Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Blog > Erreurs courantes > Fautes récurrentes : troisième billet > Lecture du billet

Fautes récurrentes : troisième billet

« Pallier », « Parmi », « Vivent les mariés » et moult autres sources potentielles d'erreur

Nous suivre : flux RSS du blog | Twitter | Facebook

Catégorie : Erreurs courantes

Écrit par Ziame, le 30/04/2009 à 00 h 32 | Commenter ce billet (40 commentaires)

Poursuivons notre série sur les erreurs récurrentes par ce billet. Nous y traiterons de l'adverbe « parmi », de l'utilisation du verbe « pallier », de la conjugaison du verbe « résoudre », de l'orthographe et de la typographie de certaines expressions issues du latin telles que « a priori », ainsi que de bien d'autres choses...


Sommaire


Charles Baudelaire par Gustave Courbet
Charles Baudelaire, 1848 - 1849
Gustave Courbet

  • « Parmi » ne s'écrit pas « Parmis »
  • Emploi de « pallier »
  • Conjugaison du verbe « résoudre »
  • a priori, a posteriori...
  • Orthographe de « puits »
  • Vivent les mariés !


« Parmi » ne s'écrit pas « Parmis »



L'adverbe « parmi » est invariable. Par conséquent, il ne prend jamais de -s et s'écrit toujours de la même manière. Bien souvent, les gens ont tendance à lui ajouter un -s qui n'a pas lieu d'être. C'est une erreur et il ne faut pas confondre cet adverbe avec le participe passé du verbe « permettre » qui donne « permis » et qui lui, de par sa nature de participe passé, peut s'accorder en genre et en nombre selon sa position par rapport au COD. À ne pas confondre non plus avec le nom « permis » (exemple : un permis de conduire) qui lui, bien qu'étant invariable, prend toujours un -s.

Citation : Exemples
Parmi tous les moyens de transports, il préférait l'avion.
Le joueur pioche trois cartes parmi six.


Emploi de « pallier »



Ceci est une erreur très fréquente. En effet, les gens ont souvent tendance à dire « ceci pallie à cela », mais en fait, l'emploi du verbe « pallier » s'effectue sans la préposition « à ». On doit donc dire « pallier quelque chose », et ce sans exception. Le verbe « pallier » est transitif et attend à sa suite un COD (et on sait que les COD ne sont pas introduits par la préposition « à »).

Citation : Exemples
Heureusement que j'ai un vélo, ceci pallie mon manque de voiture.
Afin de pallier son manque d'assurance, il a choisi de ne pas y aller.


Conjugaison du verbe « résoudre »



Que de problèmes il pose, ce verbe du troisième groupe ! À tel point que certains en sont même arrivés à éviter de l'employer, en le remplaçant par d'autres équivalents plus ou moins douteux. Pour la petite anecdote, un député interpella un jour Georges Clémenceau (alors Président du Conseil) par ces mots « Ce problème, il faut le solutionner », à quoi ce dernier répondit « Je vais m'en occupationner » (se moquant ainsi de l'erreur faite par le député qui ne savait pas conjuguer le verbe « résoudre » et lui avait préféré un substitut du premier groupe incorrect). ^^
Pour éviter que vous vous trouviez dans cette situation, revoyons un peu comment conjuguer aux temps principaux ce verbe du troisième groupe qui pose tant de problèmes (notez que ce tableau convient aussi pour d'autres verbes du troisième groupe comme « absoudre »).

PrésentPassé composéImparfaitFutur simpleConditionnel
présent
Je résous
Tu résous
Attention !Il / Elle / On résout
Nous résolvons
Vous résolvez
Ils / Elles résolvent
J'ai résolu
Tu as résolu
Il / Elle / On a résolu
Nous avons résolu
Vous avez résolu
Ils / Elles ont résolu
Je résolvais
Tu résolvais
Il / Elle / On résolvait
Nous résolvions
Vous résolviez
Ils / Elles résolvaient
Je résoudrai
Tu résoudras
Il / Elle / On résoudra
Nous résoudrons
Vous résoudrez
Ils / Elles résoudront
Je résoudrais
Tu résoudrais
Il / Elle / On résoudrait
Nous résoudrions
Attention !Vous résoudriez
Ils / Elles résoudraient

