Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Les forums > Messages de Itello

Messages postés par Itello

Page : 1 2 3  45 46 47 Suivante
Auteur Message
Page : 1 2 3  45 46 47 Suivante
Itello Posté le 17/02/2015 à 19 h 01 - Blanc-bleu belge (vache)
Avatar de Itello
zAnciens
Au temps pour moi, j'ai lu trop vite mes sources et ai donc fait des conclusions erronées. Content que tu aies eu ta réponse. :-)
Itello Posté le 06/02/2015 à 20 h 28 - Blanc-bleu belge (vache)
Avatar de Itello
zAnciens
Bien le bonjour !

Je ne passe que très rarement par ici, néanmoins, l'occasion faisant le larron, je vais tenter de répondre le plus clairement possible à la question posée.

Commençons par l'utilisation des majuscules. Eh bien, c'est simple : point n'en faut. Il s'agit en effet simplement d'une race bovine, elle ne possède pas de traitement de faveur face par exemple à la limousine ou à la charolaise françaises. Il est vrai qu'il s'agit d'une tare courante dans le domaine de la gastronomie que de vouloir mettre une majuscule à ce qui est bon, à ce qui est traditionnel, à ce qui est authentique. Les vins se voient ainsi régulièrement accorder des capitales superfétatoires — point de discrimination à ce niveau, le bordeaux et le bourgogne sont à la même enseigne —, il en est de même pour les fromages, cantal, maroilles et toute leur clique. Le fait que ces noms viennent bien souvent de dénominations géographiques n'y change rien : il s'agit de noms communs qui ont trait à des aliments ou à des espèces communes, ce ne sont pas des entités uniques.

Pour ce qui est de la question du trait d'union, l'idée de Savageman est intéressante, mais l'étymologie du terme n'est pas celle-ci. Il ne s'agit en effet pas d'une vache à la fois bleue et blanche, la règle qui s'applique n'est donc pas la même que pour l'adjectif bleu-vert qui se rapporte à un mélange de bleu et de vert. Concernant notre bovidé, les deux adjectifs de couleur ne se rapportent pas en réalité à sa robe elle-même. En effet, la couleur blanche se réfère au lait qu'elle produit — il s'agit d'une vache laitière —, le bleu à une façon de la consommer — il s'agit également d'une vache bouchère, plus essentiellement même de nos jours. Aucune raison dès lors de lier ces deux adjectifs qui ne se rapportent pas à la même chose par un trait d'union.

Pour ce qui est de l'accord, là encore l'étymologie nous éclaire. Blanc a trait au lait et reste donc invariable, bleu au morceau de viande et ne varie ainsi pas plus, néanmoins l'adjectif belge a bel et bien trait à la vache, il s'accorde donc en nombre avec le substantif auquel il se rapporte. Une vache blanc bleu belge, deux vaches blanc bleu belges.
Itello Posté le 10/07/2014 à 14 h 02 - Bien que +
Avatar de Itello
zAnciens
Bonjour,

La phrase que tu cites, Supersigo, a trait à un subjonctif plus-que-parfait, qui ne serait effectivement pas très apprécié dans le langage courant, la généralisation que tu fais est par contre hors de propos. Desrosiers cite certains cas où l'indicatif peut effectivement être très utile, mais il n'oublie pas d'ajouter fort pertinemment « chacun devrait pouvoir se réserver la possibilité d’employer l’indicatif à l’occasion pour insister sur la réalité du fait. Mais il faut rester conscients que c’est un usage marginal qui expose à des critiques ». Je pense que tout est dit.
Itello Posté le 10/03/2014 à 17 h 54 - Impératif passé verbe pronominaux
Avatar de Itello
zAnciens
Il serait pertinent de relire ton premier message avant d'affirmer une telle chose.

Bonne journée.
Itello Posté le 07/03/2014 à 19 h 34 - Impératif passé verbe pronominaux
Avatar de Itello
zAnciens
Bonsoir,

Je ne suis pas d'accord pour dire que l'impératif passé n'existe pas avec les verbes pronominaux. Il existe parfaitement, c'est simplement que le complément n'est pas mentionné. Bescherelle a ainsi parfaitement raison, l'impératif passé de se manger n'est autre que sois mangé. En effet, à l'impératif passé, l'on s'intéresse au résultat de l'action et non à son déroulement en lui-même.

