Aller au menu - Aller au contenu

Centre d'aide Vous êtes ici : zCorrecteurs.fr > Blog > Rhétorique > Organisez vos idées ainsi que le contenu de vos textes > Lecture du billet

Organisez vos idées ainsi que le contenu de vos textes

Tout cela dans l'objectif de rendre votre texte plus efficace et pertinent

Nous suivre : flux RSS du blog | Twitter | Facebook

Catégorie : Rhétorique

Écrit par Ziame, le 28/02/2009 à 00 h 31 | Commenter ce billet (13 commentaires)

Après avoir abordé la rédaction des introductions, penchons-nous aujourd'hui sur le contenu d'un texte. Nous verrons dans ce billet comment l'organiser au mieux, structurer les parties, agencer les idées et les introduire afin d'obtenir les meilleures clarté et efficacité possibles.

Organisation du texte en parties



Commençons tout d'abord par voir comment doit être structuré un texte et selon quels critères...



Portrait d'Émile Zola - Édouard Manet
Portrait d'Émile Zola, 1868
Édouard Manet

Justification du besoin de parties



Pour qu'un texte, quel qu'il soit, donne envie au lecteur de le lire (ou du moins ne le décourage pas), il faut que celui-ci paraisse structuré. Si au premier regard on ne peut pas comprendre comment est construit le texte, qu'il paraît brouillon et que son auteur semble ne pas savoir où il va, ce n'est pas bon et le lecteur ne s'y trompera pas. C'est pour cela que vous devez le structurer en parties porteuses de sens. Je m'explique. Prenez un roman quelconque : l'histoire n'est pas racontée de bout en bout sans faire de pause, vous avez parfois différents tomes (avec un titre et une histoire prépondérante dans chacun d'entre eux), quelquefois des parties et presque toujours des chapitres. Ces différentes divisions du roman, portant chacune souvent un titre, permettent de délimiter des « morceaux » de l'histoire dans l'histoire. Ce peut être une bataille, un rendez-vous avec le héros, bref c'est une sorte de petite histoire indépendante, et structuré ainsi, le roman en devient plus clair, plus facile à comprendre et agréable à lire. Il en va de même pour tous les textes (rapports, discours, dissertations, commentaires, critiques, etc.).

Comment faire des parties ?



Vous devez donc sectionner votre texte en parties afin de le rendre clair et compréhensible. Cependant, cela ne doit pas être fait n'importe comment et il y a principalement deux règles à respecter. La première est que ces parties doivent se justifier. On ne fait pas une partie pour faire une partie. Si vous ne voyez pas ce qui justifie votre partie, c'est que vous avez mal procédé en « découpant » votre texte et il faut recommencer. Chaque partie doit être différente des autres tout en se rapportant au sujet de votre texte (représenté par la problématique que vous avez établie dans l'introduction). Elles doivent chacune répondre à une partie différente du sujet en apportant des informations différentes qui au final, en se complétant, apporteront une réponse (la plus complète possible) au problème que vous aurez posé. Vous pouvez voir cela comme un arbre pour prendre un exemple assez visuel. Le tronc serait votre problématique, la question autour de laquelle tout le reste gravitera et les parties ses branches, venant entourer le sujet pour le compléter.

Cependant, là encore, si vous avez trouvé une bonne découpe pour vos parties, et c'est le second point que je mentionnais plus haut, il vous faut encore les organiser entre elles. En effet, pas question de les mettre dans n'importe quel ordre (je vous rappelle que le résultat final doit être fluide et d'une progression naturelle afin que la lecture du rendu reste agréable). Pour cela, il y a deux règles à respecter.

  • Suivez une progression logique et ne sautez pas « du coq à l'âne ». Chaque partie doit amener la suivante qui vient comme une sorte de prolongation, enrichie de vos réflexions précédentes.
  • Classez vos parties par ordre d'importance croissante. En effet, il faut que les dernières choses que lira votre lecteur soient les plus pertinentes et importantes vu que c'est surtout sur cela qu'il se fera une opinion (et accessoirement jugera votre texte).


Et des sous-parties ?