Subjonctif
présent
Subjonctif
passé
Impératif
présent
Impératif
passé
que je résolve
que tu résolves
qu'il / elle / on résolve
que nous résolvions
que vous résolviez
qu'ils /elles résolvent
que j'aie résolu
que tu aies résolu
qu'il /elle / on aie résolu
que nous ayons résolu
que vous ayez résolu
qu'ils / elles aient résolu
-
Résous
-
Résolvons
Résolvez
-
-
Aie résolu
-
Ayons résolu
Ayez résolu
-


Prenez surtout garde à la troisième personne du singulier au présent de l'indicatif (c'est bien « il / elle / on résout » et non « il / elle / on résoud ») et à la deuxième personne du pluriel au conditionnel présent (« vous résoudriez » et non quelque chose comme « vous résouriez »).

Pour ceux que cela intéresse, un billet sur la conjugaison des verbes en -dre a été publié sur ce site il y a quelque temps.

a priori, a posteriori...



a priori, a posteriori, comme « a contrario » sont des expressions directement issues du latin. À ce titre, les « a » ne prennent pas d'accent (il n'y a en effet pas d'accent en latin). D'ailleurs, comme toutes les expressions issues d'une langue étrangère mais néanmoins passées dans l'usage courant, les règles typographiques imposent que celles-ci soient mises en italique. Notez cependant qu'étant donné que ces expressions sont rentrées dans l'usage courant, il n'est pas nécessaire de les mettre entre guillemets ; l'italique suffit.

Citation : Exemples
A priori, je dirais qu'il est heureux.
Je ne peux encore rien faire, je le sanctionnerai a posteriori.


Note : officiellement, les graphies accentuées doivent être aussi acceptées selon les modifications orthographiques prononcées par l'Académie française en 1990. Cependant, celles-ci restent bien souvent sujettes à débat et il est vivement conseillé de leur préférer les graphies non accentuées (qui sont quant à elles indiscutables et bien davantage reconnues).


Orthographe de « puits »



Tout est dans le titre pour ce petit point lexical. Le nom masculin « puits », bien souvent mal orthographié, est invariable. Ainsi, qu'il soit au singulier ou au pluriel, son orthographe ne change pas et il se termine toujours par un -s.

Citation : Exemples
Cette jeune fille est partie puiser de l'eau au puits du village.
Les puits de pétrole ne dureront pas éternellement.


Vivent les mariés !



La lettre d'amour - Johannes Vermeer
La lettre d'amour, 1669 - 1670
Johannes Vermeer
Alors là, l'erreur (que je n'ai pas faite dans le titre de cette partie ^^ ) est on ne peut plus répandue. Je me souviens d'ailleurs l'avoir vue présente (entre autres) sur de petites banderoles entourant une voiture au cours d'un mariage. Dans l'expression bien connue « Vivent les mariés ! », le verbe « vivre » s'accorde avec son sujet « les mariés ». Il s'agit en effet d'un subjonctif et vous pourriez transformer l'expression comme ceci : « Que vivent les mariés ! » ou encore « Que les mariés vivent ! ». Imaginez maintenant le verbe « vivre » conjugué à la troisième personne du singulier... Ça ferait bizarre quand même. :-°

Cependant, on voit souvent « Vive les mariés ! », ce qui est, rappelons-le, une belle horreur, l'expression correcte étant « Vivent les mariés ! ».

On retrouve d'ailleurs cette structure de phrase en mathématiques « soient deux droites parallèles... » et bien que le cas de figure soit strictement le même que pour « Vivent les mariés ! » le pluriel est beaucoup plus souvent présent dans la première expression...