Si l'on dit sois lavé, l'on ne se posera pas la question de savoir si la personne se lavera seule ou bien sera lavée par quelqu'un d'autre. De même pour sois assis par exemple. Pourquoi donc « sois mangé » vous dérange-t-il ? Nous sommes face à un verbe où la construction passive, se formant sur le même modèle que la forme pronominale, est infiniment plus courante dans l'usage. « Sois mangé », ça peut aussi bien être « je me mange » que « je suis mangé par quelqu'un », votre cerveau choisit logiquement de comprendre ce qui est le plus habituel.

Vous aimeriez ajouter la personne réalisant l'action pour ôter toute ambiguïté ? Je me mange, c'est pareil que je mange mon corps, non ? Dites par exemple « aie mangé ton corps », et l'ambiguïté n'existera plus.
Itello Posté le 12/10/2013 à 14 h 50 - des partenariats gagnant-gagnant ?
Avatar de Itello
zAnciens
Le Larousse considère bel et bien ce mot comme invariable.
Itello Posté le 28/09/2013 à 16 h 22 - Accorder « faire »
Avatar de Itello
zAnciens
Bonjour,

Le participe passé fait est effectivement toujours invariable lorsqu'il est suivi d'un verbe à l'infinitif.

En décomposant, l'on comprend pourquoi : la musique avait fait vibrer eux : le COD vibrer eux est placé après, l'accord ne peut donc pas avoir lieu.
Itello Posté le 05/09/2013 à 18 h 22 - Sujet résolu Accord de participe passé
Avatar de Itello
zAnciens
Bonjour,

Pour savoir si l'on accorde, il faut d'abord décomposer la proposition concernée.

J'ai découvert une nouvelle technologie, SeleniumHQ, qui m'a beaucoup plu…

Le mot qui est placé pour nouvelle technologie : une nouvelle technologie m'a beaucoup plu….

Auxiliaire avoir, donc accord avec le COD placé avant. Il n'y a pas de COD dans cette phrase (le verbe plaire n'est jamais suivi d'un COD et ne s'accorde donc jamais).
Itello Posté le 06/07/2013 à 11 h 04 - le ou les? Question bizarre!
Avatar de Itello
zAnciens
Bonjour, Stéphane,

Le pronom personnel clitique (c'est-à-dire qui se rattache à un verbe) varie suivant la fonction qu'il possède dans la phrase. S'il avait été COD, la logique prônée par l'élève aurait parfaitement fonctionné. En effet, il varie alors en genre et en nombre.

Citation
Ce gâteau, je le veux. Cette meringue, je la veux. Ces bonbons, je les veux.


Si le pronom personnel avait été COI, la variation n'aurait alors été possible qu'en nombre : lui au singulier et leur au pluriel.

Citation
Cette fille, je lui donne un gâteau. Ces garçons, je leur donne un gâteau.


Ça, c'est ce que l'on a parfois étudié à l'école, mais il est rare que l'on ait assez bonne mémoire pour s'en souvenir. Personnellement, je dormais durant mes cours de grammaire, donc bon… :D

Maintenant, notons que le le cité dans ton exemple n'est pas COD ni même COI. Il s'agit d'un attribut du sujet. Il se rapporte à l'antécédent constructibles. Avec cette fonction, le pronom personnel le ne varie ni en genre ni en nombre.
Itello Posté le 20/07/2012 à 19 h 36 - Les têtes d'affiche(s) ?
Avatar de Itello
zAnciens
Bonsoir,

Je ne comprends pas trop ce que tu entends, Lamickal, par « expression entière ». Nous sommes en présence d’une locution possédant un complément du nom, l’accord se fera donc suivant la logique. C’est le cas à chaque fois que l’on est en présence d’un complément du nom, notre cerveau doit fonctionner — sacrilège ! — pour savoir si l’accord se fait au singulier ou bien au pluriel. Problème, néanmoins, l’on ne possède hélas pas tous la même logique ; l’accord peut donc diverger d’une personne à l’autre. C’est entre autres l’une des raisons pour lesquelles les dictées n’usent des compléments du nom qu’avec grande parcimonie : les débats sur l’accord logique pourraient être interminables au risque que l’on ne soit in fine guère plus avancé.

