Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Blog > Grammaire > Accord des adjectifs de couleur > Lecture du billet

Accord des adjectifs de couleur

Des yeux bleu-vert, une robe jaune paille, une cravate incarnate

Nous suivre : flux RSS du blog | Twitter | Facebook

Catégorie : Grammaire

Écrit par Ziame, le 30/04/2013 à 16 h 09 | Commenter ce billet (15 commentaires)

Difficulté ô combien récurrente de la langue française, et dont les règles sont trop souvent ignorées, que l’accord des adjectifs de couleur. Je vous propose donc, au travers de cet article, de revoir ensemble les règles d’écriture et surtout d’accord des adjectifs de couleur. Vous verrez qu’avec un soupçon de méthode, ces accords ne sont pas très difficiles à appréhender et vous aurez l’occasion d’éprouver votre compréhension de ces règles à l’issue de ce billet, via un quiz.


Sommaire





Les adjectifs de couleur composés d’un seul mot



Par défaut, les adjectifs de couleur constitués d’un seul mot et ne provenant pas d’un nom commun s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’ils qualifient.

Citation : Exemples
Des robes rouges, des yeux verts, des nappes beiges.


Notez cependant que l’accord en genre ne se voit pas forcément lorsque l’adjectif se termine naturellement par un -e (exemple : rouge).

Photographie d’une émeraude
Photographie d’une émeraude, Didier Descouens
Si les adjectifs de couleur proviennent d’une langue étrangère (auburn…) ou d’un nom : marron, qui vient du marron (fruit), orange (fruit aussi), émeraude (pierre)… ceux-ci restent invariables. On ne les accordera donc pas, quel que soit le nom qu’ils qualifient. Sept exceptions existent néanmoins à cette règle, à savoir : écarlate, mauve, pourpre, rose, fauve, incarnat et vermeil. Les quatre premiers adjectifs sont dérivés de noms communs mais s’accordent néanmoins et les trois suivants préexistaient aux noms qui ont été formés à partir d’eux, et suivent donc la règle « normale » s’appliquant aux adjectifs, à savoir qu’ils s’accordent.

Citation : Exemples
Des cheveux auburn, des pull-overs indigo, des chaussures orange, des souliers marron, des yeux émeraude…

Mais : des robes écarlates, des chemises mauves, des traînes pourpres, des joues roses, des cheveux fauves, des lèvres incarnates (attention, ici l’accord modifie la prononciation), des lèvres vermeilles.


Pour la culture générale, sachez que l’écarlate est une teinture connue depuis des temps reculés et extraite de la cochenille, d’une couleur rouge vif. La mauve est une plante herbacée dont les fleurs sont de couleur… mauve (vous l’aurez deviné ^^ ). La pourpre[1] est un colorant rouge foncé (qui a souvent été employé dans les habits des souverains) extrait originellement d’une glande anale du murex (mollusque). La difficulté inhérente à son obtention (récolte des mollusques et extraction du colorant) rendait son prix très élevé, et c’est sans doute l’une des raisons, outre sa couleur intense, expliquant que cette couleur a été choisie par nombre de rois, reines et empereurs pour leurs costumes d’apparat. Remarquons au passage que le substantif masculin existe aussi (le pourpre), mais avec un sens différent à son équivalent féminin. La forme masculine désigne ainsi la couleur en elle-même (et non pas le colorant), un gastéropode particulier, une famille de maladies entraînant l’apparition de taches pourpres sur la peau, etc.

Photographie de murex
Photographie de murex, Jan Delsing


Concernant la couleur fauve, il est à noter que c’est elle qui a donné son nom aux grands animaux (qui ne sont d’ailleurs pas obligatoirement de cette couleur, notamment en ce qui concerne la panthère) et non pas l’inverse. Idem pour incarnat, couleur qui « tient le milieu entre le rouge cerise et le rose »[2] et qui a par la suite engendré le substantif.

Citation : Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, 1918
Mais je sentais qu’au contraire cette couleur n’était ni inertie, ni caprice, mais nécessité et vie. Bientôt s’amoncelèrent derrière elle des réserves de lumière. Elle s’aviva, le ciel devint d’un incarnat que je tâchais, en collant mes yeux à la vitre, de mieux voir car je le sentais en rapport avec l’existence profonde de la nature […]


Enfin, la couleur vermeille, rouge et plus foncée que l’incarnat a servi dans un second temps à former le substantif masculin le vermeil, désignant de l’argent doré.

