Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Blog > Erreurs courantes > Fautes courantes : le dixième > Lecture du billet

Fautes courantes : le dixième

Nous suivre : flux RSS du blog | Twitter | Facebook

Catégorie : Erreurs courantes

Écrit par Tûtie, Itello, Sergeswi, le 19/11/2010 à 18 h 35 | Commenter ce billet (8 commentaires)

En même temps que le mois de novembre et son manteau de nuages gris, voici venir la version 10.0 des fautes récurrentes. Dans ce billet, nous avons cherché à mettre l’accent sur quelques erreurs bien connues et à vous offrir quelques brefs rappels historiques au sujet de notre chère langue française.

Sommaire



  • « Quel que soit », source d’erreur très fréquente.
  • La vérité sur le steak haché, les lessives antitaches et sur les accents circonflexes en général.
  • « Voulez-vous prenez un thé ? »
  • Vous rappelez-vous cette faute ?
  • Dit-on « dans le nord de » ou « au nord de » ?


Quel que soit le « quelque »...


L’erreur courante


Image utilisateur
Il est très fréquent de voir écrit « quelque soit » pour indiquer que l’on accepte toutes les possibilités, et ce, quel que soit le niveau d’études. Or, l’expression correcte est bien « quel que soit ».

Pour mieux comprendre, observons la phrase suivante :

Citation
Quel que soit le jour de la semaine, je me réveille à six heures du matin.



« Quel » est ici un pronom indéfini. Il se rapporte au « jour de la semaine ». L’accord du pronom varie suivant le genre et le nombre du nom associé. L’on trouve également le pronom « quel », en tant que pronom interrogatif cette fois, dans la formation des questions par exemple :

Citation
Quelle est la couleur de ton tee-shirt ?
Quels sont les coupables ?


Comme nous l’avons dit, le pronom doit s’accorder avec le nom qui lui est associé. Si on le fait couramment dans le cas des questions, on l’oublie dans le cas de la subordonnée concessive. Voyons deux exemples.

Citation
Quels que soient les enjeux [masculin pluriel], elle reste calme.
Quelles que soient les couleurs [féminin pluriel] qu’il choisit, son costume sera laid.


Quand on écrit une proposition de type « quel que soit [nom] », il faut donc :
  1. Séparer les mots « quel » et « que ». ;)
  2. Déterminer le genre et le nombre du nom.
  3. Accorder le pronom « quel » en genre et en nombre, pour donner « quel », « quelle », « quels » ou « quelles ».
  4. Conjuguer le verbe être comme il faut : cela donnera « soit » pour un nom au singulier ou « soient » pour un nom au pluriel.


Notez qu’il est possible d’utiliser ce genre de phrase au passé.

Citation : Subjonctif passé
Quelle qu’ait été la couleur de sa robe, elle aurait fait une tache de sauce dessus.

Citation : Subjonctif imparfait
Quel que fût le jour, il répondait au téléphone.

On notera dans ce dernier exemple la forme « fût », à ne pas confondre avec « fut » sans circonflexe qui est le passé simple (dans « Il fut choqué par la nouvelle », par exemple).

Un autre usage plus soutenu



En réalité, il est possible de fabriquer des propositions comprenant « quelque » en un mot avec un subjonctif plus loin, mais la grammaire sous-jacente est bien différente.

« Quelque » en un mot est un adverbe. Comme quasiment tous les adverbes, il est donc invariable.

Il peut être suivi d’un adjectif. Un synonyme qui pourrait le substituer serait alors « aussi » :

Citation
Quelque malin qu’il soit, il oublie toujours la liste des courses.
équivaut à
Aussi malin qu’il soit, il oublie toujours la liste des courses.

La tournure « quelque [adjectif] qu’il soit » est cependant peu courante : son équivalent en « aussi » sera mieux compris dans les conversations de tous les jours.

L’adverbe « quelque » peut aussi être suivi d’un nombre. Il a alors le sens d’« environ » :

Citation
Quelque trente personnes étaient venues.
équivaut à
Environ trente personnes étaient venues.