Qu’en est-il dans le cas qui nous concerne ? « Les têtes d’affiche(s) »… Sont-ce les têtes d’une affiche ou les têtes de plusieurs affiches ? Notons que l’affiche, c’est également le programme d’un spectacle, d’un lieu de divertissement. On pourra ainsi parler de l’affiche de l’Olympia. L’accord au singulier n’a rien d’incohérent, mais celui au pluriel non plus. La logique ne semble pas déterminer clairement une graphie à privilégier. Que faire dès lors ? Voyons voir ce qu’en dit l’usage.

« Têtes d’affiche » —
671 000 occurrences sur Google.
13 600 occurrences sur Google Livres.

« Têtes d’affiches » —
690 000 occurrences sur Google.
9 430 occurrences sur Google Livres.

Aucune tendance claire ne semble s’imposer. Eh bien, faites votre choix. Je tends instinctivement vers le singulier, mais les goûts et les couleurs étant ce qu’ils sont…

Concluons tout de même en disant que l’accord « la liste d’achat » me semble capillotracté. À moins qu’il n’y ait qu’un seul achat, ce qui est peu vraisemblable — l’on ne ferait pas une liste pour si peu —, la logique implique l’accord au pluriel. L’usage tend également largement vers le pluriel. L’usage littéraire encore plus clairement. Essayer de justifier cet accord singulier avec des justifications quand même un petit peu tordues me semble contre-productif. Allons vers la simplicité, allons vers l’usage, allons vers ce qui paraît le plus logique.
Itello Posté le 27/06/2012 à 13 h 58 - millionnaire
Avatar de Itello
zAnciens
Bonjour !

En voilà une bien belle découverte. En effet, avec 160 000 euros, l’on est millionnaire. Millionnaire en francs, mais aussi dans pas mal d’autres monnaies. Comme quoi tout est relatif, c’est absolu.

Cette entrée m’amuse beaucoup. Ce « en francs » montre que Larousse n’est visiblement pas très au fait des dernières actualités : il semblerait en effet suivant certaines sources concordantes que l’on utilise aujourd’hui l’euro plutôt que le franc.

Plus sérieusement, la définition de Larousse me semble erronée. Pourquoi « en francs » ? Le français est une langue parlée dans de nombreux pays. Sur quoi se repose-t-on dès lors pour définir le terme millionnaire suivant une conception franco-centrée ? Bien sûr, un Français se disant millionnaire parlera en euros — ou en francs s’il ne s’est pas encore adapté au changement de monnaie, voire en anciens francs si les pérégrinations monétaires ne l’intéressent plus depuis un certain nombre d’années déjà —, mais ce n’est pas un élément intrinsèque de la définition pour autant. Aucune mention semblable dans le Trésor de la langue française ou encore dans le Dictionnaire de l’Académie française.

Merci bien, soky, pour cette jolie trouvaille.
Itello Posté le 09/12/2011 à 21 h 25 - Pourquoi écrit-on "m'a tuer" ?
Avatar de Itello
zAnciens
Citation : Rastagong
J'ajouterais que sa popularité devient de plus en plus gênante : elle induit tous ceux qui ne connaissent pas son origine en erreur (quant à la grammaire)… C'est dommage.


Je ne partage pas cet avis. Une connaissance minimale des règles de grammaire de base empêche toute confusion à ce propos. Si la maîtrise de ses règles n’est pas unilatérale, il faut revoir le fonctionnement du système scolaire, mais certainement pas le trait d’esprit qui n’y est pour rien. Avec un bagage linguistique suffisant, on considérera au pire qu’il s’agit d’une faute d’orthographe, au mieux l’on connaîtra la référence. Si l’on veut trouver des éléments sociaux dangereux pour l’orthographe, on pourra facilement en trouver de plus pertinents que celui-ci. L’enseigne « Mr Bricolage » n’aide pas à se convaincre que l’abréviation de monsieur s’orthographie « M. », par exemple. Et maîtriser l’ensemble des abréviations de la langue française est déjà une tâche plus ardue que savoir que le participe passé ne se termine pas en -er.
Itello Posté le 18/11/2011 à 17 h 49 - Les Timbrés de l’orthographe
Avatar de Itello
zAnciens

Deuxième édition



Les préinscriptions pour la deuxième édition du concours ont déjà commencé. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous inscrire sur le site des Timbrés. Pour les mineurs, l’autorisation des parents est bien sûr nécessaire.