Je suis persuadé que vous ne verrez plus jamais les mariages de la même façon et que la prochaine fois que vous assisterez à une telle cérémonie, vous ferez attention et regarderez si les banderoles sont bien orthographiées ! :D

Note : pour le cas particulier de « Vivent les mariés ! », la forme « Vive les mariés ! » est désormais tolérée (l'erreur très fréquente étant rentrée dans l'usage et étant désormais reconnue comme « juste »). Cependant, si vous voulez éviter tous les problèmes, mieux vaut utiliser la forme « Vivent les mariés ! » qui reste quant à elle indiscutable et se justifie par l'emploi normal des règles de français. :)


Voici pour ces quelques rappels qui, je l'espère, vous auront été profitables. Rendez-vous pour l'épisode 4 de votre série favorite ! :-°


40 commentaires sur ce billet

Page : Précédente 1 2 3 Suivante 
Auteur Message
Page : Précédente 1 2 3 Suivante 
Hors ligne Sidahmed
# Ajouté le 03/05/2009 à 00 h 42
Rectificateur
Avatar
Groupe : zAnciens
Salut !

Citation : « Parmi » ne s'écrit pas « Parmis »

L'adverbe « parmi » est, comme tous les adverbes, invariable.

Ah, je ne suis pas d'accord ! Les adverbes ne sont pas tous invariables. Prenons un exemple : l'adverbe tout.Citation : Exemple

L'équipe est toute contente de l'arrivée de nouvelles recrues. :p
(L'adverbe tout dans cette phrase s'accorde avec l'adjectif féminin contente.)

En parlant de "parmi", ça me vient à l'esprit la préposition "malgré" qu'on peut l'écrire erronément "malgrès" !!!
Citation : Emploi de « pallier »

En effet, les gens ont souvent tendance à dire « ceci pallie à cela »,

Bah moi, c'est à peu près le contraire. J'ai tendance à dire "comment remédier ce problème" alors que le verbre remédier est transitif indirect : remédier à... Je pense que l'erreur vient de cela d'auant plus de ces deux verbes sont synonymes.
À noter au passage que ce verbe prend deux "l" contrairement à son homonyme palier (niveau, étage...) qui n'en prend qu'une seule !
Citation : Conjugaison du verbe « résoudre »

« Ce problème, il faut le solutionner », à quoi ce dernier répondit « Je vais m'en occupationner » (se moquant ainsi de l'erreur faite par le député qui ne savait pas conjuguer le verbe « résoudre »

Mais le verbe est à l'infinitif, je ne vois pas de difficulté (il n'est pas conjugué) ! :euh:
Citation : a priori, a posteriori...

a priori, a posteriori, comme « a contrario » sont des expressions directement issues du latin.

Oui, comme cité plus haut, le "a" peut être accentué. Mais autre chose, pourquoi ce "a" est écrit en minuscule dans tout le paragraphe ?
Citation : Orthographe de « puits »

Quelques mots du même genre : remords, poids...

Merci en tout cas pour ce billet, vivement le prochain ! :)
Modifié le 03/05/2009 à 00 h 45 par Sidahmed
 
Hors ligne Fihld
# Ajouté le 03/05/2009 à 11 h 00
tokiponized
Avatar
Groupe : zAnciens
Pour le verbe « résoudre », je n'ai pas non plus compris le problème dans la phrase. Je pense que Ziame voulait parler de l'idée de la conjugaison, et qu'il ne s'agissait peut-être pas exactement de cette phrase mais d'une autre tournure.
Sinon, jette un coup d'œil ici.
 
Hors ligne Itello
# Ajouté le 03/05/2009 à 14 h 47
Avatar
Groupe : zAnciens
Guillawme > Je ne suis pas pressé non plus. Ce sujet pouvait être abordé depuis 1990, il va bien attendre deux semaines de plus. :p

sidahmed > Très bonne remarque, tout n'est pas invariable.
Entièrement d'accord sur malgré aussi. Itou sur les majuscules latines.

Il faudrait peut-être faire de minces corrections pour qu'on ne puisse pas reprocher à cet article d'être approximatif ?
 
Hors ligne Fihld
# Ajouté le 03/05/2009 à 15 h 28
tokiponized
Avatar
Groupe : zAnciens
Citation : sidahmed
En parlant de "parmi", ça me vient à l'esprit la préposition "malgré" qu'on peut l'écrire erronément "malgrès" !!!