Il reste, bien évidemment, invariable.

Ressources


  • [PDF] Exercices sur les homophones « quelque », « quelques », « quel que », « qu’elles », etc. sur le site du Centre collégial de développement de matériel didactique (http://www.ccdmd.qc.ca/). Ces exercices sont précédés d’un résumé des principaux points.


La vérité sur les accents circonflexes



L’accent circonflexe, ce joli petit chapeau qu’arborent fièrement certaines voyelles (plus précisément a, e, i, o et u), a la vie dure.

Historiquement, cet accent a été introduit pour marquer les voyelles longues. À présent, il sert à marquer les différences de prononciation (entre le « pole » de métropole et le « pôle », par exemple), ou plus simplement à différencier les homonymes : il marque la nuance entre boite et boîte, ou entre forêt et foret. On remarque que ce chapeau reflète souvent l’absence d’une lettre disparue, encore existante dans les mots dérivés. Par exemple, les circonflexes de bâton et de forêt cachent des s que l’on voit encore dans « bastonnade » et « forestier ».

Les rectifications de 1990 tendent à supprimer l’accent circonflexe (notamment sur les i et les u). Il peut ainsi être correct de choisir les formes « maitre » et « maitriser ». Ces formes restent toutefois encore très souvent considérées à tort comme erronées.

Force est de constater toutefois que la plupart des fautes liées à l’accent circonflexe sont des fautes d’« excès » et non l’inverse. Un nombre étonnant de mots sont inutilement coiffés d’un circonflexe !

Mais par le fait, que faites-vous sur ce faîte ?


Petite astuce mnémotechnique pour se souvenir de la seule signification correcte du terme « faîte ».
Outre la simplicité du jeu de mots en titre, j’aimerais attirer votre attention sur trois homonymes bien connus.

  • Fait (nom) : il s’agit d’un acte, d’un phénomène, d’une action.
  • Faites (verbe) : il s’agit du présent de l’indicatif 2e personne du pluriel de faire.
  • Faîte (nom) : cela correspond au sommet d’un édifice.

La tache sur le steak haché


La confusion est fréquente entre les mots tâche et tache. La tache de vin sur le tissu se retrouve indûment coiffée d’un chapeau. Il est de même courant de croiser des tâches injustement privées de leur circonflexe. Pourtant, il n’est pas difficile de se rappeler la bonne orthographe quand on connaît l’anglais task : ce mot-ci porte encore le s, transformé en chapeau de ce côté-ci de la Manche et de l’Atlantique.

En revanche, aucune excuse pour ceux qui tenteraient d’écrire le « steak hâché ». Cette forme n’existe pas : on hache la viande aussi vite que l’on prononce le mot, donc on n’allonge pas la syllabe en coiffant sa voyelle.

Cependant, pour éviter les erreurs, le plus simple reste de recourir au dictionnaire au moindre doute : les ressources gratuites en ligne se multiplient. Nous vous conseillons le CNRTL et le Conjugueur : à eux deux, ils suffisent à résoudre la plupart des problèmes d’orthographe et de conjugaison… Avec l’habitude, on finit par se souvenir des principaux pièges et on les évite sans problème. :ninja:

Ressources




« Voulez-vous prenez un thé ? » >_<


Le son « é » est la source de nombreuses erreurs à l’écrit, compte tenu de la variété des graphies que ce petit farceur est capable d’adopter. Penchons-nous sur une faute que l’on rencontre presque exclusivement dans les phrases polies, avec vouvoiement (et, de fait, dans les correspondances un tant soit peu formelles). Pour commencer, voyons un exemple, fictif, mais réaliste. Supposons que nous désirons quelques renseignements sur un sujet quelconque.

Citation : Exemple
Bonjour, pourriez-vous s’il vous plaît me renseign…

Nous sommes plutôt bien partis : le sujet du verbe « pouvoir », ici en gras, est bien le pronom « vous ». On accorde donc bien en « ez », comme on l’a appris en primaire. Cependant, c’est au second « é » que la plupart des gens polis trébuchent…

Citation : Aïe, les yeux >_<
Bonjour, pourriez-vous s’il vous plaît me renseignez sur les ornithorynques ?