Vous pouvez faire aussi des sous-parties bien entendu, et encore d'autres sous-divisions si votre ouvrage a assez d'ampleur. Cependant, attention à ne tomber dans l'excès inverse et prenez garde à ne pas en abuser. Un texte très découpé avec trop peu d'informations dans chaque division finale paraîtra pauvre et peu fouillé, il faut donc trouver un juste milieu qui dépend de votre support (discours, dissertation, article, commentaire...), de ce que vous avez à dire et de la quantité d'informations que vous avez à faire passer. Par exemple pour une dissertation, trois ou quatre parties contenant chacune entre deux et trois sous-parties est souvent un bon nombre (deux parties étant souvent trop peu), mais a contrario, pour un roman, vous devez sans doute rédiger beaucoup plus de chapitres (sinon ça sera plutôt une nouvelle).

La rédaction à l'intérieur des parties



Saint Jérôme - Le Caravage
Saint Jérôme, vers 1606
M.A. Merisi, dit Le Caravage
Une fois que vous avez procédé au découpage de vos parties, il ne vous reste plus qu'à rédiger (une fois bien entendu que vous avez sélectionné au brouillon les idées que vous souhaitez mettre dans chacune d'entre elles, cela va de soi). Et pour cela, je vous propose de revenir sur les quelques points importants qui vous aideront au cours de cette phase de rédaction.

Organisation des idées



Comme pour l'organisation des parties, vos idées doivent se suivre de façon logique par ordre croissant d'importance. Ne terminez jamais une partie sur une banalité ! Il vous faut aussi regrouper les idées assez proches, afin d'améliorer la cohérence et la clarté de vos propos.

Présentation des idées



Si une idée est très claire dans votre tête, vous vous serez sûrement rendu compte qu'il n'est pas forcément évident de l'expliciter, d'autant plus quand il s'agit d'argumenter. Pour ce cas de figure, je vous propose une sorte de protocole qui fonctionne assez bien.

  • Commencez par présenter l'idée de façon purement objective : cela aura l'avantage, outre d'informer le lecteur, de lui montrer que vous ne cherchez pas à le convaincre pour le convaincre de façon directe et entêtée mais que vous êtes capables de faire preuve d'objectivité et de réflexion.
  • Avancez vos arguments (si vous ne faites que décrire un état de fait, vous pouvez sauter cette partie) tout en restant ouvert aux arguments inverses ! Rien n'est plus énervant que quelqu'un qui dit « il y a ça donc c'est comme ça » sans laisser de possibilité au doute. Si vous procédez comme ça, même si votre lecteur pouvait avoir tendance à être du côté de votre idée, vous risquez de lui donner envie de contester vos propos juste parce que vous ne laissez pas de place à la contestation. Restez donc ouverts, en ne fermant pas le débat, mais en proposant les conclusions qui vous semblent être les plus justes, en faisant comprendre au lecteur que vous le laissez après cela totalement libre d'adhérer à vos idées ou non. Ainsi, votre lecteur, s'il vous voit ouvert, apte à la réflexion et au dialogue aura bien plus tendance à être touché par vos idées que si vous tentez de les lui imposer.
  • Enfin, et c'est très important, essayez de donner un exemple, simple si possible. Exposer une idée n'est pas toujours facile et votre lecteur ne verra pas forcément tout de suite où vous voulez en venir. Si vous lui donnez une image sur laquelle se baser, il comprendra beaucoup mieux et cela simplifiera votre texte en le rendant plus vivant et agréable à lire. Ces exemples peuvent être des anecdotes tirées de votre expérience personnelle, des exemples fictifs inventés par vous pour les besoins de l'argumentation ou bien des exemples empruntés à d'autres auteurs, à l'Histoire ou aux connaissances générales (en prenant garde dans tous les cas à éviter les exemples trop farfelus ou rébarbatifs qui ne feront que décontenancer ou lasser votre lecteur). Par exemple (et vous voyez que c'est ce que je fais ici pour étayer mon propos), dans la première partie, nous avons pris l'exemple des romans pour mieux cerner l'intérêt des parties, ça a permis de « mettre une image » afin que les lecteurs (ici c'est vous) puissent voir plus exactement ce dont je parlais.


Cela étant, vous devez garder à l'esprit qu'il est toujours très important de citer vos sources à chaque fois que vous avancez quelque chose. Non seulement, cela légitimera votre propos en lui apportant du crédit, mais en plus vous ne pourrez pas être accusés de plagiat si vous reprenez une idée très proche de ce qu'un autre aurait pu avancer avant vous.

Esthétique de votre texte



Votre texte doit être agréable à regarder, c'est très important, sinon ça ne donnera pas envie de le lire. Pour cela, il doit être aéré (n'hésitez pas à sauter des lignes quand c'est nécessaire, à indenter en début de paragraphe...). Il faut que d'un seul coup d'œil, la structure de votre texte soit compréhensible et qu'on distingue les parties, sous-parties etc. sinon ça n'est pas bon.