J'ai peur de ne pas avoir bien compris. Si c'est une erreur de l'écrire comme ceci, en quoi « malgré » est-il contradictoire avec l'invariabilité des adverbes (en dehors de « tout ») ? Ai-je mal compris ta phrase ?
Modifié le 03/05/2009 à 15 h 29 par Fihld
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 03/05/2009 à 15 h 42
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Bon, désolé de répondre si tard mais j'étais en vacances sans le net. :)

Pour les « tolérances », on me l'a signalé oui, mais j'évite d'en faire part dans le billet. A mes yeux ça ne reste que des tolérances dûes à un mauvais usage et qui ont fini par rentrer dans les habitudes mais ça ne se justifie pas tellement et face à quelqu'un d'obtus, cette seule explication ne suffira pas toujours. Tandis que l'autre forme, qui se justifie par les règles normales du français pourra toujours se justifier et reste quand même « plus juste ». :)

Au sujet du « solutionner », c'est que les gens, sachant que l'usage du verbe « résoudre » est souvent compliqué, ont pris l'habitude de ne pas l'utiliser (même dans ce cas-ci où il était à l'indicatif). J'ai trouvé l'anecdote amusante, c'est pourquoi que j'ai rapportée dans ce billet, mais en effet, l'exemple n'était pas forcément très frappant.

Sidahmed, en effet, il y a une petite erreur pour les adverbes que je vais m'empresser de corriger (honte sur moi :-° ). Par contre pour les expressions latines, c'est pareil que pour le problème du « Vive / Vivent » : l'erreur a été faite tellement souvent que maintenant on accepte un peu tout, mais la forme sans accent reste quand même davantage correcte et passera partout contrairement à l'autre.

Itello, si tu souhaites rédiger un billet sur les évolutions orthographiques, aucun problème, bien au contraire. Bien traité, le sujet peut être très intéressant ! :)
 
Hors ligne Itello
# Ajouté le 03/05/2009 à 16 h 51
Avatar
Groupe : zAnciens
Ziame > En France, l'ancienne et la nouvelle orthographes sont toutes deux valables. Ce ne sont donc pas des « tolérances » et tu ne peux donc plus parler de « fautes ». L'orthographe est sujet à discussion. Mais tel que pour une loi, ce n'est pas parce que tu ne l'apprécies pas qu'elle n'existe pas. Voltaire réprouvait « par contre » et certains autres ne l'apprécient toujours pas. Ce n'est pas pour ça que l'on doit faire croire au lecteur qu'il est en faute.

Fais au moins un petit effort, celui d'indiquer l'autre orthographe. Même en tout petit. Les livres de référence tel Le bon usage de Grevisse se sont adaptés. Ça n'empêche pas de privilégier une orthographe à une autre. Mais tu ne peux pas faire le choix à notre place.

J'espère ne pas t'avoir paru agressif car ce n'était pas mon but.
Modifié le 04/05/2009 à 20 h 18 par Itello
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 03/05/2009 à 17 h 07
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Je n'essaye pas d'escamoter une partie de la langue. Je dis seulement que les formes mentionnées dans le billet sont indiscutables, alors que les autres sont plus que discutables, de nombreux livres les mentionnent comme étant des fautes (je pense notamment aux "a priori" avec un accent sur le "a" que je n'ai vu autorisé nulle part et que tout le monde, mes livres compris m'ont toujours signalé comme étant une erreur ces orthographes). Après on peut toujours jouer la carte du "maintenant c'est autorisé / toléré" mais bon, ça restera quand même plus sujet à conflit que la forme "historique".

De plus, si je dis "il faut dire "vivent", mais vous pouvez mettre "vive"", ça perd tout son intérêt. Ce n'est pas parce qu'une erreur est tellement rentrée dans les habitudes qu'elle a fini par être acceptée qu'il faut encourager son usage au détriment de la forme juste et qui peut se justifier grâce aux règles de français. C'est du moins mon avis.