Les adjectifs de couleur composés de plusieurs mots



La règle d’accord est on ne peut plus simple : lorsque la couleur est exprimée à l’aide de plusieurs mots, l’ensemble est invariable !

Citation : Exemples
Des yeux bleu-vert, des robes rouge pâle, des cheveux jaune paille, des canapés orange-rouge…


Mais quand doit-on mettre un trait d’union ?


La question se pose en effet. Et la réponse est très simple : s’il s’agit de deux adjectifs de couleur accolés (l’un ne qualifiant pas spécialement l’autre), alors vous devez mettre un trait d’union (exemples : orange-rouge, bleu-vert, brun-jaune…). En revanche, si un adjectif de couleur est nuancé par un autre adjectif n’étant pas un adjectif de couleur (jaune pâle, bleu clair…) ou par un nom (bleu marine, vert pomme…), en ce cas on n’emploiera pas de trait d’union.

Résumé



Ça peut paraître difficile car j’ai tout détaillé et ai fait pas mal de digressions, mais vous allez voir qu’en résumant tout ce qu’il vient d’être dit, ce n’est pas si difficile ! ;)

Si…
  • ma couleur est qualifiée par un seul adjectif, alors :
    • par défaut, j’accorde ;
    • sauf si l’adjectif a une origine étrangère (auburn…) ou provient d’un nom (orange, marron…), dans ce cas il est invariable ;
    • en n’oubliant pas les sept exceptions qui s’accordent quand même : écarlate, mauve, pourpre, rose, fauve, incarnat et vermeil.
      Remarque : s’il est nécessaire de les connaître par cœur du fait de leur caractère d’exceptions, notez que mis à part l’adjectif rose, les autres sont assez peu fréquemment employés.
  • ma couleur est qualifiée par deux mots ou plus : pas d’accord (nulle part) !


Concernant le trait d’union, si :
  • ma couleur est composée de deux adjectifs de couleur : je mets un trait d’union ;
  • ma couleur est composée d’un adjectif de couleur et d’un autre terme venant le qualifier (adjectif en modulant l’intensité ou nom commun) : je ne mets pas de trait d’union.


Conclusion



J’espère que cet article vous aura été utile et vous aura permis, si vous aviez encore des doutes à ce sujet, de comprendre comment fonctionne l’accord des adjectifs de couleur en français. Les règles ne sont pas très compliquées, mais il faut les connaître et s’entraîner un peu pour les maîtriser correctement. Ainsi, c’est ce que je vous invite maintenant à faire au travers de…


Références



  1. Définition de pourpre, Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition
  2. Définition de incarnat, Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition
  3. Adjectifs de couleur de forme composée, Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française


15 commentaires sur ce billet

Page : 1 
Auteur Message
Page : 1 
Hors ligne
# Ajouté le 30/04/2013 à 21 h 21


Un billet d'une grande qualité, très facile à lire et à comprendre.
Merci beaucoup, Ziame !
 
Hors ligne micky
# Ajouté le 01/05/2013 à 16 h 50
Avatar
Groupe : Administrateurs
Responsable zCorrection
En effet, nul doute qu’il sera grandement utile à de nombreuses personnes ! Et ce sera pratique de pouvoir y faire référence, dans des commentaires de correction ou en réponse à des questions sur le forum, par exemple ; car ton billet est très pédagogique et complet. ;)
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 01/05/2013 à 16 h 56
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Merci pour vos commentaires aussi positifs. Je suis content que le billet vous plaise. :)

Ça pourra aussi être utile à ceux qui veulent s'entraîner pour faire des dictées car c'est typiquement le genre de piège basique que l'on retrouve dans presque un grand nombre de ces exercices.
 
Hors ligne Estepoete
# Ajouté le 13/06/2013 à 23 h 41
Avatar
Membres
Allez, un petit test :
Qui peut me dire quelle est la forme correcte?

1- Des taxis rouges et jaunes
2- Des taxis rouge et jaune

Je vous donnerai la réponse à mon prochain passage...
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 14/06/2013 à 15 h 02
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Je dirais que ça dépend du contexte, les deux formes étant grammaticalement correctes mais pas équivalentes.