Si votre support s'y prête (article par exemple), n'hésitez pas à ajouter des images en rapport avec le sujet qui, bien intégrées, permettent d'aérer le texte et de lui donner un aspect plus « digeste » et agréable à lire.

Orthographe & français



Là il s'agit d'une évidence, mais si vous avez le temps, il est très fortement conseillé de bien vous relire. Le mieux est d'effectuer deux relectures. La première porte sur le sens et la compréhensibilité de votre texte (est-ce que c'est clair ? est-ce bien ce que vous vouliez dire - sans ambiguïté possible ? n'est-ce pas trop lourd ? est-ce syntaxiquement correct ?). Si vous ne savez pas trop si votre phrase est compréhensible, n'hésitez pas à la séparer en plusieurs, plus petites, donc plus faciles à structurer, surtout si vous traitez de quelque chose un peu délicat car bien souvent, avec de longues phrases, on peut avoir tendance à s'emmêler les pinceaux ; le lecteur ne sait plus à la fin de quoi vous parlez et ce que vous voulez dire.
Ensuite, une seconde relecture concerne l'orthographe. Avez-vous bien orthographié tous les mots ? Conjugué correctement aux temps qui conviennent (en prenant en compte la concordance des temps) ? Respecté les règles typographiques diverses (comme le fait qu'il faille souligner les titres des livres, mettre les citations entre chevrons « » en indiquant son auteur, clore toutes les phrases par un point (évident mais souvent oublié) etc.) ?

Conclusion



Quand vous commencez à rédiger le contenu, il faut déjà que vous ayez une idée précise de ce que vous allez faire, c'est-à-dire que vous ayez le plan de vos parties avec les idées que vous comptez y mettre prêt au brouillon. Ainsi il ne vous restera que la partie de rédaction et vous ne risquerez pas de vous perdre. Ensuite, il faut que votre style soit fluide (phrases en français, claires et pas trop longues, surtout quand vous abordez un point difficile) et que vos idées s'enchaînent logiquement par ordre d'importance. Enfin n'oubliez pas les exemples qui permettent d'aérer votre texte en le rendant plus vivant et en facilitant sa compréhension par le lecteur, c'est important et souvent aide à simplifier une explication.

En espérant que ce billet vous ait été profitable, rendez-vous pour le prochain, qui traitera de la rédaction de la conclusion. ;)


13 commentaires sur ce billet

Page : 1 
Auteur Message
Page : 1 
Hors ligne Fihld
# Ajouté le 28/02/2009 à 10 h 29
tokiponized
Avatar
Groupe : zAnciens
Voilà la suite tant attendue. Très bon comme d'habitude. Il me sera d'une grande utilité non seulement dans le cadre scolaire mais aussi d'Internet.
Merci. :D
 
Hors ligne Lemeb
# Ajouté le 01/03/2009 à 21 h 46

Membres
Très bien, quoique il serait bien d'élargir ça à la rédaction d'un tuto, en donnant des exemples notamment.
 
Hors ligne Gawtier
# Ajouté le 02/03/2009 à 12 h 19
Sunny smiled at me !
Avatar
Membres
Désolé de faire le rabat-join hein mais : "Ainsi, votre lecteur, s'il vous voit ouverts, apte à la réflexion et au dialogue aura bien plus tendance à être touché par vos idées que si vous tentez de les lui imposer." Soit tu prends la forme de politesse (vous) pour un pluriel et tu changes tous les accords de tout l'article, soit faut enlever le 's' à 'ouvert'.

Sinon, très bon article.
 
Hors ligne jQz
# Ajouté le 02/03/2009 à 19 h 32
Avatar
Membres
Très bon article méthodologique qui, dans mon cas, ma éclaircit quelques points.
 
Hors ligne Desolation
# Ajouté le 06/03/2009 à 14 h 19
Poète amateur fataliste...
Avatar
Groupe : zAnciens
Je le lirai bientôt. Ça a l'air sympa.

EDIT : ça rappelle les cours de français.
Modifié le 06/03/2009 à 19 h 38 par Desolation
 
Hors ligne ptipilou
# Ajouté le 07/03/2009 à 09 h 05
Sus à la faute !
Avatar
Groupe : Administrateurs
Citation : Gawtier
Désolé de faire le rabat-join hein mais : "Ainsi, votre lecteur, s'il vous voit ouverts, apte à la réflexion et au dialogue aura bien plus tendance à être touché par vos idées que si vous tentez de les lui imposer." Soit tu prends la forme de politesse (vous) pour un pluriel et tu changes tous les accords de tout l'article, soit faut enlever le 's' à 'ouvert'.