Enfin pour finir je dirai que, surtout pour l'accent sur les a latins, celui qui vous lira ne saura peut-être pas que l'erreur est censée être désormais acceptée (personnellement pour ce dernier cas, si j'ai entendu mentionner moult fois que c'était une erreur, je n'ai jamais avant aujourd'hui entendu l'inverse) et donc mieux vaut éviter, en utilisant la forme correcte, tous les problèmes (si vous mettez ça dans une lettre d'embauche, celui qui vous lira en cherchant les erreurs aura de grandes chances de considérer ça comme une faute et vous ne pourrez pas aller vous défendre en disant que finalement c'est accepté).

Donc pour le "a" accentué je laisse donc comme ça, l'acceptation reste plus que minoritaire et ça ne sert à rien d'encourager à faire la "faute". Pour le vive / vivent, j'hésite car l'erreur est en effet plus répandue, à tel point qu'elle choquera moins facilement. Enfin très sincèrement ça me gène d'écrire une énormité comme ça qui ne peut se justifier que par un mauvais usage prolongé... Bref, je vais mettre une note comme quoi c'est toléré mais qu'il est néanmoins déconseillé de l'utiliser. :)
 
Hors ligne Itello
# Ajouté le 03/05/2009 à 17 h 50
Avatar
Groupe : zAnciens
Je suis entièrement d'accord avec toi sur les arguments que tu as énoncés. J'ai d'ailleurs l'intention d'en parler dans mon futur billet sur les rectifications orthographiques. Tes propos sont pleins de bon sens.

Mais non, ça ne justifie pas de mentir. Le lecteur doit pouvoir choisir. Tu mets si tu veux un méga-avertissement :
L'orthographe à priori est tolérée depuis les Rectifications orthographiques françaises de 1990. Précisons cependant que nous la désapprouvons. De nombreuses personnes la considèrent toujours comme une faute. Blablabla.


Et les rectifications étant récentes, il est normal qu'elles ne soient pas encore inscrites dans tous les livres. Encore que je doute qu'un livre écrit après cette dernière n'y fasse mention nulle part. Si c'est le cas, pourrais-tu m'en donner la référence ?

Sachez d'ailleurs qu'avant 1986, l'Académie française mettait un accent sur les locutions latines.
C'est de l'usage que provient la règle de l'omettre. Une règle qui n'est maintenant plus d'usage.
Modifié le 10/12/2012 à 18 h 50 par Itello
 
Hors ligne Tess
# Ajouté le 03/05/2009 à 22 h 11
Avatar
Membres
Bonsoir,
Avec un temps de retard, je donne mon avis... Et si les mariés en question trouvaient la formule "Vivent les mariés" trop longue pour leur petite banderole ? :p
Plus sérieusement, je voudrais répondre à Scientifix94. Comment améliorer son orthographe... lecture ou dictée ? :euh: Dans ma jeunesse, je n'étais vraiment pas bonne en orthographe. Les dictées de l'école ne m'ont pas aidée. En seconde j'ai découvert la lecture et j'ai écumé les bibliothèques. Et miracle... mon orthographe s'est améliorée sans que j'en prenne conscience ^^ .
Pour mes enfants (eh oui :-° ), j'ai dû avoir recours à la dictée maison, compte tenu du fait que l'Education Nationale semblait négliger ce point. Mais j'ai surtout toujours stimulé leur envie de lire. Au final, le résultat n'est pas si mauvais ^^ .
En conclusion, dictée ou lecture ? La dictée est un entrainement qui oblige à réfléchir sur des points bien précis (ça peut être un exercice amusant, même si les enfants n'en ont pas toujours conscience :p ), mais la lecture apporte une sorte "d'expérience" de la langue qui fait que l'on va écrire instinctivement de la bonne façon, sans forcément se poser de questions...
Et dans ce domaine, je dirais que lire, c'est joindre l'utile (le perfectionnement de l'orthographe) à l'agréable (la connaissance, l'ouverture sur le monde...) :) .

Merci à Ziame pour cet article fort intéressant et polémique en diable !
Modifié le 03/05/2009 à 22 h 24 par Tess
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 03/05/2009 à 23 h 15
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Citation : Itello
Je suis entièrement d'accord avec toi sur les arguments que tu as énoncés. J'ai d'ailleurs l'intention d'en parler dans mon futur billet sur les rectifications orthographiques. Tes propos sont pleins de bon sens.