Et là il y a FAUTE ! Carton rouge. Pourquoi le « ez » est-il malvenu ici ? Réfléchissons un instant. Devons-nous vraiment conjuguer le verbe renseigner ? Et si nous ne voulions pas des renseignements, mais des morsures ? S’il fallait vraiment conjuguer le verbe à la deuxième personne du pluriel, nous devrions dire (mais c’est peu recommandé) :

Citation : Aïe, les oreilles >_<
Bonjour, pourriez-vous s’il vous plaît me mordez les oreilles ?

Là, comme à chaque fois que ça fait mal aux oreilles, on comprend beaucoup plus vite pourquoi la forme en « ez » est fausse. La phrase correcte est évidemment la suivante !

Citation : Aïe, les oreilles (bis)
Bonjour, pourriez-vous s’il vous plaît me mordre les oreilles ?

Et, de façon à présent tout aussi évidente, la phrase correcte que vous écrirez à votre ami mammalogue1 sera la suivante :

Citation : Sans faute :)
Bonjour, pourriez-vous s’il vous plaît me renseigner sur les ornithorynques ?

Attention toutefois à ne pas sombrer dans une règle binaire du genre « jamais de "ez" après un "ez" ». Dans la phrase « prenez, et mangez-en tous » il y a bien deux « ez » successifs de façon tout à fait correcte et juste.
Image utilisateur

Comme souvent, la solution en cas de doute consiste à remplacer le verbe fautif par un autre plus polymorphe. Le verbe « mordre » est d’ailleurs un allié de choix pour l’application de cette technique.


Quelques exemples pour la route :

NonSubstitution par un autre verbeOui
Voulez-vous m’accompagnez ?Voulez-vous me mordre ?
(infinitif)
Voulez-vous m’accompagner ?
Vous m’avez oubliez !Vous m’avez mordu !
(participe passé)
Vous m’avez oublié !
Pensez bien à rangez votre chambre.Pensez bien à voir votre chambre.
(infinitif)
Pensez bien à ranger votre chambre.
J’ai adoré vous parlez d’ornithorynques.J’ai adoré vous farcir d’ornithorynques.J’ai adoré vous parler d’ornithorynques.


Vous rappelez-vous cette faute ?



Le verbe « se rappeler » est essentiellement transitif direct, c’est-à-dire qu’il se construit normalement avec un complément d’objet direct. Plus encore que superfétatoire, il est donc grammaticalement incorrect de le faire suivre de la préposition « de » (sauf exception, comme nous le verrons plus tard).

On ne dit pas : « Je me rappelle de ces vacances en Provence. »
Mais : « Je me rappelle ces vacances en Provence. »

On ne dit pas : « Je m’en rappelle. » (« Je me rappelle de ça. »)
Mais : « Je me le rappelle. » (« Je me rappelle cela. »)

Cette confusion provient certainement d’une volonté de calquer le verbe « se rappeler » sur son homologue « se souvenir » qui se construit avec la préposition « de ».

Cependant, et à l’inverse de ce que l’on peut croire, le verbe « se rappeler » peut être suivi de la préposition « de » sans que ce soit considéré comme incorrect. En réalité, il n’existe qu’une seule construction qui le permette :

se rappeler de + infinitif est une construction correcte, bien qu’elle apparaisse souvent comme vieillie. Notez que, là encore, la construction sans préposition est également acceptable :
Je me rappelle avoir mangé une truite délicieuse.
Je me rappelle d’avoir mangé une truite délicieuse.



Nous venons de dire qu’il n’existait qu’une seule construction correcte avec « de », et c’est vrai. Mais la plupart des dictionnaires acceptent également l’usage de la préposition avec un pronom personnel complément se référant à un être humain. C’est le cas du Petit Robert, par exemple.
On dit ainsi « se rappeler de toi ». Pourquoi ? Eh bien, si nous utilisions un COD, la construction correcte serait « se te rappeler », ce qui est pour le moins désagréable à entendre.

