m’active, s’étire, le mixa menu.
Née du lapsus éjectable, ma caverne gela, cet aménagiste va péter, radial écho. Et ici lessiver ce lin. Redis-tu où le vélin s’abîme, D’Alès ? Si … Alan Li et Naïma, la manif à la Navy. Secret s’est pestiféré, gâté et t’éclata. Fêtée, la mort, ère d’avenir…et ne lisère plus, nocive limace !
Va-t-on m’aimer ? Ah, Eli, Sara n’a pu le dire. Dard, nervure, sale liseron, gin, ocelot en gamelle, tapir, ténor, érudit, rapporteur, omelette, Menotti, laid nom, et sujet. Si tu aimes l’Eros, éructer ce son et sucer te serrera peut-être l’aorte. Rage maladive, selle, salive, crise de début neutre, viol, émanez ! Il bat.
Écarteler, égaler Béru-tag ? Il est trésor, venin … et ton Eminem, Godspel en rue nu (Sic). Rafiot, née l’ivresse de mer, Nil, eh prolixe élu brut, âcre ver, calamare femelle. Et si …Caresse du régal, Cabrel, cigare, femelle,… Sida, je déverse l’or à pâlir, à blesser, exaucer. Siam, à jeun, Eva érode mon orgasme tôt. Sec, hâtif, fusa chaud. Reprise de crèmes le rut anal. Rots en live, Marcel zébra Béru. Étalez le trapéziste K.C. op V.T.M. Nocturne, ta mère, la grosse Camel, le dragua pareil à Mina. La colo en rue usa le turc éreinté.
Justice renégate, lever rime, te ranime l’air. Régla-t-on ? Régna-ton ? « Mal sidéen en O, ciel bai » fit Arno. N’émet si petit roman d’Emma, « Homicide sur elle trapue ». Fer à plier appâté. Le soir béni leva. Je la redis ? Amen. Ici, un salut tel « ave César », c’était inimitable.
Tu allitéres « Ninouque Pis ». Ru opéra perturbe les revers. Ruer, réelle, inerte mire, périmer tua Alexandra. Le pape Léon sapé, il pense, si « no is no », le génie pénalise, nier face-face l’alerte. L’os ne s’étonne et Raphaël nia la Spartiate. Eris se mua en gag.
Quatre satiristes nés sont navrés, bon. Élite, turc, sème-t-il ? Lune, caresse de ce duo, stage nervi hélas sifflé, trop paru. A Albi-clivage, va le doge. Idiots revenus à pied. Sup oléum mocassin à cirer à périlleux estomac à bec, lit à refêlure, forez la listériose ! clame-le, Sara ! Ce replet et si tracassé rude nègre m’écrasa.
Léger regel écru serra madras à herbe, glace vanille demi-lactée, résine. Sert-il, sec et net, ce bel étire-mamelle, Noé ? Do, la ré, si, la, ci, porte-jarretelle égal pli. Os à gamelle, tôle, tamis, sac notarial, fétu osé, dégazage délétère, pus-tu bêler et l’aimer ? Elles, si ! Alési de désert, à l’apéro, dérada de ce nid, Arenas Abel Lopez n’orbita, blâmable mire.
Lectorat nu de barmaid ? Starac, pardi : Niki, Bono, Mike Vitar cul-béni à cire, magnats, umérus… Et il cire p@ya.be. En ire, tu eus si le dire démêlât ce lai de gare si taré de merde.
Axe heurté à ce top, Atlas s’y bat en Luc, la Cup moralise trop, parsec. Ai posé le mal cerné, Nina, ce mardi cru.
Damned, Elel rapte, égare aéroplane, récif, ironie. Dame Tina, la bru de Luca, je l’ai, virtuose garce.
Va-t-il, là mercantile, des listes noircir ? Fêlé, trépané, il a tiédi le fer. Cognas-tu, ô trépas, à ce médecin morfal, Otton ? Eh, ce remède ose peu gémir en topless à ça. Élire ? Up to date, du cèdre maigre sec égal à Liège, torpide mascotte élue S.S. en ire.
« Lépiote, Sumatra » nota Ségolène, il a lu ce patési. Va, je rêve russe car tu tannes notre ais. La valse la vaut au net. T’a-t-elle, ténue jet-set, tari ?
Basset, pénis égal à tester ces émirats arabes à nanas arides ? En l’unité Yang is Ères , Amalia l’a délégitimé. Tête de sir Palace t’a mis El Barnabi. La télé te perdra si Mac Laren égalise ! Utah-Maine : zéro - dix à Tel-Aviv. Il perdra le mercredi.
L’aveu que galoper taira ça, la regagne. Lièvre velu, Angéli, tu es si abêti, Minou, que vase de l’étang revu à Lima !
Ténia revu, ose-t-il, ibis, rêver ? Sa pelle te tape, Sénégal, ô Caravelle, lieu cerné et caetera … Nanti du réel bât, on noça, fatalité ? Si, Mono, tu attaquas, usas, rêve ci-vêtu, ode retracée, ta morale de merlan abrupt en roc et lover-ès-sado.
Gare Pol, cette naïve d’Odile ruse mal. Tablier, rame de rital. Par la mer retenu, le mec rebelle, Émil, saute Elsa, le même ratage, mec ! Cesse, tu te vexes.
Et s’il a erré, mal issu, à mort nègre sec, nota bene, il a paru désuet. Ici, le feu - Q.I., fin gamin, rage de narcoït - ne la rattrape déchue, la virevolte – verbigération, ah… La mère de facéties piétina Bruno.
Te sucer … et ce, je tendrai. Dualiste et si… d’un iota, tu l’as ! Sûre, tu es une liste : Y.U.A.E.I.O… Joli, vice-légat, s’il la mit, Pol adore te rivaliser : parapet, soc, carême de partage de cervelas, tiare.
S’il a édité, « Negros » se nota un été d’Oc, égal, ému, j’ai ramé, va … Segato, dare-dare, d’une, dessert tel l’idiome, le mitigé, l’érudit rap …