Pensez bien à vous inscrire avant le 16 janvier. Bonne chance à tous. :)
Itello Posté le 03/11/2011 à 01 h 08 - Il m'a envoyé(e) promener
Avatar de Itello
zAnciens
Bonsoir, Princess Leïa !

Sache que cet accord a été l’objet d’un long débat avec mes confrères Nox et Léa pour savoir s’il fallait ou non accorder. Je tends finalement à accorder alors que je ne l’aurais pas fait instinctivement. Je vais m’en expliquer brièvement ici.

Le Dictionnaire de l’Académie française, dans sa huitième édition, dit ceci : « Je l'ai envoyé promener. Dans cette dernière phrase, on sous-entend le pronom se. »

Ainsi, en tenant compte de cela, il est plus facile de décomposer la phrase initiale pour savoir s’il existe un COD :
« Il a envoyé moi (me) promener. »
Il a envoyé qui ? Moi (me).
Le COD « me » placé avant étant féminin, l’accord du participe se fait au féminin.

Bien que cette question semble très épineuse, l’usage semble pourtant faire varier sans trop se poser de questions. Une recherche sur Google Livres donne ainsi :
« Les a envoyés promener » : environ 185 résultats.
« Les a envoyées promener » : environ 69 résultats.
« Les a envoyé promener » : 2 malheureux résultats.

Pour finir, félicitons Léa qui a été la seule de nous trois à accorder instinctivement. ^^
Itello Posté le 30/10/2011 à 20 h 49 - Créer un "espace" Quiz
Avatar de Itello
zAnciens
Merci, StiTou, d'avoir fait cette proposition. :)

Je me suis occupé entre autres du module de quiz pendant près d'un an. Et je peux te dire, Nicolas M., qu'insérer les questions une par une est un travail plutôt contraignant et pas forcément très agréable, surtout s'il y en a beaucoup à ajouter… Quand on pense qu'il faut également les corriger et les vérifier une par une, ne plus avoir cette tâche-là en plus serait très appréciable.

Très bonne remarque de micky néanmoins. Le forum a souvent permis d'avoir des remarques très pertinentes sur les différentes questions proposées. Conjuguer les deux doit pouvoir être réalisable néanmoins (proposer une version en zCode du quiz ?).
Itello Posté le 04/10/2011 à 12 h 34 - Sujet résolu Gendarme ou gendarmes
Avatar de Itello
zAnciens
Non, l’on ne trouve pas la graphie medias de partout, on la trouve nulle part. :p

L’on trouve, en français, le média1 (avec un s au pluriel), moyen de communication et de diffusion d’informations, et le médium (avec un s au pluriel, toujours), personne ayant des dons surnaturels. L’utilisation de pluriels latins serait dans le cas présent encore plus dommageable puisqu’elle créerait une confusion évidente entre deux termes distincts. On comprend donc facilement que les dictionnaires récents et l’usage ne reconnaissent cette fois encore que les pluriels francisés. ;)

1 — Mon Larousse définit plus loin, comme peu usité, le singulier medium et le pluriel media avec la même acception. Accord latin, le mot perd logiquement son accent. Bien que certains médias fassent parfois des prévisions dignes de médiums, je pense pouvoir dire que ces graphies ont de nos jours complètement disparues.
Itello Posté le 03/10/2011 à 20 h 06 - Sujet résolu Gendarme ou gendarmes
Avatar de Itello
zAnciens
Bonsoir !