Mais non, ça ne justifie pas de mentir. Le lecteur doit pouvoir choisir. Tu mets si tu veux un méga-avertissement :
L'orthographe à priori est tolérée depuis les Rectifications orthographiques françaises de 1990. Précisons cependant que nous la désapprouvons. De nombreuses personnes la considèrent toujours comme une faute. Blablabla.


Et les rectifications étant récentes, il est normal qu'elles ne soient pas encore inscrites dans tous les livres. Encore que je doute qu'un livre écrit après cette dernière n'y fasse mention nul part. Si c'est le cas, pourrais-tu m'en donner la référence ?

Sachez d'ailleurs qu'avant 1986, l'Académie Française mettait un accent sur les locutions latines.
C'est de l'usage que provient la règle de l'omettre. Une règle qui n'est maintenant plus d'usage.


J'ai vérifié et ils disent en effet que pour une liste de mots et expressions latines données (sous forme de tableau au paragraphe 9) il faut (et ça n'est pas un choix apparemment), quand celles-ci ne sont pas des citations, faire usage d'accentuation. Cependant a priori, a posteriori ainsi que a contrario et autres expressions abordées dans ce billet ne sont pas mentionnées dans la liste...

Et d'un autre côté, je n'ai jamais non plus entendu dire qu'on pouvait accentuer ces expressions... Aurais-tu un lien vers la règle ou le paragraphe de ces modifications orthographiques de 1990 en faisant état s'il te plaît (ce n'est pas que je ne te crois pas mais plutôt que ce point-ci m'intrigue en fait :) ).

Tess, effectivement, la lecture est aussi très profitable, notamment au niveau du vocabulaire et des structures de phrases, c'est très enrichissant (surtout quand on ne se limite pas à un seul genre ou une seule époque et qu'on essaye de lire un peu de tout). :)
 
Hors ligne Sidahmed
# Ajouté le 03/05/2009 à 23 h 31
Rectificateur
Avatar
Groupe : zAnciens
Citation : Fihld

J'ai peur de ne pas avoir bien compris. Si c'est une erreur de l'écrire comme ceci, en quoi « malgré » est-il contradictoire avec l'invariabilité des adverbes (en dehors de « tout ») ? Ai-je mal compris ta phrase ?

Non, il n'y avait aucun rapport entre "malgré" et les adverbes. C'étaient des phrases distinctes.
C'était juste pour signaler qu'on pouvait se tromper lorsqu'on écrit "malgré" en la confondant avec "progrès" ou "congrès" par exemple...
Citation : Pas de titre

Sidahmed, en effet, il y a une petite erreur pour les adverbes que je vais m'empresser de corriger (honte sur moi :-° ).

Et encore, "parmi" est une préposition et non pas un adverbe ! Quoi ? J'ai dit une bêtise ! :-°
Modifié le 04/05/2009 à 01 h 24 par Sidahmed
 
Hors ligne Itello
# Ajouté le 04/05/2009 à 19 h 23
Avatar
Groupe : zAnciens
Ziame > Il n'y a pas de problème.

La règle générale, donnée dès l'introduction par l'Académie française est très claire, « pour l'accentuation et le pluriel, les mots empruntés suivront les règles des mots français (exemple : un imprésario, des imprésarios) ».

« Il est recommandé aux lexicographes, au-delà des rectifications présentées dans ce rapport et sur leur modèle, de privilégier, en cas de concurrence entre plusieurs formes dans l'usage, la forme la plus simple : [...] la graphie francisée ».