courageux sera celui qui le lira et le comprendra !

et voici une (trop?) longue liste de palindromes français :

1. noms communs :

Secret (cliquez pour afficher)
Tous ces mots figurent dans L'Officiel du jeu Scrabble, sauf les acronymes CFC (pour chlorofluocarbone), SOS et TNT qu'on trouve dans les dictionnaires usuels.

aa, un type de lave
ada, un langage de programmation en informatique
aga, un dignitaire musulman
alla, du verbe aller
ana, recueil de bons mots
anona, arbre fruitier de l'Amérique tropicale
ara
asa, une ancienne échelle de sensibilité, en photographie
aviva, passé simple du verbe aviver
axa, passé simple du verbe axer
bob, un chapeau mou, ou familièrement un bobsleigh
cfc
elle
ère
erre, terme de marine ou présent du verbe errer
essayasse, subjonctif imparfait du verbe essayer
esse, un crochet en forme de S
été
étête, présent du verbe étêter
eue, participe passé du verbe avoir
faf, familièrement un fasciste
gag, une histoire drôle
ici
kanak
kayak
kazak
lebel, un fusil de petit calibre
lol
malayalam
nanan, un met excellent
nauruan
non
oxo, un adjectif employé en chimie pour qualifier un procédé de synthèse donnant des composés oxygénés
pep, familièrement du dynamisme
pop
qazaq, autre orthographe de kazakh.
radar
réer, pousser son cri en parlant du cerf
réifier
ressasser
retâter, familièrement tâter de nouveau
rêver
rotor
sagas, pluriel de saga
salas, passé simple du verbe saler
sanas, pluriel de sana, abréviation de sanatorium
sapas, passé simple du verbe saper
sas, un tamis
sassas, passé simple du verbe sasser
selles, pluriel de selle ou présent du verbe seller
semâmes, passé simple du verbe semer
sémèmes, pluriel de sémème, ensemble des sèmes constituant le sens d'un mot
sèmes, pluriel de sème ou présent du verbe semer
sénés, pluriel de séné
sennes, pluriel de senne
sérés, pluriel de séré
serres, pluriel de serre ou présent du verbe serrer
ses
sèves, pluriel de sève
sexes, pluriel de sexe
shahs, pluriel de shah
sidis, pluriel de sidi
sis, en droit, adjectif synonyme de situé, participe passé du verbe seoir
snobons, présent du verbe snober
solos, pluriel de solo
sonos, pluriel de sono
sos, un signal de détresse
stats, pluriel de stat, abréviation de statistique
stots, pluriel de stot, minerai laissé sur place pour protéger une installation
sus, un ancienne interjection
taggât, subjonctif imparfait du verbe tagger, faire un tag
talât, subjonctif imparfait du verbe taler, meurtir (un fruit)
tallât, subjonctif imparfait du verbe taller
tannât, subjonctif imparfait du verbe tanner
tapât, subjonctif imparfait du verbe taper
tarât, subjonctif imparfait du vebre tarer
tassât, subjonctif imparfait du verbe tasser
tatât, subjonctif imparfait du verbe tater
taxât, subjonctif imparfait du verbe taxer
têt, nouvel an vietnamien, ou une coupelle en terre utilisée en chimie
tnt
tôt
tut, passé simple (tut) ou subjonctif imparfait (tût) du verbe taire


2. les noms propres :

Secret (cliquez pour afficher)
Prénoms
Ada
Anna
Awa
Aya
Aziza
Bob
Ève
Hannah
Maram
Natan
Nosson
Otto
Villes
Aia ( ou Aya )
Ana
Ava
Callac
Ede
Esse
Èze
Laval
Noyon
Qaanaaq
Sarras
Sées
Senones
Serres
Sis
Sos
Sus
Rivières
Adda
Emme (un affluent de l'Aar)
Erdre
Nozon
Têt
Plusieurs cours d'eau d'Europe se nomment Aa
Divers
ABBA, groupe de musique suédois
Aza, groupe de musiciens multi-ethnique berbère et américain
Odo, personnage de Star Trek
Ubu, personnage créé par Alfred Jarry
Xamax, club de football de la ville de Neuchâtel
Xanax , médicament de la catégorie des anxiolytiques, indiqué pour les angoisses fortes, les anxiétés, peut aussi être prescrit pour le sevrage alcoolique.

3. phrases palindromes :