Mais il ne s’agit là que d’une tolérance. Si vous souhaitez être irréprochable remplacez donc « se rappeler » par « se souvenir » dans ce cas.

Dans le nord de / au nord de


Pour terminer ce billet, voyons l’erreur de syntaxe qui consiste à ne pas différencier dans le nord de et au nord de. Prenons un exemple : selon vous, quelle phrase est correcte :

Citation : Correct ou incorrect ?
Lille est au nord de la France.


Citation : Correct ou incorrect ?
Lille est dans le nord de la France.


Visualisons la nuance entre « au nord » et « dans le nord ».
Eh bien, Lille n’est pas au nord de la France, mais bien dans le nord de la France. En effet, les deux expressions susmentionnées ont un sens légèrement différent. Un lieu au nord de tel pays est une ville se situant au-delà de ses frontières septentrionales2. À l’inverse, une ville (ou n’importe quel lieu) dans le nord de tel pays se situe dans la partie septentrionale du pays. Quelques exemples pour bien comprendre :

Roubaix est dans le nord de la France.
L’Écosse est au nord de l’Angleterre.


A contrario, on ne dira pas :

La Russie est dans le nord de la Chine.

Cela marche pour tous les points cardinaux : est, ouest, sud et nord.

Marseille est dans le sud de la France ; de là, on peut atteindre le Maghreb, au sud de la France.

Précisons enfin qu’il ne faut pas confondre ce dernier point cardinal, le nord, avec le département français, le Nord. Dans ce cas-là, une ville se situe dans un département. On dit donc :

Lille est dans le nord de la France, mais plus précisément dans le Nord.

Notes :
1 Les ornithorynques étant des mammifères — malgré le bec — ils relèvent de la mammalogie.
2 Septentrional est un adjectif relatif aux régions du nord.


8 commentaires sur ce billet

Page : 1 
Auteur Message
Page : 1 
Hors ligne Arlequin
# Ajouté le 19/11/2010 à 21 h 06
Have you mooed today ?
Avatar
Groupe : Équipe SdZ
Secret (cliquez pour afficher)
Lille est dans le chnore plus généralement :p


Merci pour ce billet très instructif et plaisant à la lecture.
 
Hors ligne christophetd
# Ajouté le 20/11/2010 à 09 h 15
Give me Vicodin.
Avatar
Groupe : zAnciens
Très instructif, en effet. Merci. :)
 
Hors ligne micky
# Ajouté le 21/11/2010 à 11 h 01
Avatar
Groupe : Administrateurs
Responsable zCorrection
Eh bien, beau boulot. Bravo aux rédacteurs. ;)

Espérons que nous verrons de moins en moins ces fautes-là.
 
Hors ligne Sergeswi
# Ajouté le 22/11/2010 à 20 h 36

Membres
Merci à vous. :)
 
Hors ligne Guillawme
# Ajouté le 22/11/2010 à 21 h 12
Avatar
Groupe : zAnciens
Beau travail en effet. :) J'espère voir moins souvent les confusions entre « quelque » et « quel que » et l'emploi erroné de « se rappeler » comme un verbe transitif indirect ; ces deux erreurs font assez mal aux yeux.

J'aime bien tes dessins Tûtie ! ^^
 
Hors ligne std_abdel
# Ajouté le 26/11/2010 à 23 h 28
i² = -1
Avatar
Membres
Merci pour cet article.
 
Hors ligne adri76
# Ajouté le 01/12/2010 à 21 h 16
Avatar
Membres
Très intéressant, merci.
 
Hors ligne MrKooky
# Ajouté le 10/12/2010 à 16 h 15
Avatar
Membres
Beau travail ! Merci.

Ps: Trouvez la faute :
Secret (cliquez pour afficher)
«Quelque soit le sujet, les zCos savent en faire un roman.» :p