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec mes confrères. ^^

Commençons par la question initiale. Dit-on « des képis de gendarme » ou « des képis de gendarmes » ? Le singulier me semble être, qu’importe le contexte, la seule solution envisageable dans le cas présent. Lorsque l’on parle des képis de gendarme, la question du nombre, qui pose parfois beaucoup de problèmes lorsque l’on parle des compléments de nom, ne se pose pas. Il n’est pas important de savoir combien il y a de gendarmes, on parle de képis « pour le gendarme ». Le « gendarme » n’est pas un quantitatif ici, l’accord pluriel apparaîtrait donc comme malvenu. Il ne viendrait à l’esprit de personne d’écrire « trois cuisses de poulets » parce qu’il faut plusieurs poulets pour faire trois cuisses ! Une petite recherche sur Google permet d’ailleurs de noter que le singulier gagne de façon écrasante. Le bon sens n’est pas mort. ^^

On parle de même de robes de mariée, de chapeaux de roue, de directeurs d’hôpital, de femmes de médecin, de fautes de pied, de chefs d’entreprise, d’offres d’emploi, de cœurs de cible, de remises de peine ou de tours de taille pour des raisons équivalentes. Merci à coco47 pour cette liste.

Concernant forums et fora, le pluriel francisé semble de nos jours faire consensus. La référence qu’est « Langue-fr » n’est pas connue pour être moins puriste que d’autres sites, les sources qu’ils donnent non plus. Ce débat me semble de nos jours dépassé : le mot est entré dans l’usage français avec un sens différent de son sens d’origine, il est lexicalisé depuis des années, son pluriel latin n’est jamais entré dans l’usage… il me paraît vraiment peu pertinent de l’utiliser.

Cordialement, Itello.
Itello Posté le 02/09/2011 à 18 h 00 - Le Mot pour la frime
Avatar de Itello
zAnciens
Bonjour,

Je te souhaite bonne chance dans le développement de ton site.

Bien qu’intéressant, ce concept me paraît un peu galvaudé. D’autres sites proposent déjà un service équivalent ; la concurrence risque donc d’être difficile. Cela peut néanmoins t’être utile : tu peux ainsi essayer de regarder ce qui est proposé par les autres sites et réfléchir à ce qui pourrait distinguer le tien pour le rendre davantage attractif.

Ne prends pas ce conseil comme une attaque. S’intéresser à la langue française est une initiative que je ne peux que saluer, proposer un outil à son propos également. :)

Puisqu’il s’agit de ton premier message sur le site, j’en profite également pour te souhaiter la bienvenue parmi nous. Décidément, c’est la deuxième fois que je le fais aujourd’hui. ^^
Itello Posté le 02/09/2011 à 13 h 22 - L'ancien français vous décourage-il ?
Avatar de Itello
zAnciens
L’avantage des sujets abordés dans le forum « Littérature » (tout comme ceux du forum « Langue française », d’ailleurs), c’est qu’ils sont souvent intemporels. Cela ne pose donc aucun problème de les remonter. Et lorsqu’il s’agit d’apporter une information importante et intéressante (comme ici), ce n’est que plus appréciable encore.

Il semblerait donc effectivement que la langue de Rabelais doive être nommée non ancien français, mais plutôt moyen français.

Merci pour cette précision, et bienvenue sur le forum puisqu’il s’agit de ton premier message parmi nous. :)
Itello Posté le 02/09/2011 à 11 h 36 - Fuchsia
Avatar de Itello
zAnciens
Le fuchsia
Image de hiromama
sous licence Creative Commons
Bonjour à tous ! :)

Il n’est pas rare de commettre une faute en écrivant fuchsia. Il suffirait pourtant de connaître l’étymologie du mot pour comprendre sa graphie.

Vers 1696, le père Charles Plumier, botaniste et voyageur français, découvrit lors d’une expédition à Saint-Domingue un arbuste produisant des fleurs d’une couleur bien particulière. Il dédia alors cette plante à un autre botaniste, l’allemand Leonhart Von Fuchs, connu pour avoir écrit l’herbier Historia stirpium. Cet ouvrage décrivait rigoureusement plus de cinq cents plantes et proposait des gravures sur bois.

L’adjectif de couleur qui est dérivé du fuchsia possède logiquement la même graphie. Notons également qu’il est invariable puisqu’il s’agit d’un nom que l'on emploie comme adjectif de couleur. On écrit ainsi des robes fuchsia.

Pour plus d’informations, voir les adjectifs de couleur.