Secret (cliquez pour afficher)
À Cuba, Anna a bu ça. (Gérard Durand)
À l'autel elle alla, elle le tua là.
À Laval, elle l'avala. (Michel Laclos)
À l'émir, Asimov a vomi sa rime, là. (Renaud Joseph)
À l'ergonome rusé, mesure mon ogre là. (Dominique Bergeron)
À l'étape, épate-la ! (Louise de Vilmorin)
À Noël, elle te traça la carte, telle Léona. (David P. Massot)
Ainsi Anaïs nia.
As, sa carte te tracassa. (Florent Duffez)
Aye Luc, super crépuscule. Ya ! (Andrew Choinière)
Bon sport, trop snob.
Car, tel Ali, il a le trac.
Caser vite ce palindrome ne mord ni lape cet ivre sac. (Matthieu Godbout)
Caserne, genre sac. (Luc Étienne)
Variations par Georges Perec :
Ce repère, Perec.
Ce reptile lit Perec
Ce reptile relit Perec
Ce satrape repart à sec. (Pierre Bailly)
C'est sec. (Roger Cornaille)
Edi, parti une nuit rapide. (Matthieu Soulier)
Eh ! ça va la vache ? (Louise de Vilmorin)
Eh, ce lac né en calèche. (Jacques Bens)
Élisa, rude, lava le dur asile.
Elle amène Maëlle. (Renaud Joseph)
Élu par cette crapule. (Charles Cros)
Élucide l'édicule. (Luc Étienne)
Émile nu a une lime. (Pierre Bailly)
Émile-Eric notre valet alla te laver ton ciré élimé.
En route je tourne. (Roger Cornaille)
Engage le jeu, que je le gagne !
Eric notre valet alla te laver ton ciré. (Luc fait aussi l'affaire)
Éros s'essore. (Luc Étienne)
Ésope reste élu par cette crapule et se repose. (Palindromes emboîtés : élu par cette crapule. dans Esope reste | et se repose.)
Ésope reste ici et se repose.
Et ce SRAS, tel le tsar : secte. (Guilhem Huguet)
Et curé gorgé de grog éructe (Luc Étienne)
Et la halte ? (Renaud Joseph)
Et la marine va, papa, venir à Malte. (alexandrin attribué à Victor Hugo).
Et l'axe lamina l'animal exalté.
Et Luc lamina l'animal culte.
Et Luc colporte trop l'occulte. (Michel Laclos)
Et net, il a pâli : "OTER CE SPOT - TOP SECRET - O." Il a pâli, tenté... (Guy Chouraqui)
Et on note ! (Guilhem Huguet)
Et se resservir, ivresse reste.
Et si l'arôme des bottes révèle ma déviante et naïve dame, le verset t'obsède, moraliste ! (Jacques Perry-Salkow)
Etc... art tracté. (Jacques Bens)
Etel, un port trop nu, l'été. (Claude Gaignière)
Etna : lave dévalante.
Ève rêve.
Ève, leste lia l'ail et se lève. (Louise de Vilmorin)
Il a l'âge légal, Ali. (Renaud Joseph)
Il a sali.
Il le rêve, Peverelli. (Jean Louis Peverelli)
Karine alla en Irak.
L’âge légal.
La brève muse rude du resumé verbal. (Luc Forest)