Sinon, très bon article.

Sur l'interpellation de Fihld, je corrige le "ouverts" en "ouvert". Cela dit, le vous peut parfaitement être pluriel : peut-être aurait-il fallu écrire "vos lecteurs", mais peu importe pourvu que cela ne fasse plus figurer de faute.

Merci pour l'alerte ! ;)
 
Hors ligne Barbatos
# Ajouté le 08/03/2009 à 11 h 43
Avatar
Groupe : zAnciens
Très bon billet, c'est d'ailleurs ce que j'ai revu au lycée il y a peu. :)
 
Hors ligne Gawtier
# Ajouté le 09/03/2009 à 18 h 16
Sunny smiled at me !
Avatar
Membres
Citation : ptipilou
Citation : Gawtier
Désolé de faire le rabat-join hein mais : "Ainsi, votre lecteur, s'il vous voit ouverts, apte à la réflexion et au dialogue aura bien plus tendance à être touché par vos idées que si vous tentez de les lui imposer." Soit tu prends la forme de politesse (vous) pour un pluriel et tu changes tous les accords de tout l'article, soit faut enlever le 's' à 'ouvert'.

Sinon, très bon article.

Sur l'interpellation de Fihld, je corrige le "ouverts" en "ouvert". Cela dit, le vous peut parfaitement être pluriel : peut-être aurait-il fallu écrire "vos lecteurs", mais peu importe pourvu que cela ne fasse plus figurer de faute.

Merci pour l'alerte ! ;)

Je sais que le vous pouvait aussi s'accorder au pluriel, mais généralement, on essaie d'avoir une certaine constance... Merci à Fihld et toi, donc.
 
Hors ligne OujA
# Ajouté le 21/03/2009 à 22 h 34

Membres
Cela paraît si simple expliqué comme cela...
Il reste à appliquer toutes ces méthodes.
Le vrai problème pour moi, c'est que les profs n'ont jamais trouvé autre chose à écrire sur ma copie que des commentaires du genre "De bonnes idées parfois mais un développement souvent confus.".
Je trouve cette phrase presque vide de sens.

Ca ne permet pas d'avancer. Il dirait quelque chose du genre "le manque d'exemples pour illustrer vos propos rend votre dissertation incompréhensible" ou "votre argumentation ne tient pas la route, veillez à être plus soigneux".

Bref, j'arrête de me lamenter, et je vous remercie de ce billet qui est superbement rédigé : un grand merci. :)
 
Hors ligne Dalshim
# Ajouté le 22/03/2009 à 13 h 00
Avatar
Membres
Bien au contraire, les profs te font savoir qu'il y a de très bonnes idées ou de très bon arguments, mais que le texte ne tient pas dans un ensemble.
En gros, je pense que tu passes dans tes textes du coq à l'âne sans grande transition. Il faut que tu réfléchisse plus à l'écoulement de tes idées, comment une idée peut mener à une autre.
Je prend le terme confus comme parlant de l'allure générale de ton texte. Il faut donc que tu le structure mieux. Dans une partie, tu te focalises sur un point sans ouvrir 4000 parenthèses sur d'autre arguments qui vont noyer le lecteur. Tu y fais éventuellement référence et en reparleras plus tard, dans les parties suivantes.
Modifié le 04/08/2009 à 14 h 40 par Dalshim
 
Hors ligne Ziame
# Ajouté le 22/03/2009 à 17 h 50
Arx Tarpeia Capitoli proxima
Avatar
Groupe : Administrateurs
Merci, vos commentaires me font réellement plaisir. :)

Il ne restera plus qu'à rédiger le billet traitant des conclusions maintenant...
 
Hors ligne Majda
# Ajouté le 02/07/2009 à 21 h 00

Membres
Excellent billet comme à l'accoutumée, il traite d'un sujet appremment ambigu d'une manière très claire et facile à assimiler.
Les points exposés me serviront assurément pour mes rédactions !
Merci beaucoup Ziame ! :)
 
Hors ligne Nicolas M.
# Ajouté le 01/10/2010 à 09 h 16
NiCoLaSm = 406.9 g/mol
Avatar
Groupe : zCorrecteurs
Très bon billet, à quand le billet sur les conclusions ? :D