Mais sache que ce que l'on appelle règle ou rectification orthographique n'est en réalité qu'une simple recommandation.
« L'orthographe actuelle reste d'usage, et les « recommandations » du Conseil supérieur de la langue française ne portent que sur des mots qui pourront être écrits de manière différente sans constituer des incorrections ni être considérés comme des fautes. »

Tu possèdes des références détaillées sur à priori dans : Larousse, Le Robert, Le bon usage, et à peu près n'importe quel autre dictionnaire édité après la publication de ce rapport. Tu peux même avoir une liste détaillée des mots possédant une nouvelle graphie :
Outils d'orthographe de Marc-Albert Moriamé. C'est beau la technologie. :-°

Un article pour chercher à te convaincre une fois pour toute :
http://www.langue-fr.net/spip.php?article128
Ce n'est pas simple. Le débat fait rage. Mais en l'état, tu ne peux considérer aucune des deux écritures comme fausse.

En espérant t'en avoir fait apprendre un peu plus.

Scientifix94 > J'ai totalement oublié ton message. Heureusement que Tess est revenu(e ?) à l'assaut. L'habitude me vient certainement du Site du Zéro où les premières réponses sont souvent très inintéressantes. Faute avouée, faute à moitié pardonnée ?

Comment améliorer son orthographe ? Lire des livres évidemment, mais surtout ne pas hésiter à prendre un soin tout particulier à l'orthographe. N'hésite pas à t'arrêter si tu es intrigué par une orthographe ou si tu ne comprends pas une terminaison (ou que sais-je encore !) à ce moment du récit. C'était mon petit conseil du dimanche lundi.

[Édition :] J'ai ouvert mon Grevisse pour le plaisir de ces messieurs :
Citation : Le bon usage : § 103 — L’accent aigu et l’accent grave
L’Académie française a renoncé depuis 1986 à mettre un accent grave sur la préposition latine a dans les expressions empruntées du latin a priori, a posteriori, a minima. Les autres dictionnaires du XXe s., comme la plupart des auteurs, avaient déjà abandonné cet accent. (Dans à quia, on a la préposition française)

En écrivant à priori avec accent, l’Académie française ne faisait que perpétuer le procédé suivi jadis dans les textes latins (jusqu’au XIXe s.) : Urbem Romam à principio Reges habuere (Tacite, cité par Vaugelas, p. 104). — Dès 1935, l’Académie avait remplacé à latere par a latere.
On a écrit aussi en latin suprà et infrà jusqu’au XIXe s. Il est exceptionnel de trouver ces graphies dans des textes de notre époque : Cf. suprà (A.-M. Schmidt, Poés. scientif. en Fr. au XVIe s., p. 262). — Cf. infrà (ib., p. 371).
Modifié le 04/05/2009 à 20 h 16 par Itello
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 04/05/2009 à 20 h 37
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Ok, merci beaucoup pour toutes ces informations et sources. :)

Je vais ajouter un petit encart au billet pour préciser cela mais en conseillant néanmoins d'utiliser la graphie sans accent qui reste acceptée partout et est beaucoup moins sujette à débats. :)
 
Hors ligne atly
# Ajouté le 10/05/2009 à 13 h 53

Membres
Au passage, ce n'est pas tant que ces formes ont été tolérées par l'Académie que le fait qu'elles ont été lexicalisées. 'Vive' et 'Soit' peuvent être considérées comme des lemmes introducteurs (des présentatifs), toujours est-il que le fait que ça soit une erreur se débat. Pour le 'soit' en mathématiques, on pourra aussi dire que le raisonnement fait avec le subjonctif ne fonctionne pas ici, puisqu'on peut lui substituer la forme 'Qu'il soit', qui induirait un singulier.

M'enfin, c'était (par ailleurs, autre exemple de présentatif) mes two cents.
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 10/05/2009 à 14 h 49
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
C'est justement là que je ne suis pas d'accord en fait, selon moi "C'était mes two cents" n'est pas correct (encore que pour ce cas précis on puisse voir "ce que je viens de dire était..." et donc contourner le problème), même si on considère cela comme un présentatif. On ne peut pas dire "c'est des" mais "ce sont des".

D'ailleurs si on reprend la forme "qu'il soit", je ne trouve pas cela très naturel et ça m'interpelle plutôt de dire "que f et g, deux fonctions soit" ou encore "qu'il soit f et g, deux fonctions". C'est même assez illogique en fait car un ne peut pas être deux. :)