La malade pédala mal
La mariée ira mal.
La mère Gide digère mal. (Louis Scutenaire)
La mère puce récupère mal.
L'âme des uns jamais n'use de mal. (exemple médiéval).
L'âme d'Ève rêve de mal.
L'âme sûre ruse mal. (Louise de Vilmorin)
L'ami naturel ? Le rut animal. (Louise de Vilmorin)
Le bon Nobel.
Le sac à sel.
Léon a erré à Noël.
Léon a rasé César à Noël.
Léon a trop par rapport à Noël. Ou l'inverse Noël a trop par rapport à Léon.
Léon, émir cornu, d'un roc rime Noël. (Charles Cros, Luc Étienne)
Lieur à Rueil. (Jacques Bens)
L'âme sûre ruse mal. (Louise de Vilmorin)
Lune de ma dame d'été, été de ma dame de nul. (Louise de Vilmorin)
Mon nom.
Naïve Aline : le Nil à Évian !...
N'a-t-elle pas ôté cet os à Pellatan ? (cité par Michel Laclos)
Né de l'Eden.
Ni palindrome se mord, ni lapin.
Nier est en effet serein ; lieu cerné en recueil. (Stéphane Susana)
Noce : l'adoré roda le con.
Noé nu délia l'aile d'un éon. (Elie-Charles Flamand et P.A. Gette)
Noël a trop par rapport a Léon.
Noir, ô hélas, Isis a le horion. (Pierre Bailly)
Nue, j'aime demi à jeun. (Luc Étienne)
Oh ! Cela te perd, répéta l'écho.
Par-delà le drap. (Patrick Hospital)
Réussir à Paris : suer.
Rions noir. (Jacques Bens)
Rose utérus, à ma masure, tu es or ! (Luc Étienne)
Rue d'Ulm, lueur. (Luc Étienne)
Rue, mur... Ici : rumeur !! (Florent Duffez)
Sa lèvre cervelas. (Luc Étienne)
Sénile ! Bizarre val ; la verra zibelines.
Serge lève le grès. (Renaud Joseph)
Sète sonne en nos étés.
Sévère mal à l'âme, rêves. (Luc Étienne)
Si le lilas a sali le lis. (David P. Massot)
Sida régna. Manu n'a mangé radis.
Snobs aptes et pas bons.
Suce ses écus. (Louise de Vilmorin)
Ta belle porte s'use trop, elle bat.
Ta fesse n'a le désir irisé de l'ânesse, fat ! (Luc Étienne)
Tarte juste et sujet rat. (Alex Bédard)
Toi, Roger, épelle Père Goriot
Trace la genèse utérine, en ire tu es en égal écart. (Olivier Douyère)
Trace là mon nom à l'écart.
Tu l'as cramé Marc? Salut! (Renaud Joseph)
Tu l'as ici, salut.
Tu l'as trop écrasé, César, ce Port-Salut ! (alexandrin attribué à Victor Hugo)
Tu l'as trop été, Port-salut. (Jacques Bens)
Un art luxueux ultra nu ! (Matthieu Godbout)
Un drôle de lord nu.
Un émir fada, venu du Névada, frime nu. (Gérard Durand)
Un roc cornu.
Un roc lamina l'animal cornu.
Un roc si biscornu.
Un socialiste, et si laïc, os nu. (Luc Étienne)
Un soleil du sud lie l'os nu. (Jacques Bens)
Zeus a été à Suez.