La première fait référence à des taxis rouges et à des taxis jaunes, la seconde à des taxis rouge et jaune (ils ont chacun les deux couleurs). :)
 
Hors ligne Estepoete
# Ajouté le 18/06/2013 à 13 h 48
Avatar
Membres
Tout à fait ça... mais ce n'est pas du jeu si c'est un correcteur émérite (une correctrice dans ce cas) qui répond ;)
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 19/06/2013 à 12 h 58
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Au temps pour moi… la tentation a été la plus forte, je m'en repens (en un seul mot quand même, il ne faut pas exagérer… :D ).
 
Hors ligne Estepoete
# Ajouté le 19/06/2013 à 15 h 00
Avatar
Membres
N'aurais-tu pas oublié le D et la corde qui va avec?
 
Hors ligne Alteruter
# Ajouté le 23/07/2013 à 13 h 46
Avatar
Membres
« Mains derrière le dos, je fis quelques pas sur le carrelage à dalles hexagonales rouge brique et blanches. »
(Maginhard, Apostrophe aux contemporains de ma mort, ch. 3.)
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 23/07/2013 à 23 h 58
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Bel exemple, en effet, Alteruter (et piégeux si on ne connaît pas le détail des règles) !
Modifié le 23/07/2013 à 23 h 58 par Ziame
 
Hors ligne shtroumpf
# Ajouté le 02/09/2013 à 19 h 24

Membres
Intéressant, j'avais toujours des doutes ;)
Mais qu'en est-il du bleu ? En effet, il existe un fromage de ce nom...
 
Hors ligne micky
# Ajouté le 02/09/2013 à 21 h 00
Avatar
Groupe : Administrateurs
Responsable zCorrection
Dans ce cas-là, « bleu » est un substantif, il s’accorde donc en nombre : un bleu, des bleus (c’est en réalité une ellipse de « fromage(s) bleu(s) »).
En fait, à moins que « bleu » ne fasse partie d’un nom propre, par exemple un nom de société, une marque, etc., auquel cas il reste invariable (par exemple dans « des Bresse Bleu », comme on écrirait « des fermetures Éclair »), je crois qu’il n’y a pas d’ambiguïté (dans le cas d’un adjectif, il suit la règle classique d’accord des adjectifs, en tant que substantif il s’accorde en nombre selon les règles classiques concernant les noms). ;)
 
Hors ligne shtroumpf
# Ajouté le 02/09/2013 à 21 h 15

Membres
Je me disais bien aussi, ça me paraissait assez faux de ne pas l'accorder en tant qu'adjectif ;)
Merci beaucoup :)
 
Hors ligne lepleindefautes
# Ajouté le 22/11/2013 à 19 h 28
Réactionnaire-Progressiste

Membres
Bonjour

Je m'interroge au sujet des 7 exceptions. J'en parlais il y a peu et je me demandais : pourquoi peut-on accorder rose ? Et l'hypothèse que j'ai émise, est que la fleur a été nommée d'après la couleur. Alors que le marron aurait donné son nom à la couleur.

Je pourrais faire quelques recherches pour vérifier... et j'avoue que je n'y crois pas trop. Mais je voulais vous soumettre cette idée !!
 
Hors ligne micky
# Ajouté le 26/12/2013 à 20 h 38
Avatar
Groupe : Administrateurs
Responsable zCorrection
Bonjour !

Voici ce que dit l’Académie française concernant l’accord des adjectifs de couleur : http://www.academie-francaise.fr/la […] om-em-strong.

Je ne sais pas, pour ma part, si l’on a d’abord nommé la fleur ou la couleur par « rose » ; il semblerait plus probablement, par d’autres sources que j’ai consultées rapidement, qu’il s’agit surtout de savoir si le mot en question est entré dans l’usage de la langue en tant qu’adjectif, ce qui est le cas des quatre principales exceptions. En revanche, on ne dirait pas facilement « des armoires marronnes » (!), mais il est n’est pas impossible du tout qu’un jour, ce mot s’accorde en tant que réel adjectif (et plus comme une ellipse de « des armoires de couleur marron »)… ;)
Modifié le 26/12/2013 à 20 h 38 par micky