4.palindromes sonores

Secret (cliquez pour afficher)
Dis beau lama t'as mal au bide ?
Mettant Laval en thème.
Salut Claire, finie frêle culasse.
Angèle et Laurent enrôlaient les gens.
Jeanne en luge, Jules en nage.
Rossellini y nie l'essor.
Une slave valse nue.
La femme joue, elle a chaud, Jeanne en virage. J'arrive en nage au chalet où je m'affale.

5.internet


a) Argot Internet
Secret (cliquez pour afficher)
lol (laughing out loud)
ama (à mon avis)
mpm (même pas mal)
tkt (t'inquiètes)
cc (coucou)

b) Sites Internet
Secret (cliquez pour afficher)
ur.ru
gnudung


6.exemple de palindrome

Secret (cliquez pour afficher)
En gabbro, l’ammonite y écrase ce grès ému! Apte, Eve retire ta lame-égide (retirons nase et nom rusé d’or). Belle, elle usa ce lied à érosion. Nifé, le miasme nacra et Lucette dévalisa le cerf folié. Cargneule (ici tuf et là sableur), ce lassi fêlé cède un ave grenu et un imam-gamelle bâté. Eric élime un axe docte. Crétacé de crin et alu : essorez ! Sélène malien rétamé, Marc sort erse (Lisa, sédative, nia). Brune dolérite nue et opale, Rita te porte le mas. Un (isocèle, tracé, dégrossi) engin turbine la pinède. Ce val à l’Etna, tu mêlas. Anna y créma la divergence mêlée, le mec nègre vida la mer cyan. Nasale mutante, la lave cède : Ni pâle, ni brut, ni gneiss... Orge de carte, le cosinus a mêlé trop et a tiré la potée. Un étiré loden urbain évita des asiles rétros. Cramé, materné, il amène les zéros. Seul à tenir ce déca-tercet, codex à nu, Emile cire et Abel, le magma, minute un erg. Eva, nue, décèle fissa ! Le cruel basalte fût ici élu en grâce. Il offre cela si la vedette culte (arc à nems) aime le finnois. Oréade, île casuelle, elle brode, surmontée sans norite. Rédigée, ma latérite rêve et paume Serge. César, ce yeti, nomma l’Orb bagne.
Modifié le 27/10/2010 à 22 h 33 par lulu31

(\ /)
( - -)
c(")(")

Écrivez et publiez vos livres : Écrits libres
Partagez vos dessins : Let's to draw
 

Retour au forum Énigmes, jeux et devinettes ou à la liste des forums